Sites préhistoriques et temples maltais

Spirale maltaise (photo Ph. Allard)Le touriste se rend à Malte pour ses bords de mer, pour sa capitale La Valette. Beaucoup plus rarement avec l’idée de visiter des temples construits bien avant les grandes pyramides ou Carnac. Difficile pourtant de résister aux propositions d’excursion et d’éviter cette plongée dans un passé méconnu.


Les temples maltais sont impressionnants. Non pas, dans l’absolu, par leur taille mais par leur âge et leur conception. L’érection de ces temples avec des pierres de plusieurs mètres a nécessité l’utilisation de techniques (rochers glissant sur des pierres rondes et levées de terre) rappelant celles des constructeurs de pyramides égyptiens. Sauf que ces dernières sont plus jeunes de 2.500 ans. Les temples maltais sont fascinants avec leurs absides, leurs portes, leurs autels et ces dessins spiralés qui peuvent évoquer certains dessins celtiques.

Ghar Dalam

Le site de Ghar Dalam remonterait à l’âge de pierre (-5000 Avant JC). ll s’agit d’une grotte, découverte à la fin du XIXe siècle. Les différentes couches ont permis de découvrir les restes de petits rhinocéros et de petits éléphants, espèces qui s’étaient probablement adaptées à la petite superficie de l’île après sa séparation de la Sicile. La grotte naturelle a été creusée par le ruissellement des eaux. On y a également découvert des ossements humains.
Ghar Dalam

Seule une plaque sur la route indique le site, et encore faut-il venir de la bonne direction! Sinon, lorsque vous êtes sur la route et voyez un parking ou des autocars, vous y êtes… La grande maison qui surplombe la grotte abrite un petit musée de 2 salles où l’on explique l’évolution de la région et de la vie animale et humaine à l’époque. Les ossements découverts dans la grotte y sont conservés. Un jardin vous mène vers la grotte. Un petit chemin de bois et quelques spots vous indiquent les endroits à voir, sa longueur ne dépasse pas les 50 m. Elle est peuplée par les moineaux qui y trouvent la fraîcheur et l’absence de prédateurs. A déconseiller aux personnes handicapées ou ayant peur des escaliers.

Hagar Qim et Maajdra

Surplombant la mer,et face à l’îlot désert de Fifla qui servit de cible aux entraînements militaires et n’est plus accessible, se trouvent les deux temples préhistoriques de Hagar Qim et Maajdra (Qrendi), à quelques dizaines de mètres de distance. Les pierres verticales sont massives et impressionnantes; les orifices sont dirigés vers le soleil couchant et vers l’îlot qui avait probablement une signification dans la croyance des anciens Maltais. C’est dans ce temple que fut découverte la statue de la déesse maltaise, appelée également Vénus mafflue ou Vénus obèse. Elle n’a pas de tête et ses formes très généreuses suggèrent la fécondité. Elle se trouve au musée national d’Archéologie à La Valette.

L’accès à Hagar Qim se fait facilement par la route; des panneaux indiquent clairement le site lorsqu’on vient de la Grotte bleue (Blue Grotto). Le second temple, celui de Maajdra, se visite à pied à partir de la sortie du premier, par un chemin de béton tracé dans la roche, mais assez en contrebas. Les personnes ayant des difficultés à marcher en montant peuvent avoir des difficultés pour le retour.

Tarxien

Au centre de la ville du même nom, le site de Tarxien est entouré de grillages à travers desquels on aperçoit le site sans devoir y entrer. Mais c’est pourtant là qu’il faut aller, car ces trois temples, datant de 3.200 à 3500 avant JC, contiennent de nombreux bas-reliefs décorés de la main de l’homme. Des spirales, des moutons y sont gravés, et le bas (de la taille aux pieds) d’une statue de déesse s’y trouve encore. Les temples furent réutilisés vers 1800 avant JC. Le site fut découvert au début du XXe siècle.

L’accès à Tarxien se fait par la route. Les panneaux manquent un peu à toute proximité du site, mais là aussi, repérez les autocars... Le site lui-même n’est pas très étendu. Il est situé en pleine ville, à proximité d’une église et l’accès est limité à un certain nombre de personnes. Il n’y a pas de problème d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite, sauf sur le site même, où beaucoup de pierres effleurent le sol.

Ggantija

Le temple de Ggantija est situé sur l’île de Gozo. Il est contemporain de Tarxien (3600 avant JC) et est le plus grand des temples préhistoriques jamais découverts. Son état de conservation est excellent pour un bâtiment aussi ancien. Il est constitué de deux temples, l’un de cinq absides, le plus ancien, et un autre, plus récent de quatre absides.

L’accès y est aisé si l’on dispose d’une voiture. Si vous êtes venu par le ferry sans véhicule, un taxi ou un bus vous y amènera. Passée la première grille, un chemin d’une centaine de mètres vous conduit au site légèrement en contrebas, mais ne posant aucun problème aux personnes à mobilité réduite, sauf sur le site lui-même, où le sol est à l’état brut, très pierreux.

La visite des temples maltais se prolonge tout naturellement par celle du musée de l’Archéologie de La Valette.

  • Le site VisitMalta
    (en français)

Julia Limbourg
Philippe Allard


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?