Bouillon: pas seulement pour les écoles!

Souvent le souvenir d'un voyage à Bouillon remonte aux premières excursions scolaires. Le château n'a sans doute guère bougé depuis ces années. Le déplacement vaut-il encore la peine?


Indéniablement. C'est avec plaisir que chacun revisite le château... Et s'étonne qu'il ne remonte pas aux premières croisades. En effet, si l'on fait remonter les origines du château au Xe siècle, la forteresse, telle qu'elle se présente aujourd'hui date, dans une large mesure, de la première moitié du XVIe siècle. Des modifications importantes ont été apportées vers 1680 par l'architecte français Vauban qui fortifia également la ville. Les Hollandais aussi influencèrent les lieux.

 Le château reste remarquable et la vision de la boucle de la Semois qu'il contrôle est tout à fait impressionnante. Pont-levis, meurtrières, oubliettes, souterrains,... fascinent petits et grands. Et chacun de se remémorer une lecture, un film, un feuilleton où s'entrechoquent les épées et fusent les flèches.

Le prix d'entrée permet de suivre une visite guidée fort agréablement menée par une étudiante. N'oubliez pas le pourboire! Par contre, vous pouvez oublier de visiter la boutique installée à l'entrée du château car ses rayons sont maigrement garnis. Les mêmes critiques peuvent s'adresser au maigre syndicat d'initiative (fermé à l'heure de table en pleine saison touristique).

Archéoscope

En fait, pour beaucoup de visiteurs, la promenade à travers le château n'était pas suffisante. Heureusement, l'Archéoscope est venu pallier ce manque d'information. Un ancien couvent des Sépulcrines, datant du XVIIe siècle, devenu chancre industriel est ainsi devenu un deuxième pôle d'attraction. Un remarquable parcours spectacle vous emmène sur les pas du duc Godefroid de Bouillon et des Croisés en route vers Jérusalem.

 On se rappellera nos manuels scolaires qui racontaient que, inspiré par Pierre l'Ermite, le duc d'Ardenne, Godefroid de Bouillon, décida de partir libérer le tombeau du Christ à Jérusalem. Pour rassembler les fonds nécessaires, il vendit son château en 1096 (en fait, il l'engagea avec possibilité de rachat dans les 3 ans) au Prince-Evêque de Liège. Après avoir conquis la ville sainte, Godefroid, devenu "avoué du St-Sépulchre," meurt mystérieusement. Les Princes-Evêques de Liège conserveront le château pendant plusieurs siècles avant d'être accaparé par la famille de la Marck. En 1976, la ville fut conquise par les troupes de Louis XIV et le château devient propriété des La Tour d'Auvergne. En 1794, le régime républicain est proclamé et, l'année suivante, Bouillon fut intégré dans la .République française avant de devenir hollandais entre 1815 et 1830.

Le point de vue présenté à l'Archéoscope n'est cependant pas uniquement occidental et chrétien car les organisateurs ont pris soin de présenter en une salle des points de vue musulmans. Un souci qu'il faut souligner.


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?