Trèves, des Trévires à Karl Marx

Trèves (Trier) - Steipe et Maison rouge (photo Ph. Allard)Située à quelques kilomètres des frontières luxembourgeoise et française, à environ 250 km de Bruxelles, Trier (Trèves) se targue d’être la plus ancienne ville d’Allemagne. Sous le slogan "Trier 2020 + mehr", elle rappelle que la ville, fondée par les Romains en 17 avant Jésus-Christ, existait déjà bien avant leur arrivée.


Nos ancêtres les Gaulois comptaient parmi leurs tribus les "Trévires" qui s’étaient établis sur le site de la ville actuelle. Trèves a donc 2020 ans … et même plus.

La ville de Trèves a été bâtie le long de la Moselle dans une large vallée. Une falaise rouge marque la limite des collines de l’Eifel. La vieille ville est entourée par une ceinture de boulevards que l’on appelle ici "Allee". Elles ont conservé leur large perspective grâce aux maisons bourgeoises de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle.

A visiter à pied

Le centre-ville est pourvu d’un piétonnier étendu, qui couvre les principaux monuments à visiter à Trèves. En partant du sud, on peut par exemple remonter la Neustrasse, la Brotstrasse et la Grabenstrasse en faisant du lèche-vitrine pour parvenir sur le Hauptmarkt (la grand-place). Les commerces sont nombreux et proposent un large éventail de produits dont les prix sont avantageux pour les Belges, Luxembourgeois et Français de passage. C’est à peine si l’on remarque, à côté d’un marchand de journaux, l’entrée de l’église St Gangolf.

La grand-place ou le grand marché est un lieu magnifique et harmonieux. Les maisons du côté est y sont de style néo-classique. Il reste une pharmacie ancienne dont une partie date du XVIIe siècle. De l’autre côté, un ensemble gothique : la maison nommée la "Steipe" (qui signifie "soutien" en raison des piliers qui la soutiennent) et qui date du XVe siècle. Sur la façade se trouvent des statues de saints. A côté de la Steipe se trouve la Maison Rouge, datant de 1684. Ces bâtiments ont été détruits durant la 2e guerre mondiale. Leur reconstruction est une réussite. Sur la maison rouge, on peut lire une inscription en latin qui signifie "Trèves fut fondée mille trois cents ans avant Rome; qu’elle perdure et jouisse d’une paix éternelle" et montre la fierté que les habitants ont de leur ville.

Trèves (Trier) - Fontaine du Marché (photo Ph. Allard)Au sud-est de la grand-place, la Fontaine du Marché date du XVIe siècle et a été restaurée en 1983. Elle représente les 4 vertus cardinales : la Justice, la Force, la Tempérance et la Sagesse. Au centre de la place, la Croix du marché symbolise la paix du marché. Elle fut installée en 958, mais son original se trouve au Musée municipal.

En poursuivant sur Simeonstrasse, on peut voir une magnifique tour d’habitation, la Maison des Rois Mages. Elle date du début du XIIIe siècle. Elle a été restaurée avant la 2e guerre mondiale et repeinte dans les années 1970. Le rez-de-chaussée est aveugle et la porte d’entrée se trouvait au premier étage, il fallait y accéder par un escalier de bois. C’est un bel exemple de maison fortifiée de ville de style gothique.

Trèves (Trier) - Porta Nigra (photo Ph. Allard)On débouche sur la Porta Nigra, qui incarne la grandeur de l’empire romain. Elle date du IIe siècle et faisait partie d’un ensemble de fortifications d’une longueur de plus de 6 kilomètres. Les murs sont faits de blocs de grès rose reposant sans mortier les uns sur les autres. La porte fut intégrée au XIe siècle à la construction d’une double église, en hommage à l’ermite Siméon de Syracuse qui y avait vécu durant 5 ans. C’est grâce à cette construction que le bâtiment fut sauvé des voleurs de pierre et métaux. En 1804, Napoléon Ier donna l’ordre de rendre son aspect d’origine à la Porta Nigra et d’en éliminer tous les éléments non romains. Le chœur roman du XIIe siècle fut cependant sauvé, ainsi que le cloître canonial Saint-Siméon accolé à la Porta.

Cathédrale et église voisinent

Trèves (Trier) - Notre-Dame (photo Ph. Allard)A partir de la grand-place, en suivant la Sternstrasse, on débouche sur le parvis de la cathédrale (Domfreihof) et on découvre l’ensemble étonnant de deux églises d’époques différentes : la cathédrale du XIe siècle (Dom) et l’Eglise Notre-Dame, de style gothique primitif (XIIIe siècle). L’intérieur des deux lieux de culte est assez sombre et les vitraux offrent des jeux de lumières très intéressants. On quitte le quartier de la cathédrale qui jouissait autrefois de l’immunité pour se diriger vers le sud-est, vers le quartier antique, le long de la Weimarer Allee et de la Kaiserstrasse.

Trèves (Trier) - Karl Marx (photo Ph. Allard)On débouche sur la Basilika. C’est un bâtiment antique qui était probablement une résidence impériale. Il n’en subsiste que l’Aula Palatina, dite Basilika. Elle sert aujourd’hui d’église protestante et est remarquable pour son plafond de bois et ses dimensions impressionnantes. C’est également dans ce parc que se trouvent le palais des Princes électeurs (Kurfürstliches Palais), le Musée régional rhénan d’archéologie, la bibliothèque municipale et les thermes impériaux (Kaiserthermen). Plus loin encore, au-delà de l’Allee, l’ancien amphithéâtre romain, datant également du IIe siècle.

Les visiteurs de Trèves n’oublient pas non plus de se rendre dans la maison natale d’un certain Karl Marx dont les écrits devaient avoir une large influence sur le XXe siècle.

Infos

La circulation dans Trèves est dense mais aisée : suivre les indications centre-ville ou le "i" signalant le syndicat d’initiative qui se situe à la Porta Nigra. De nombreux parkings publics payants entourent le centre piétonnier. La gare est à proximité de la Porta Nigra. La visite de centre se fait à pied sans difficulté.

Le site de Trèves est multilingue (allemand, français, anglais, néerlandais, chinois, italien) :

www.trier.de
.

Textes :

Julia Limbourg 
Photos :
Philippe Allard


Partager







© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?