Les actualités en direct

 Dans la société de l'information qui est désormais la nôtre, une seule chose compte : être informé, vite et bien. Le premier au courant sera le gagnant. Les sites web multiplient les initiatives afin d'offrir à leurs visiteurs un service performant. Le dernier en date : les infos en français sur
Google
.




C'est désormais bien connu : les sites à haute valeur ajoutée (c'est-à-dire riches en contenu) ont une plus grande chance de survie. S'il y a des choses à y apprendre, ils seront plus fréquentés. Et s'il est possible de multiplier le nombre de visites quotidiennes, c'est tout bénéfice pour leurs propriétaires et les annonceurs.

Google (
www.google.com
) s'était déjà fait connaître comme le moteur de recherche le plus performant du web, dépassant le toujours bon Altavista. A côté des textes, diverses possibilités de recherche s'offrent à vous : les textes sur les sites de votre pays (par exemple
www.google.be
existe en version néerlandaise et française), les images, les groupes de discussion et un répertoire de sites.

Depuis quelques mois, il était possible, sur la version en anglais du site, de parcourir les informations puisées sur des sites de presse. Les versions qui existent à l'heure actuelle s'adressent à l'Allemagne, l'Australie, le Canada, les Etats-Unis, l'Inde, la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni. Le hic, c'est que, outre la barrière de la langue, les sujets étaient un peu trop anglo-saxons pour le commun des francophones du web.


En français dans le texte

Fort de son expérience, Google vient de lancer une version bêta en français. Le moteur a la particularité de ne pas faire appel à la main humaine. Toute la sélection, qui est basée sur des algorithmes informatiques, repose sur un balayage d'une série de sites web informatifs en français. Plus de 500 sources sont pour cela collectées, en France mais aussi en Belgique, en Suisse et dans d'autres pays francophones.

Le moteur de recherche opère sa sélection en continu, 24 heures sur 24, ce qui permet l'affichage quasiment instantané par rapport aux sites où apparaît l'information. En outre, Google vous indique depuis quand la page de Une a été rafraîchie ("généré automatiquement il y a 12 minutes"), ainsi que l'heure à laquelle l'information a été inscrite sur le site. Originalité, la journée en cours est indiquée à rebours (information mise en place il y a 10 minutes ou 3 heures). Au bout de 24 heures, c'est la date de parution qui est mentionnée.

La Une est réalisée sur la base des occurrences de l'information collectée et sa position hiérarchique dans les sites visités. Elle est illustrée de photos également parues sur divers sites. La photo illustrant l'article des Dernières nouvelles d'Alsace pourra illustrer un article paru dans Le Monde.

Il est possible de faire une recherche par sujets (La Une, International, France, Economie, Sciences/techniques, Sport, Culture, Santé). Chaque sujet est un lien qui vous conduit directement vers le site d'où l'information provient (certains nécessitent une inscription préalable). Le sujet est accompagné des autres titres similaires ainsi que d'un nombre d'"articles connexes" assez impressionnant. La possibilité de faire une recherche par mot-clé existe, cela va de soi. Si l'on se rend sur la page contenant la liste des sujets, on peut encore choisir le tri par date ou par pertinence.

Un dernier avantage du système, c'est de soumettre à votre esprit critique la manière dont l'information est traitée par les différents organes de presse. Les Suisses pensent-ils comme les Français? Qui a transmis l'information en premier lieu? … Une opération bénéficiaire pour tout le monde, puisque la fréquentation de Google risque d'augmenter par ce biais (on se rend sur Google pour faire la recherche), ainsi que la fréquentation des sites d'où provient l'information (on se rend sur le site pour lire l'information). Et pour nous, puisqu'il est possible de trouver (encore) plus vite le renseignement que nous recherchons.

news.google.fr



Julia Limbourg

Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?