La Costa Adeje à Tenerife

Costa Adeje (photo : Philippe Allard)Destination privilégiée de bien des Belges mais aussi des Anglais, des Allemands, des Scandinaves, Tenerife est maintenant la cible des touristes russes. Il est vrai que le soleil, des températures agréables sinon élevées sont garanties toute l’année. La Costa Adeje est un des points de ralliement de ces vacanciers qui cherchent à profiter des bienfaits du soleil !

Cette zone touristique est située à moins d’une trentaine de kilomètres au sud-ouest de l’aéroport international Reine Sofia. Le taxi (environ 25 euros) emprunte l’autoroute (autopista del Sur - TF-1) pour gagner les hôtels et clubs de vacances tournés vers l’océan. Car c’est cela qu’on vient chercher : une vue sur l’océan, une piscine, des animations...

Costa Adeje (photo : Philippe Allard)

De La Caleta vers la playa de las Americas

Cette Costa Adeje est toute entière orientée vers le touriste. Seul peut-être le village autour de la baie de La Caleta donne encore l’apparence d’un "vrai" village. Même si ce village propose quelques restaurants spécialisés dans le poisson et le fruit de mer comme La Caleta ou le duo Masia del Mar et Piscis (

www.calamarin.com
). Si, dans ce dernier restaurant, la soupe de poisson n’était pas exceptionnelle; la paella marinera était, elle, très convenable.

Mais La Caleta même se trouve à l’extrémité est de la Costa Adeje. Il faut se diriger vers l’ouest pour voir apparaître les hôtels, d’abord les derniers grands hôtels construits, plus luxueux, comme le Sheraton La Caleta (

www.sheraton.com/lacaleta
) et le RIU Palace Tenerife avant des hôtels et clubs comme l’hôtel Altamira et le club El Beril très "francophones". En face du RIU, de l’autre côté de la route, le restaurant El Torito (
www.restaurantesdeadeje.com
) propose une cuisine castillane avec une très belle offre de viandes (attention, en hiver, le restaurant n’est pas ouvert le midi) accompagnée des pommes de terre locales (papas arrugadas c’est-à-dire cuites avec la peau et du sel). Ces pommes de terre s’accompagnent de mojo, une sauce verte ou rouge. Rien n’interdit d'arroser le repas d’un vin ou d’une bière locale, la Dorada (www.doradaenrojo.com).


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?