Une Journée mondiale de l'arthrite, maladie invisible mais douloureuse

Des foulards rouges aux articulations d'une statue pour symboliser l'arthrite.Améliorer la connaissance et la prise en charge des arthrites et plus spécialement de la polyarthrite rhumatoïde, tel est l'objectif de cette journée autour de cette maladie chronique invalidante dont le diagnostic est souvent trop tardif. La polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune inflammatoire chronique touchant les articulations. 


Malgré sa prévalence (1% de la population) et sa gravité, la polyarthrite rhumatoïde reste encore méconnue du grand public. Conséquences : le diagnostic est encore souvent trop long à être posé, retardant une prise en charge rapide et adaptée par un rhumatologue, indispensable pour limiter les dommages à long terme. Beaucoup de temps est encore perdu contre une maladie qui demande une prise en charge précoce pour être efficace, déclare le Docteur Luc De Clercq, Président Société Royale Belge de Rhumatologie (SRBR).

Avec cette maladie inflammatoire auto-immune, le corps considère ses propres articulations comme un corps étranger, y déclenchant des inflammations et pouvant y causer des destructions irréversibles.

Cette maladie peut se déclarer à n’importe quel âge et touche principalement les femmes : 75% des personnes atteintes sont des femmes. Le Professeur Durez, rhumatologue aux Cliniques Universitaires Saint-Luc explique : La polyarthrite rhumatoïde a un grand impact physique mais aussi psychologique, professionnel, social et familial. La connaissance de cette maladie est essentielle pour le quotidien des patients mais pas seulement ; l’objectif est également de favoriser un diagnostic plus précoce et un traitement rapide avant que la destruction articulaire ne soit trop avancée et qu’elle ne mène à un handicap (irréversible). On ne guérit toujours pas de la polyarthrite rhumatoïde, toutefois aujourd’hui, on peut freiner l’évolution de la maladie. L’handicap progressif n’est plus une fatalité, c’est un message très positif à faire passer.

Jeanneke Pis parle de la polyarthrite rhumatoïde

Pour sensibiliser les Belges et les informer à propos de cette maladie, c’est donc directement dans les rues que les messages seront délivrés à l’aide d’un moyen de communication quelque peu original : des statues humaines connues ou visibles dans 4 villes de Belgique.

Pour cette édition belge de la Journée mondiale de l’arthrite ce 12 octobre 2008, les rhumatologues via la Société Royale Belge de Rhumatologie (SRBR) et les associations de patients (Association Polyarthrite, CLAIR, Reumanet, Vlaamse Reumaliga) ont en effet décidé, avec le soutien de Bristol-Myers Squibb, d’orner nos statues de foulards rouges aux articulations. Ces foulards rouges signaleront ainsi les cibles de cette maladie et symboliseront la douleur des malades.

Des panneaux placés à côté des statues évoqueront différents aspects clé de la maladie et renverront le public vers un site web (

www.journeedelarthrite.be
) où de plus amples informations concernant les arthrites, dont la polyarthrite rhumatoïde, seront disponibles.

Ces statues sont :

  • Liège : L'envol de la Wallonie, René Julien : quai van Beneden, devant l'Institut zoologique - La piscine, Mady Andrien, devant l'entrée de l'Hôpital de la Citadelle;
  • Bruxelles : La Lutte équestre, square du Bois de la Cambre - Gabrielle Petit, place Saint-Jean - Monument Francisco Ferrer, av. F-D. Roosevelt – Jeanneke Pis;
  • Hasselt : Hendrik en Katrien (Grote Markt) - Adrien De Gerlache (Groene Boulevard);
  • Brugge : het Papageno (sur la place devant le Théâtre) .

L’objectif de cette Journée mondiale de l'arthrite étant de contribuer à améliorer la connaissance de la polyarthrite rhumatoïde, les messages véhiculés évoquent quelques caractéristiques importantes de cette maladie :

  • 3 millions de Belges souffrent de maladies articulaires;
  • La polyarthrite rhumatoïde est une maladie du système immunitaire qui détruit les articulations, à la différence de l’arthrose qui est une maladie dégénérative;
  • La polyarthrite rhumatoïde n’est pas une maladie de "vieux"!
  • La polyarthrite rhumatoïde touche principalement les femmes.
  • La polyarthrite rhumatoïde est une maladie chronique dont on ne guérit toujours pas.

Nous espérons, grâce à ces statues, sensibiliser le public, lui permettre de prendre conscience qu’une jeune femme peut souffrir de ses articulations autant qu’une personne âgée. C’est bien normal, l’arthrose est bien mieux connue et reconnue que la polyarthrite, conclut Sylviane Duthoit, présidente des Associations CLAIR et Polyarthrite.

Des informations
sur la polyarthrite rhumatoïde

Plusieurs sites web fournissent des sur l'arthrite ou les maladies rhumatismaes :

  • www.journeedelarthrite.be
    : Journée mondiale de l'arthrite.
  • www.srbr.be
    : Société Royale Belge de Rhumatologie.

Pour des informations spécifiques aux patients, voici les différents sites des associations de patients francophones et néerlandophones :

  • www.clair.be
    : Confédération pour la Lutte Contre les Affections Inflammatoires Rhumatismales.
  • www.arthrites.be
    : L'Association Polyarthrite soutient les patients touchés par différentes formes d'arthrites. Elle a édité une brochure sur la spondylarthrite ankylosante.
  • www.reumanet.be
    : Reumanet est une collaboration entre 5 associations de patients néerlandophones.
  • www.reumaliga.be
    : association néerlandophone pour les patients atteints de maladies rhumatismales.

Robert Derumes

 


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?