Malte aux accents méditerranéens et britanniques

La destination pouvait paraître “exotique” mais, aujourd’hui, Malte, entre la Sicile (à environ 90 km) et le continent africain est une île pleinement européenne. Surtout depuis le 1er mai 2004. C’est aussi une destination prisée des amateurs de soleil, d’histoire et de monuments.


Pour se rendre à Malte, une seule vraie solution : l’avion. Soit, par exemple, en vol direct grâce à

Air Malta
, soit en choisissant un vol avec une escale par exemple via Rome avec
Alitalia
.

On the road

Sur place, on peut user des taxis ou louer une voiture (éventuellement avant le départ pour profiter de meilleurs tarifs) avec ou sans chauffeur, tout en n’oubliant pas que la conduite se fait à gauche et que le réseau routier se caractérise malheureusement par une déficience d’indications ou des indications tardives, sans parler des nids de poule voire de la tôle ondulée (la traversée de Mgarr est sidérante). Les routes abondent de 4X4 (dont les jeeps Maruti) et de pick-ups mais aussi de vieilles anglaises ou de Lada ! On peut encore utiliser le très dense réseau de ces

bus
 colorés - parfois d’antiques Leyland personnalisés - et au charme quasi oriental.

La priorité de droite est d’usage sauf sur les routes principales sur lesquelles les véhicules les empruntant disposent de la priorité. Dans les ronds-points, les véhicules venant de droite ont la priorité. La vitesse est limitée à 60 km/h (40 miles/h) et à 40 km/h (23 miles/h) dans les agglomérations. Dans certaines zones, la vitesse peut encore être être moins élevée (35 km/h, 15 km/h). Les ceintures de sécurité sont obligatoires à l’avant et recommandées à l’arrière. Attention, les stations d’essence (sauf celles ouvertes 24h/24) ne sont pas ouvertes les dimanches et jours fériés.

Pour visiter l’île sans trop se poser de questions, pourquoi ne pas répondre aux nombreuses propositions de “tours”. Par bus bien sûr avec des voyages d’une matinée, après-midi ou journée. Par bateau également puisque l’on vous suggère des “croisières” autour de l’île, jusqu’à Comino ou, pourquoi pas, de vous rendre en Sicile en 1h30. Les excursions autour de l’île peuvent proposer des visites aux escales ou, tout simplement, un temps pour nager, plonger.

Touristes bienvenus

Si l’île a si souvent été attaquée ou occupée (par les Phéniciens, Arabes, les Turcs, les Français, les Anglais), elle reste néanmoins très hospitalière. Dans le moindre village, les cafés affichent la pancarte “Tourists are welcome”. L’île est réputée sûre; seule petite arnaque rencontrée : des soi-disant gardiens (portant badge et parfois casquette) demandent ou exigent de l’argent pour une place dans des parkings publics (à La Valette le jour du marché, près du temple de Hagar Qim, de la grotte bleue, sur le parking public face à Mdina,...) ! S’ils se font copieusement injurier par les indigènes, les touristes, eux, n’osent pas souvent refuser une pièce.

Inutile d’envisager de maîtriser quelques rudiments de maltais, cette langue d’origine sémitique nous est absolument hermétique. Les échanges se feront en anglais, la langue du dernier occupant (ou libérateur). De nombreuses écoles proposent des cours de langue. Les adultes peuvent ainsi améliorer leur “anglais des affaires”. C’est également une occasion pour vos (petits-)enfants de manier la langue de Shakespeare sur une terre plus ensoleillée, voire d’associer l’apprentissage de la langue avec une activité plus sportive comme la plongée.

Malte est une destination de rêve pour les amateurs de plongée. Les débutants pourront y faire leurs premiers... pas, tandis que les plongeurs plus avertis aimeront visiter des grottes et cavernes, des épaves, de se glisser au-dessus de récifs et de falaises sous-marines.

Mdina

Les touristes connaissent La Valette mais ignorent souvent que la première capitale de l’île fut Mdina. Ou faut-il dire Melita comme au temps des Romains, Medina comme les Arabes, Citta Notabile comme au temps des chevaliers... car la ville a maintes fois changé de nom. Les Maltais ont conservé Mdina en déformant le nom arabe. Malgré que son rôle se soit estompé, elle reste une ville fascinante ceinte d’impressionnantes fortifications percées par des portes comme la porte grecque. Ces portes mènent à des rues étroites où la circulation automobile est soit impossible soit réservée aux quelques habitants recensés. Les hauts bâtiments maintiennent les rues à l’ombre. La place du Bastion offre une vue étonnante sur le village voisin de Mtarfa et sur l’est de l’île. Les palais, parfois reconvertis en café-restaurant comme le Palazzo Costanzo, sont des havres de fraîcheur à la façade de style sicilo-normand. C’est là, dans cette "Cité du silence" que vivent les plus anciennes familles de Malte.

La cathédrale est remarquable. De style baroque, elle utilise à profusion les marbres. Son sol est composé des dalles funéraires des évêques, avec leur blason, leur devise et une symbolique qui peut paraître aujourd’hui macabre. On retrouve un sol similaire dans la cathédrale Saint-Jean de La Valette. L’ancien séminaire - lui aussi de style sicilo-normand- abrite, derrière son porche gardé par deux atlantes, le Musée de la Cathédrale avec des pièces de l’ancienne cathédrale, des documents historiques, des poteries puniques et romaines, des pièces de monnaie, de très belles peintures souvent à vocation religieuse (comme la remarquable "Expulsion du jardin d’Eden" de Bernardo Strozzi) ou historique. Ce musée recèle également des oeuvres de Dürer comme les séries consacrées à la "Petite Passion du Christ" et à "La vie de Marie".

A apprécier : à défaut d’y loger, au moins prendre un café à l’hôtel Xara (5 étoiles) sur la placette face au conseil municipal. Attention à ne pas programmer trop tard sa visite de Mdina. Boutiques et lieux à visiter ferment vers 16h ou 16h30.

  • Palazzo Costanzo 
    Villegaignon Street - Mdina
    Tél. +356-2145.4625 - fax +356-2145.0224
  • The Knights of Malta
    14/19, Casa Magazzini, Magazines Street - Mdina
    Tél/fax +356-451342
  • The Mdina Experience
    7, Mesquita Square - Mdina
    Tél. 454322 - Fax 450060

Rabat

Rabat veut dire faubourg en arabe. La ville prolonge en effet Mdina. Rabat vaut également une visite, notamment pour ses catacombes et églises. Lors de notre visite, hors saison, les églises étaient en réfection ou fermées. Beaucoup visitent cependant les catacombes Saint-Paul dans Agatha Street. On descend quelques marches pour se retrouver sous un jardin, dans un couloir voûté, et l’on y découvre des niches et des tombes creusées dans la pierre.

Les commerces de Rabat proposent des bijoux en filigrane, des pierres. A la jonction de Rabat et de Mdina, une villa romaine a été découverte; elle était en restauration lors de notre visite.

La Valette

La visite de La Valette se fait à pied ou en calèche. La capitale de l’île fut reconstruite après le Grand Siège des Turcs de 1565 à l’initiative du Grand Maître Jean de La Valette. Afin d’éviter de nouvelles attaques des ports, La Valette décide de construire une ville fortifiée. La presqu’île est parcourue de rues parallèles et perpendiculaires.

Le point de départ de la visite est la place des Tritons, c’est le terminus de tout le réseau des bus maltais. C’est également à proximité que se trouvent les parkings de la capitale et c’est surtout l’entrée principale de la ville.

Lorsqu’on arrive dans Republic Street, la rue principale, on est frappé par le plan strictement géométrique de La Valette. Les maisons ont été conçues par Cassar et Laparelli, à l’origine de style Renaissance, mais le baroque fit rapidement son apparition. La 2e guerre mondiale fit à nouveau des ravages et il suffit de lever la tête vers les magnifiques bow-windows pour constater que la reconstruction n’est pas terminée. Beaucoup de maisons ne sont utilisées que pour leur rez-de-chaussée (commerces) et les étages sont à l’abandon ou peu entretenus. La ville est très pentue et on peut craindre la "descente" vers le fort Saint-Elme ou l’Hôpital de l’ordre Saint-Jean qui se situent au bord de la mer, mais la remontée n’est pas trop pénible. Si vous renoncez à la faire à pied, des calèches vous attendent au pied du fort.

Republic Street est très commerçante et les boutiques de souvenirs, les banques et les autres commerces ne manquent pas. On trouve aisément des broderies, des lainages (qui rappellent les pulls... irlandais), des bijoux en bijoux filigrane, des reproductions de statues anciennes... et de mauvaises copies d’épées !

Le dimanche matin est le jour du grand marché qui attire nombre de touristes. Attention car l’après-midi, tout est fermé : musées, églises, sites, commerces.

A mi-chemin de la rue, vous parvenez à la place Saint-Jean. C’est là qu’est située la Cathédrale Saint-Jean. Sa façade est simple, mais l’intérieur est d’une richesse étonnante. Les murs sont tous sculptés, peints et comportent souvent des dorures. Les dalles du sol sont les pierres tombales de plus de 400 chevaliers; elles sont de marbre coloré comme à la cathédrale de Mdina. Le dimanche, la cathédrale n’est accessible qu’aux personnes qui souhaitent assister au culte. Le reste de la semaine, l’entrée se fait sur le côté et est payante. La visite se termine par le musée de la cathédrale où l’on peut admirer le tableau de "La Décollation de Saint-Jean" du Caravage datant de 1608. De grandes tapisseries flamandes des XVIIe et XVIIIe siècle sont également exposées, dont une série a été dessinée par Rubens. On peut y voir également des vêtements sacerdotaux ainsi que le siège du pape Jean-Paul II lors de sa visite apostolique sur les traces de Saint-Jean en 2001.

Casque de l'armurerieL’Armurerie du Palais du Grand Maître fascinera les amateurs d’histoire. L’armurerie comporte deux grandes salles. Les vitrines montrent des armes (sabres, mousquets, épées, canons), des casques, des armures des différentes époques de la vie très guerrière de l’île.

L’hôpital de l’Ordre des chevaliers de Malte fait office de lieu de congrès à l’heure actuelle. Le sous-sol a été aménagé en musée retraçant l’histoire des hospitaliers. Le rez-de-chaussée et les étages ne sont pas accessibles au public. La grande salle où les malades étaient soignés est d’une longueur impressionnante; elle témoigne du caractère novateur de la médecine à Malte où les blessés et malades recevaient des soins spécialisés.

  • The Great Siege of Malta & The Knights of St. John
    Republic Square
    Valletta
    Tél. 247300 - fax 244986
    Entrée : 3,5 Lm
    E-mail :
    cities@maltanet.net
  • The Malta Experience
    St Elmo Bastion
    Mediterranean Street - Valletta
    Tél. 243.776 - fax 249.426

Mellieha

MelliehaCe village du nord de l’île est la dernière étape avant l’embarcadère pour Gozo. Le village domine la baie de Mellieha. Là, sur une étroite bande de sable, Maltais et touristes goûtent au joie du bronzage, de la baignade, du jet-ski. Un regret : l’état de la plage le dimanche en fin d’après-midi. Les trop rares poubelles sont pleines à ras bord et s’il y a un service de nettoyage de la plage, il est plus que discret... Non loin, le village de Popeye, enfin celui qui servit de décor au tournage du film de Robert Altman!.

Le village de Mellieha est tourné vers sa fière église flanquée de deux clochers et son dôme. On y propose également la visite d’un important (environ 500 mètres) abri souterrain de la 2de guerre mondiale. Il rappelle que durant cette guerre, Malta a été une des places les plus bombardées avec 17.000 tonnes de bombes.

World War II Mellieha Shelters
Our Lady of Grotto Street - Mellieha
Tél. +356-79-521.970

Restaurant Mithna (Mellieha)
Ce moulin vieux de 400 ans propose une très belle salle en longueur et une carte qui fait la part belle aux produits locaux. De bonne qualité mais un service un peu lent.

The Pergola Club Hotel

Un hôtel 4 étoiles (chambres, suites, appartements) avec de nombreux services (2 piscines extérieures, 1 piscine intérieure, une salle de sport, une salle de jeux, plusieurs restaurants et bars, un point d’accès Internet,...). Un excellent service. Un seul bémol : l’aspect labyrinthique de ce “complexe”.

Adenau Street - Mellieha MLH 03
Tél. +356-21-525071 - Fax +356-21-521436
E-mail :

info@pergolahotel.com.mt
  

Saint Julian’s et St Paul’s Bay

A l’ouest de La Valette, ces baies sont magnifiques. Les touristes y trouveront une abondance d’hôtels et logements, de bars et restaurants, de piscines publiques (Lido). La route qui longe le bord de mer de plages ou de rochers est agrémentée de bancs et l’on trouve des petits commerces qui vous proposent boissons fraîches, glaces et autres snacks. Parfois aussi, ce sont des terrasses de bars ou restaurants qui surplombent la mer et permettent d’admirer l’horizon à l’ombre d’un parasol. Ces cités balnéaires foisonnent également de boutiques de souvenirs, de commerces en tout genre. C’est là aussi que les noctambules trouveront leur bonheur (bars, karaokés, dancings).

Marsaxlokk

MarsaxlokkAu sud-est de l’île se trouve un charmant petit port de pêche : c’est la Baie de Marsaxlokk. La cité est très calme et propose un marché aux touristes. On peut y boire un verre ou se restaurer à quelques mètres des petits bateaux traditionnels. Ce sont des petites barques colorées de bleu, vert, jaune et rouge avec pour les protéger l’oeil d’Osiris à la proue.

Les musées d’archéologie à Malte et Gozo

Le musée d’archéologie de Gozo se situe dans la forteresse de la capitale, Victoria. Il est très petit et l’air conditionné y est inexistant (ou n’était pas branché). Il comporte deux salles au rez-de-chaussée ainsi qu’au premier étage. Les vitrines sont remplies d’objets préhistoriques et de vestiges d’embarcations récupérés dans la mer (ancres, amphores), mais s’ils sont bien mis en valeur visuellement, cela manque d’explications.

A La Valette, le musée d’Archéologie, dans Republic Street, est plus étoffé. Le nombre de salles n’y est pas nécessairement plus important, mais les statues et les bas-reliefs récupérés sur les sites préhistoriques sont magnifiques. Une visite du musée après celle des sites peut être considérée comme la cerise sur le gâteau, car les sites sans visite guidée sont assez peu parlants pour le touriste moyen. Les sculptures des déesses de Malte y sont plus nombreuses qu’attendu, les différences graphiques des dessins ou des sculptures sur les mégalithes sont extrêmement originales et nous font admirer avec respect ces civilisations anciennes.

Une très sainte île

Malte a été évangélisé par Saint Paul. Pas moins! Naufragé sur St-Paul’s island, un minuscule îlot en bordure de... St-Paul’s Bay, il a converti le gouverneur romain qui est ensuite devenu le premier évêque de l’île.

Pays éminemment catholique, Malte et sa voisine Gozo regorgent d’églises qui rivalisent les unes avec les autres. C’est la course à la coupole la plus volumineuse et la surenchère baroque.

Les traditions catholiques sont vivaces dans ces îles et l’année est ponctuée de fêtes en l’honneur de saints. Un certain “conservatisme” se traduit par l’attitude à adopter lors des visites d’église (les femmes doivent avoir les épaules couvertes) mais surtout dans la vie politique. C’est le seul pays d’Europe où le divorce reste interdit. Avant les élections européennes, les évêques maltais avaient rappelé leur position contre l’avortement, l’euthanasie, le divorce et ne voulaient reconnaître que le seul mariage issu consentement mutuel entre un homme et une femme.

Il est dommage que, dans un pays si religieux, les églises soient si souvent closes, empêchant le touriste de se recueillir ou, tout simplement, de visiter les lieux.

Pratique

Attention, ce n’est pas parce que Malte fait désormais partie de l’Union européenne qu’elle fait pour autant partie de la zone euro : 1 livre maltaise (pound) ou Lm vaut environ 2,35 euros (ou 93,50 BEF). Pour les “anciens Belges”, il suffit donc d’ajouter deux zéros aux prix en livres pour obtenir à peu près l’équivalent en francs belges.

Pour se procurer de l’argent, on peut passer par les “bureaux de change” (en français sur les panneaux) ou simplement retirer de l’argent dans les distributeurs extérieurs de la banque HSBC ou de la Banque de la Valette.

Pour connaître l’information locale, on peut consulter The Malta Independent ou, surtout,

The Times
 (20 cents), même si l’information utile au touriste (animations, activitész,...) n’y est pas prépondérante.

Attention : les prises électriques sont différentes et les adaptateurs très demandés dans les hôtels. Il est donc conseillé de s’équiper d’un adaptateur universel (en vente dans les aéroports).

  • Malta Tourism Authority
    Auberge d’Italie - Merchants Street - Valletta
    Tél. +356-21-225.111 - E-mail :
    info@visitmalta.com
      
  • Malta Tourist Office
    rue Belliard, 65 - 1040 Bruxelles
    Tél. +32-2-280.06.04 - fax +32-2-280.07.12 - e-mail :
    info@malta.be
      
  • Office du Tourisme de Malte

    9, Cité Trévise - 75009 Paris
    Tél. +33-1-48.00.03.79 - fax +33_1-48.00.04.41
    E-mail :
    info@visitemalte.com
      

A lire aussi...

  • Gozo, la petite soeur de Malte
  • Sites préhistoriques et temples maltais
  • Une inspiration culinaire maltaise
  • Conduire à gauche

Julia Limbourg
Philippe Allard


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?