Venise un pas plus loin

Il est très rare qu'on séjour à Venise dure plus de 3 ou 4 jours. Evidemment, le coût de la vie sur place est plutôt dissuasif. Du coup, surtout lors d'une première visite, on se concentre sur le cœur de la ville, autour de la Place Saint Marc et du Grand Canal. Les rues entre le Palais des Doges et le Pont de Rialto sont d'ailleurs en permanence noyées de monde.


Le grand classique inclut aussi une visite à l'église Santa Maria Gloriosa dei Frari, prolongée éventuellement d'une balade jusqu'à l'Accademia, le musée de peinture classique de la ville. Ceux qui ont les meilleures jambes se rendront peut-être jusqu'à la pointe de l'île principale, à l'Arsenale ou aux jardins de la Biennale, ou bien vers le nord, à San Giovanni e Paolo, voire au GhettoNuovo, l'ancien quartier juif, près de la gare ferroviaire.

Et voilà ! En quelques promenades à pied et en bateau, les 3 ou 4 jours sont consumés. On repart la tête pleine d'images poétiques et le cœur rempli du devoir accompli. Venise est désormais une destination connue. Certains passeront ensuite à Florence, Rome ou Vérone, mais beaucoup auront été tellement charmés qu'ils ne demanderont qu'à revenir le plus vite possible. 2e visite donc, toujours aussi chère et harassante. Avec cette interrogation : que faire pour éviter de revenir sur ses pas, sans risquer la déception?

Pas de problème avec Venise car non seulement le centre est vaste et homogène sur le plan architectural mais, en plus, il est entouré de dizaines d'îles et de centaines d'autres lieux à découvrir. Vous avez aimé et vous voulez en voir toujours plus? Vous allez être servi. A moins de rester un mois d'affilée ou de marcher sans relâche jour et nuit, le grand Venise, c'est-à-dire la lagune, vous offre de quoi satisfaire plusieurs séjours totalement différents les uns des autres.

De Visconti à Pratt

Supposons que vous connaissiez déjà tout le centre, de San Marco au Dorsoduro et du Canareggio à San Polo. En route vers les embarcadères. Commencez par la petite île en face de la Place Saint Marc, San Giorgio Maggiore. Peu de choses à voir car il s'agit essentiellement d'un couvent, encore fermé au public. Mais déjà une jolie vue sur la lagune et une étape agréable en route vers la Giudecca. Cette vaste partie de la ville, appelée ainsi en raison de sa forme en longue épine, est totalement délaissée par les touristes. Peu de chances que vous soyez dérangés, si ce n'est à l'extrême pointe où se trouve le fameux hôtel Cipriani, le plus luxueux de la ville, encore plus prestigieux que le Gritti ou le Danieli. Pour le reste, vous aurez l'impression d'être les premiers à découvrir quelques bijoux architecturaux, comme par exemple l'église du Rédempteur, chef d'œuvre du Palladio, grand architecte de la Renaissance.

Des mêmes embarcadères, sur la rive degli Schiavoni, vous pouvez aussi partir vers le Lido, pour une journée de dépaysement à l'envers(!). Venant de Venise, vous serez tout surpris de vous retrouver au milieu des voitures et parmi des immeubles récents. Enfin relativement, car pour l'essentiel, il s'agit d'un lieu de villégiature construit au XIXe siècle. De l'endroit où le bateau vous déposera, vous pourrez marcher jusqu'à l'autre côté de cette étroite bande de terre et rejoindre la plage, au niveau du Grand Hôtel des Bains, où fut filmé en grande partie "Mort à Venise", de Lucchino Visconti. Une après-midi sur le sable blanc donc, pour changer de la ville lacustre. En passant, signalons qu le Lido est un bon plan pour ceux qui veulent loger à Venise pour des prix réellement démocratiques. Surtout en dehors des mois d'été. Et si le coeur vous en dit, louez des bicyclettes et continuez votre chemin vers le sud. Le Lido devivent alors Malamocco, toujours sur la même bande de terre, quartier plus populaire, également ancien, et bien plus authentique. Pour l'anecdote, c'était là que résidait Hugo Pratt, l'auteur des aventures en bande dessinée de Corto Maltese.

Après Malamocco et un étroit bras de mer se trouve le village de pêcheurs de Chioggia, qui referme la lagune en son point sud. Des bateaux partant de Venise le rallient à peu près toutes les heures. Sur le trajet, qui à lui seul mérite déjà une journée, vous croiserez plusieurs îles minuscules et chargées d'histoire, comme La Grazia, San Clemente ou Poveglia. Le village de Chioggia lui-même est aussi très ancien et construit sur des canaux. Moins fréquenté que Burano, il est aussi plus vivant et bigarré.

Voilà pour le sud de la lagune. En ce qui concerne le nord, que l'on rejoint généralement à partir d'embarcadères à côté de San Giovani e Paolo (une bonne occasion de revisiter la plus grande église de la ville), il y a bien sûr les immanquables Murano, et ses cristalleries, Burano, le petit port de pêche aux maisons colorées et Torcello, l'ancienne île principale, désertée il y a mille ans. Si ce n'est pas votre premier séjour, vous avez certainement visité ces trois lieux mythiques. Sinon, faites-le pour commencer, quand bien même ils sonneraient trop touristiques à votre goût. Dans tous les cas, en particulier Torcello, ils en valent la peine et seront moins fréquentés que le quartier du Rialto.

Original !

Pour aller un pas plus loin dans l'originalité, vous pouvez commencer par visiter l'île cimetière de San Michele, sur le trajet vers Murano. Sorte de Père Lachaise local. Plus loin, lors de votre halte à Burano, pensez à franchir le pont de bois en direction de Mazzorbo, petit village assoupi au milieu des joncs. Une jolie balade mélancolique d'une heure ou deux.

Plus original encore, cette fois pour être vraiment seuls, rendez-vous à la pointe de Venise et embarquez pour Le Vignole et San Erasmo, deux des plus grandes îles et potagers de la ville. Personne ne pense à s'y arrêter et pourtant, aucun autre endroit ne vous procure un tel sentiment de calme et de tranquillité. Par ailleurs, sur San Erasmo, entre les fermes et les vergers, vous trouverez plusieurs auberges, uniquement fréquentées par les vénitiens et bien meilleures que les "menu turistico" du centre ville.

Une dernière suggestion au passage : entre Burani et San Erasmo se trouve l'île couvent de San Francesco des Deserto. C'est l'un des plus beaux endroits de la lagune, mystérieux et irréel. La légende dit que Saint François d'Assise y a séjourné. La communauté religieuse qui l'occupe toujours autorise les visites.

Infos pratiques

Pour vous rendre à Venise:

Brussels Airlines
propose 3 vols quotidiens. Ryanair propose quant à lui deux vols quotidiens, au départ de Charleroi.

Plus d'informations sur Venise:

l'Office du tourisme vénitien
et
l'Office du tourisme italien.
Ces sites proposent également des réservations d'hôtels en ligne.

Guides et autres livres autour de Venise...

  • Guide du Routard Venise
  • Guide Vert Venise
  • Lonely Planet Venise
  • Un grand week-end à Venise
  • Mes bonnes adresses à Venise
  • Corto Maltese,
    Fable de Venise
     (Hugo Pratt)

Frédéric Bay
(photo Rialto - © Office du Tourisme du Veneto)


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?