Prague, la bien-aimée de l'Est

Château de Prague depuis le Vysehrad (photo : Charlotte Noblet)"Praha" en tchèque, la capitale de la République tchèque comme de la Bohême, dévoile aux nombreux touristes qui arpentent ses rues le pittoresque de ses passages, de ses églises, de ses tavernes ou grands cafés. La ville de Kafka n'a subi ni grande destruction pendant la guerre, ni plan d'urbanisme drastique à la Hausmann, et permet de fait d'imager aisément de grands moments d'histoire dans leur décor d'antan.


Les premiers pas à Prague mènent souvent au pont Charles, dont on connait la silhouette gommée par la brume de l'aube, avec son côté mystérieux et romantique. Reliant depuis maintenant plus de 650 ans la Vieille Ville et Mala Strana, le chef-d'oeuvre architectural est réservé aux piétons. Portraitistes, photographes, marionnettistes et musiciens en tout genre y accueillent les touristes, nombreux à venir flâner sur le pont, à profiter du beau point de vue sur la ville.

Jusqu'en 2017, une nouvelle "attraction" est d’ailleurs au programme : les travaux entrepris pour remédier tant aux infiltrations récurrentes qu'à l'érosion de certains blocs de grès du pont. Et une fois les rénovations terminées, le pont Charles devrait être doté d'un nouvel éclairage au gaz. De quoi retrouver son romantisme d’autrefois...

Sur le pont Charles à Prague (photo : Charlotte Noblet)

Vers le château

La rue Cihelnà vient quasiment chercher le promeneur au pied du pont Charles, côté Mala Strana. Etroite et élégante, elle propose toutes sortes de bibelots, marionnettes, objets de porcelaine ou bijoux de grenat à qui prend le temps. Les maisons et petits palais qui la bordent attirent le regard. Dans l'une de ces demeures résida au XIXe siècle la famille Kafka.

Doucement, la rue mène au chateau, lieu emblématique de la ville qui évoque l’un des âges d’or de Prague. Majestueux, le chateau royal s'élève sur la colline de Hradčany : c'est ici que fut fondée la ville, au IXe siècle. Le chateau royal n'a atteint sa forme actuelle qu'au XVe siècle, ce qui explique entre autres son incroyable hétérogénéité architecturale, marquée par les styles d'époques différentes.

Autrefois résidence des rois, aujourd'hui résidence présidentielle, les lieux conservent un aspect bucolique qui plaît beaucoup aux touristes, surtout en période estivale. Avec ses petites ruelles, ses cours cachées et passages insolites, le chateau royal est comme une ville dans la ville. A ne pas manquer : sa galerie de peintures, dont certaines œuvres de maître remontent jusqu’au XVIe siècle. Et bien sûr, la légendaire "ruelle d'Or", celle des alchimistes...


Le château de Prague et le pont Charles (photo : Charlotte Noblet)

Dans la Vieille Ville

Si certains se lancent à la conquête ascensionnelle du chateau royal après la découverte du Pont Charles, d'autres préfèreront pénétrer les secrets du plus ancien quartier juif d'Europe de l'autre côté du pont, côté Vieille Ville.

Le quartier juif de Prague fut fondé au XIIe siècle et appelé Josefov, en hommage à Joseph II. Bien que la majeure partie des ruelles étroites et si chères à Kafka aient disparues lors des mesures d’assainissement à la fin du XIXe siècle, le charme magique des lieux continue d’attirer les touristes du monde entier. De l'ancien ghetto, il ne subsiste pourtant que 6 synagogues, l'hôtel de ville et le cimetière. Mais ces monuments sont de véritables bijoux.

Et l’atmosphère des lieux se prête à la légende selon laquelle le rabbin Jehuda Lew ben Bezabel dit rabbin Löw - un des illustres rabbins de la synagogue Vieille-Nouvelle - aurait créé le Golem, géant né d'un mélange de terre et d'argile destiné à protéger la communauté juive. Selon la légende, le Golem serait toujours caché dans un endroit inaccessible, certainement sous le toit de la plus ancienne des synagogues pragoise, la synagogue Vieille-Nouvelle.

Après avoir déambulé entre les tombes ancestrales du cimetière juif recouvertes de petites pierres, une pause sera probablement la bienvenue. Pourquoi pas sur la place de l’Hôtel de Ville, afin de profiter de sa diversité architecturale comme de ses terrasses accueillantes !

Impossible de passer ici à côté de l’horloge astronomique ornant la façade de l’Hôtel de Ville : une superbe mécanique représente le mouvement des astres tel qu’on l’imaginait au moyen-âge (la Terre au centre de l’univers) et fait une fois par heure défiler des figurines (un squelette, les 12 apôtres et un coq doré) devant des visages ébahis. De quoi faire oublier l’attitude parfois désarmante des serveurs tchèques ?

Enfin, toujours devant l’Hôtel de Ville, 27 croix au sol symbolisent les 27 martyrs décapités, dirigeants de la révolte contre les Habsbourg.
Place de la Vieille Ville à Prague (photo : Charlotte Noblet)

La place Wenceslas
dans toutes les mémoires

L'histoire douloureuse de la République tchèque se laisse découvrir en filigrane à de nombreux coins de rue. La longue place Venceslas (Vaclavské naměstí), dans la Nouvelle Ville, fait partie de ces hauts-lieux de l’histoire du pays.

Ancien marché aux chevaux, la grande artère commerciale est considérée comme les Champs-Elysées pragois. Boutiques, agences de voyages, boîtes, cafés, grands hôtels…  Plusieurs bâtiments de cette rue qui relie l’imposant Musée national à l’avenue Na Příkopě sont remarquables. Parmi eux, l’hôtel Jalta, qui accueillait les voyageurs étrangers lors du régime communiste.

La place Vencelas fut le théâtre de plusieurs bouleversements politiques. Celui des évènements qui accompagnèrent le "Printemps de Prague", lorsque la demande des Tchèques d’un "socialisme à visage humain" est anéantie par l'intervention de l’armée soviétique, le 21 août 1968. Un étudiant, Jan Palach, s'immola alors par le feu sur la place Venceslas, devenant ainsi le symbole de la résistance contre l'occupation soviétique.

De même en 1989, des milliers de personnes sont descendues sur la Place Venceslas pour exiger la fin du régime. La "Révolution de velours" était en marche, Vaclav Havel fut élu président de la République le 30 décembre 1989. La fin du communisme s’est notamment traduite par une remise en valeur du patrimoine architectural, culturel et artistique de la ville de Prague. Ceci malgré les difficultés d'adaptation au régime capitaliste.

La place Wenceslas et le Musée national (photo : Charlotte Noblet)

Doucement, les douleurs de l’histoire appartiennent au passé et, après s’être prononcés à 77% pour l’adhésion à l’Union européenne en mai 2003,  les Tchèques se concentrent maintenant aux affaires. Les infrastructures se multiplient pour accueillir les touristes qui semblent avoir élu Prague comme leur "ville de l’Est" bien-aimée.

Infos pratiques

Transports en commun

3 lignes de métro, un funiculaire, des trams et de nombreux bus: les transports en commun sont pratiques et bon marché. A préférer aux taxis dont les tarifs s'avèrent parfois excessifs...

Il y a des billets valables pour 30 minutes (18 Kc; 0,50 €) et 5 stations maximum, 75 minutes (26 Kc; 0,75 €), un jour (100 Kc; 3 €), 3 jours (330 Kc; 9,90 €) ou encore 5 jours (500 Kc; 15 €). Le transport est gratuit pour les personnes de moins de 6 ans et de plus de 70 ans.

www.dpp.cz

Prague Card

Forfait valable pendant 4 jours (740 Kc/24,50 € ou 490 Kc/16,50 €) donnant accès à 50 musées et monuments historiques tels que le château de Prague et celui de Troja, le couvent Sainte-Agnès, la villa Bertramka, Petrín, les musées Franz Kafka, Mucha et Smetana, le musée tchèque de la musique ou encore celui des Arts décoratifs. Un supplément est possible pour circuler librement dans les transports en commun. En vente dans les offices du tourisme.

www.praguecard.cz

La vignette autoroutière

Payable seulement en espèce, éventuellement en euros, elle est obligatoire sur autoroute et certaines 4 voies. On la trouve aux postes-frontières, dans les stations-service, à la poste. Vignette valable 1 an: 900 Kc (30 €); 1 mois: 2 500 Kc (83,40 €); 10 jours: 1 500 Kc (50 €).

L'ABC culinaire pragois

Le hors-d'oeuvre (předkrmy) est généralement servi froid. Jambon de Prague (pražská šunka), salades de concombres (okurkovy salát) ou de pommes de terre (bramborovy salát), oeufs à la russe (ruska vejce), salami hongrois (uhersky salám) ou foie d'oie aux oignons (husií játra na cibulce) sont des classiques de la carte.

Dans un autre style, les potages (polévky): soupe à base de pommes de terre, champignons et carottes (česká bramborová), soupe aux tripes (dřstková), soupe aux choux et au lard (zelnačka) ou consommé de boeuf (hovezi polévka).

Les plats  tchèques traditionnels (ceská narodni jidla) sont souvent plus que consistants. Beaucoup sont aussi panés: fromage chaud pané (smaženy syr), escalope panée (smaženy řizek), boulettes de viande panées (smazeny karbanatek). Un autre grand classique,  le rôti de boeuf à la crème servi avec des airelles (svičková na smetane).

Pour accompagner les plats, pas de pain mais une autre spécialité locale, les knedlíky.

S'il vous reste de l'appétit pour les desserts (moučnikys), essayez donc les sablés à la crème en forme de cercueil (rakvicka, "petits cercueils").

Enfin, côté boissons, la réputation des bières tchèques n'est plus à faire! A Prague, les bières en vogue sont la traditionelle Smichov de Staropramen et la nouvelle venue, la Velvet.

Une publication présentant les restaurations d'une cinquantaine de monuments historiques de la ville est disponible gratuitement dans les offices du tourisme de la ville (

www.prague-info.cz
).

Tourisme & infos

Office du tourisme dans la Vieille Ville
Staroměstské nám. 6, Prague 1.
C’est le seul bureau qui possède un service de guides, français inclus.

Office de tourisme à la Gare centrale
Dans le hall de la gare centrale. Hlavní
Nádraži, Prague 2

Office du tourisme, au pont Saint-Charles
Tour du pont Charles, côté Mala Strana, Prague 1
Ouvert d'avril à octobre. Situé au rez-de-chaussée de la tour.

Centre d’information des régions tchèques
Staroměstské nám. 6, Prague 1.
Informations générales sur la République tchèque.

www.venkov.oblasti.cz

Čedok
Na Příkopě 18, Prague 1
Autrefois agence officielle du pays, Cedok propose aujourd'hui toute une gamme de services touristiques. Infos générales et horaires de trains. Bureau de change pour le cash.

www.cedok.cz

Avant-garde Prague
Kaprova 13, Prague 1.
Agence de visites guidées à Prague et alentours, tenue par un Français installé à Prague.

www.avantgarde-prague.cz

Radio Praha
Une mine d'informations visuelles, sonores et actuelles sur Prague et la République tchèque.

www.radio.cz/fr

Agenda

6 -12 novembre 2008. Festival Mezipatra
Festival du film gay et lesbien de la République tchèque

www.mezipatra.cz/en/2008/

Décembre. Marchés de Noel
Sur la place de la Vieille Ville, la place Venceslas et au château de Prague se tiennent les plus beaux marchés de Noel de la ville. Les crèches de la place Loreta et de l'église Saint-Mathieu sont également à recommander.

11-19 mars 2009. One World
Festival de documentaires sur les droits de l'Homme accompagné de débats, ateliers, expo-photos.

www.jedensvet.cz/ow/2008/

28 mars 2009. Marathon international de Prague

www.pim.cz

12 mai - 4 juin 2009. Printemps de Prague
Festival international de musique classique réunissant solistes, grands orchestres symphoniques et musique de chambre du monde entier. En ouverture, Ma patrie de Smetana et en clotûre la 9e symphonie de Beethoven.

www.festival.cz

14-17 mai 2009. Bookworld Prague
La foire internationale du livreest le rendez-vous incontournable pour celles et ceux qui s’intéressent à l’Europe centrale et orientale

www.bookworld.cz

Charlotte Noblet
(texte et photo)

 


Partager







© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?