Virus: comment s'en débarrasser?

 Le pire mois qu'ai connu l'informatique dans toute son histoire: c'est ainsi que les spécialistes de la sécurité sur Internet ont décrit le mois d'août 2003. Il faut dire que nous avons été gâté pendant cet été de tous les virus. Mais comment les éviter et comment s'en prémunir?




Blaster, Sobig, Dumaru, Welchia ne sont ne sont pas des membres de la tribu Pokemon. Derrière ces noms barbares se cachent une des pires plaies de l'Internet version 2003 : les virus. Toujours plus virulents, toujours en avance d'une guerre par rapport aux logiciels anti-virus, ces programmes ne visent pour l'instant qu'un but : assurer à leurs créateurs une notoriété passagère. Très passagère d'ailleurs pour certains de ces bidouilleurs de génie : un des auteurs du virus Blaster, identifié aux Etats-Unis va sans doute passer de longues années dans une geôle américaine... et ce sera bien fait pour lui!


Mais quels dégâts ?

Le virus Balster s'est répandu en quelques jours infectant 500.000 machines dont certains systèmes de signalisation aérienne ou les ordinateurs de centrales électriques aux USA... On imagine les conséquences possibles de ce type d'attaques. Le 22 août dernier à 21 heures tapantes, un autre virus, Sobig le bien nommé entrait en action. Le premier jour de son "action", il va toucher 15% des plus grandes entreprises mondiales et 30% des autres; 73% du trafic Internet réservé au courrier électronique transportera le virus vers le 24 août! Pour rappel, 14 millions d'e-mails circulent chaque minute... Ce dommage représente, d'après les analystes du bureau d'études Computer Economics, plus de 2 milliards de dollars!

Enfin, rien que sur les 6 premiers mois de 2003, 76.464 attaques de virus ont été comptabilisées, soit le même nombre que pour toute l'année 2002. Les auteurs de virus paraissent aujourd'hui être de plus en plus organisés et cela à l'échelle mondiale. Finis les développeurs en chambre! Le risque d'une criminalisation du piratage est pris très au sérieux tout comme la récupération par des terroristes.


Que faire pour éviter cette propagation ?

Chacun a sa part de responsabilité, à commencer par l'industrie technologique qui devrait mieux soigner les programmes qu'elle lance sur le marché. Microsoft est ici clairement mis en cause : quand on détient 95% de parts de marché des logiciels, on a des responsabilités. Des voix se font d'ailleurs pressantes pour que l'on responsabilise les fabricants.

Du côté des gouvernements, il serait urgent de penser à une meilleure information voire à un soutien réel à l'équipement en anti-virus, de même, une certaine pression sur les fabricants ne serait pas un luxe inutile. Pour les entreprises, ne pas se contenter d'acheter des programmes de sécurité et des anti-virus mais les mettre à jour, s'informer davantage et éduquer mieux les employés (on ne clique pas sur n'importe quoi...). Enfin, pour les particuliers, une première consigne : s'équiper au plus tôt d'un anti-virus. Des informations communiquées discrètement par les spécialistes de la sécurité informatique font état d'un constat alarmant : on estime que seuls 10% des PC de madame et monsieur tout le monde sont équipés d'un anti-virus en bon état de fraîcheur. Inquiétant!


Comment s'en débarrasser ?

Avant de songer à décontaminer son ordinateur, il s'agit d'appliquer les mises à jour de sécurité préparées par Microsoft : les virus s'infiltrent en effet principalement via le programme de courrier Outlook. Ces mises à jours sont disponibles gratuitement sur le site
Microsoft.com
; on les trouve également
en français
. Passer ensuite à la phase de décontamination : trois éditeurs d'anti-virus proposent des programmes gratuits :
  • F-secure, sans doute les plus redoutables anti-pirates du world wide web ; le programme de désinfection se trouve à l'adresse sur
    f-secure.fr/france/
    cliquer sur Sobig);
  • MacAfee : désinfection sur
    fr.mcafee.com
  • Symantec : voir
    www.symantec.com/avcenter/tools.list.html.

Afin de vérifier si votre PC ne cache pas encore un petit virus réfugié dans un coin, un scanning en ligne gratuit peut être trouvé sur le site de l'éditeur
Trend Micro
; n'hésitez pas à faire l'expérience. Le même fabricant commercialise un pare-feu réservé à l'usage domestique, mais nous n'avons pu le tester : il n'est pas (encore) prévu pour fonctionner avec l'ADSL...
Enfin, des programmes anti-virus à l'essai (des sharewares) peuvent se révéler très utiles en attendant un achat ultérieur. Meilleure adresse en français :
www.telecharger.com
; cliquer sur utilitaires puis anti-virus.

La meilleure défense contre les virus, c'est la prévention : s'équiper d'un anti-virus c'est non seulement se protéger soi-même, mais c'est garantir la sécurité et la continuité du plus fabuleux outil de communication jamais inventé par l'homme, l'Internet.


Dominique Gany

Partager







© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?