La Maison Alijn

Le musée de l'Art populaire de Gand a été rebaptisé en mai 2000 Maison Alijn. Ce musée intéressant offre beaucoup de possibilités au visiteur. Les expositions temporaires et permanentes valent le détour. En outre, le musée met tout en oeuvre pour attirer et charmer toujours plus de visiteurs. Il y a quelques années, une invasion de 13.000 nains de jardin dans le centre-ville y a contribué.


Le musée de l'Art populaire à Gand

En 1926, la Fédération royale du Folklore de Flandre orientale a été créée. L'administration de cette association a donné le coup d'envoi à la constitution d'une collection folklorique. A ses débuts, elle a été hébergée dans l'église des Ongeschoeide Karmelieten (Lange Steenstraat). La première exposition au cours des fêtes gantoises en 1927 a été le début d'une collection permanente. Cinq ans plus tard le musée a été inauguré.

Comme la collection s'accroissait au cours du temps par les achats et les donations, il a fallu trouver une nouvelle implantation. En 1962, le musée a alors été hébergé dans l'ancienne maison Alijn, ou "Kinderen Alijnshospitaal" située à la Kraanlei. 

La maison Alijn

Cette maison datant de 1363 a connu une histoire bizarre. Le bâtiment a été construit comme signe de réconciliation entre deux familles gantoises éminentes, les Rijms et les Alijn. Des membres de la première famille avaient assassiné en 1354 deux membres de l'autre famille. Une rancune tenace les tenaillait. Cette dispute a été réglée en 1362 en infligeant une amende à la famille Rijms. Il s'agissait de payer une rente annuelle avec laquelle on financerait un hospice, un foyer d'accueil pour les pauvres.

La maison a été bâtie grâce à la famille Alijn qui a cédé dans ce but un bâtiment autour duquel un certain nombre de maisonnettes et une chapelle ont été érigées. Au cours des siècles suivants, le bâtiment a changé plusieurs fois de fonction. Ainsi, au 19e siècle, c'était une usine entourée de petites maisons d'ouvriers. En 1941, tout a étéracheté par l'administration de la ville de Gand et ,en 1943, le bâtiment a été classé. A partir de 1962, on y a donc hébergé la collection du Musée du Folklore après une restauration approfondie, le bâtiment est devenu le Musée d'Art populaire.

À la fin du 20e siècle, un nouveau directeur a voulu rénover cette approche folklorique de manière approfondie. Dès lors, l'accent s'est davantage mis sur l'attrait des visiteurs. Une information novatrice du public a suivi. En 2000, le nom du Musée de l'Art populaire a été changé en Maison Alijn, un renvoi à l'ancienne histoire du bâtiment. Toutes sortes d'initiatives et de projets ont été lancés pour attirer les visiteurs. L'action la plus remarquée a été l'organisation d'une invasion de nains de jardin. Dans la ville, 13.000 nains de jardin ont soudain fait leur apparition, déposés par le Musée. L'initiative a obtenu beaucoup d'échos dans la presse. Le coup publicitaire était donc réussi. Le Musée a même obtenu en 2002 le prix du patrimoine flamand.

La Maison Alijn veut conserver les collections, les présenter au public et encourager les études sur l'Art populaire. Dans le musée, on peut faire connaissance avec la vie quotidienne dans la ville de Gand au 19e et au début du 20e siècle. La collection est construite autour de quatre thèmes : le cycle de la vie, les croyances populaires, le travail et les loisirs. En plus de la collection permanente, de nombreuses expositions temporaires sont organisées régulièrement. Un grenier de poupées, une taverne et un théâtre de marionnettes compléteront la visite. 

Renseignements pratiques

Maison Alijn
Kraanlei 65
9000 Gand
Tél. 09.269.23.50 - fax 09.269.23.58
Mél :

huis.alijn@gent.be

Sites web :
www.huisvanalijn.be
(infos en néerlandais et anglais) - 
http://www.visitgent.be/eCache/VGF/2/757.dmdfbGFuZz1GUg.html
 

Ouvert tous les jours sauf le lundi, de 11 à 17 h.

Sur demande, on peut obtenir des visites guidées pour groupes en dehors des heures habituelles

Paul Willems


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?