Voyagez avec éthique!

 Voyager, c'est avant tout aller à la rencontre de l'autre, des autres... Cet échange, si l'on veut qu'il soit constructif et enrichissant, se doit d'être placé sous le signe du respect réciproque! Certains voyagistes vertueux, conscients du problème, ont rassemblé au sein d'une "Charte éthique du Voyageur", les comportements ou les attitudes à encourager.
Serez-vous prêts à les assumer? Voici un condensé de cette Charte.



Le respect est le gage d'une meilleure rencontre

L'un des attraits du voyage tient à la diversité des peuples et des cultures rencontrés. Or, chaque culture, religion et mode de vie sont soumis à des règles et à des traditions qu'il convient de respecter et de comprendre, plutôt que de juger. Ce respect peut se traduire par des attitudes simples :
  • Chaque pays vit selon un rythme qui lui est propre, la hâte et l'impatience ne sont pas toujours de mise !
  • Les tenues trop moulantes ou dénudées peuvent choquer certaines peuplades. De même que certains comportements, comme serrer la main d'une femme pour un homme, s'embrasser en public, caresser la tête d'un enfant...
  • Toujours demander l'autorisation de photographier ou de filmer les personnes.
  • Respecter les vaccinations conseillées permet d'éviter l'introduction de maladies dans les pays visités.
  • Le "tourisme sexuel" est une atteinte à la dignité humaine!


L'argent, les biens, la nourriture, n'ont pas la même valeur partout

La différence de niveau de vie entre le voyageur et la population du pays d'accueil peut être à l'origine d'incompréhensions et de dérives. Ce qui est offert au voyageur, tout comme ce qu'il offre, doit être mesuré en valeur locale.
  • Dons et cadeaux peuvent prendre une connotation condescendante, méprisante et déplacée (comme jeter des pièces ou des bonbons à des enfants pour s'en débarrasser). Les pourboires ou dons trop importants peuvent déstabiliser les équilibres économiques locaux. Ainsi, les enfants qui reçoivent de l'argent pour des photos ou parce qu'ils mendient ne sont plus scolarisés, gagnent plus d'argent que leur père, ce qui peut créer d'importantes distorsions dans les structures familiales.
  • Attention au don de médicaments! Uniquement à réserver aux dispensaires pour qu'ils soient utilisés à bon escient.
  • Utiliser les hôtels locaux plutôt que les chaînes hôtelières d'Etat ou étrangères. Préférer les services des guides, cuisiniers, chauffeurs... du pays visité! L'argent du tourisme leur bénéficiera directement.
  • Ne pas exhiber ostensiblement d'appareil photo, de chaussures ou de vêtements qui peuvent représenter plusieurs mois de salaire aux standards du pays visité.
  • Se conformer aux normes locales du marchandage qui peut faire partie de la culture traditionnelle commerciale.


Seule reste l'empreinte de nos pas

L'espace naturel et les sites culturels sont souvent les principales richesses touristiques d'un pays et la première motivation des voyageurs qui s'y rendent. Les voyageurs ont une responsabilité vis-à-vis de l'environnement du pays d'accueil.
  • Eviter de laisser derrière soi ses déchets, quels qu'ils soient, surtout dans les réserves naturelles et déserts, par exemple.
  • Certains déchets, comme les papiers hygiéniques, peuvent être facilement brûlés.
  • Préférer l'utilisation de gaz pour faire sa cuisine en pleine nature. Le bois peut être une denrée rare dans certains sites.
  • Respecter scrupuleusement certaines précautions particulières imposées dans les écosystèmes fragiles : ne pas sortir des sentiers, ne pas conduire hors-piste...
  • L'observation des animaux ne doit pas modifier leur vie quotidienne. Ne pas les nourrir, ni les toucher!
  • Ne pas prélever de "souvenirs" dans les réserves et parcs naturels. Proscrire les graffitis!
  • L'eau peut être rare et vitale dans certains coins de notre planète : l'utiliser avec parcimonie et sans la polluer (même avec des détergents ou savons!).


Qui se cache derrière cette Charte?

Les tours-opérateurs
Atalante
("le monde en marche") et
Terra Incognita
(eles voyages de la connaissances"), dont le partenaire belge est
Continents Insolites
, ont créé cette Charte en octobre 1997. Une partie de l'argent perçu sur chaque voyage organisé est d'ailleurs alloué à certains projets didactiques dans les pays visités (du matériel d'école dans les villages Massaï au Kenya, système de tri des déchets en Mauritanie,
sensibilisation au grand problème de l'eau au Mali
). C'est ce qu'on peut appeler du tourisme équitable. Le remarquable éditeur de guides de voyage
Lonely Planet
s'est associé directement à cette charte. D'autres voyagistes Français, spécialisés dans l'organisation de randonnées à caractère nature et contact population, soutiennent également cette action : Ananta, 100% Nature, 66° Nord, Tirawa. Enfin, d'autres partenaires cautionnent activement cette charte : la Mairie de Paris, les magazine "Grand Reportage" et "Trek Magazine", ainsi que l'équipementier
Aigle
.


Didier Ergot


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?