Trop souvent, nous souffrons en silence

Douleur chroniqueNous éprouvons tous une douleur de temps en temps. 4 Belges sur 10 (37%) souffrent de douleurs chroniques. La plupart de ces patients ne trouvent pas assez rapidement la voie vers l’aide spécifique dont ils ont besoin. Des études ont pourtant démontré que le traitement de la douleur chronique doit être instauré dès que possible. En parler avec un médecin, un thérapeute ou un pharmacien constitue la première étape du traitement de la douleur.


La douleur, parlez-en et faites vous aider

“Nous franchissons lentement mais sûrement les étapes nécessaires pour soulager efficacement les malades", déclare le Dr. Masquelier, Cliniques universitaires Saint-Luc Bruxelles, Cliniques universitaires de Mont-Godinne. "Pour améliorer le traitement des patients souffrant de douleurs chroniques, l’Inami a, au début de l’année, donné le feu vert à un projet pilote dans 9 hôpitaux belges possédant un Centre de référence multidisciplinaire pour la douleur chronique. Ces services spécialisés sont multidisciplinaires parce que les gens qui y travaillent sont formés à différentes disciplines : médecins, pharmaciens, infirmiers, kinésithérapeutes, psychologues, ergothérapeutes, assistants sociaux, etc. Grâce à cette expérience, les Belges atteints de douleur chronique ont la possibilité de recevoir un traitement spécifique, à l’hôpital ou un traitement ambulatoire".

Les Centres de référence sont destinés aux patients qui luttent depuis au moins 6 mois contre la douleur chronique et qui n’ont pu être soulagés ni en 1re igne (généralistes) ni en 2e ligne (spécialistes). Ils sont alors envoyés en 3e ligne, dans un centre de référence. Outre le traitement des patients, ces centres réalisent également des recherches et prodiguent des formations liées à la douleur chronique. Au centre de référence, un diagnostic multidisciplinaire est établi sur la base des interventions des différents médecins et paramédicaux.

Le diagnostic est le point de départ du plan de traitement sur-mesure mis en œuvre pour chaque patient. En fonction du cas, le traitement est dispensé en clinique ou est ambulatoire.

Le médecin traitant (généraliste ou spécialiste) – qui adresse le patient au centre de référence – est tenu au courant du diagnostic et du traitement pour lui permettre de le prendre en charge le plus rapidement possible.

La douleur et ses conséquences

La personne qui souffre continuellement doit, outre sa douleur, souvent affronter aussi des problèmes sociaux, économiques et familiaux. Elle éprouve des difficultés à vivre normalement et de ce fait, elle a tendance à se replier sur elle-même. La douleur chronique enferme souvent ceux qui en souffrent dans une spirale négative de douleurs, d’incompréhensions et de problèmes. Le traitement de la douleur n’est pas seulement une option : c’est une nécessité.

"La question de savoir si un patient sera traité dans le cadre du centre relève d’une incontournable communication. C’est la communication qui constitue la pierre angulaire d’un traitement efficace. Le patient doit être motivé pour expliquer ce qu’il ressent, comment il se sent – car il est le seul à le savoir. Le premier pas vers un traitement médical adéquat consiste pour le médecin à reconnaître la douleur qu’exprime le malade et à en parler avec lui", poursuit le Dr. Masquelier. "Aujourd’hui, les médecins et les thérapeutes se sentent très concernés par la douleur. On voit apparaître petit à petit des structures qui nous permettent d’agir vite et bien. Le patient se rend un mauvais service en n’en parlant pas".

La douleur chronique est un phénomène complexe où se mêlent différents facteurs. L’approche interdisciplinaire permet de tout mettre en œuvre pour soulager au mieux la douleur. Cette approche vise à appréhender les éléments aussi bien physiques que psychosociaux dans leur globalité, par toutes les parties concernées. La spirale négative est ainsi inversée et les patients sont aidés de la manière la plus efficace possible. Comprenez : réduire au maximum la douleur et restaurer les capacités physiques, adapter le mode de vie du patient, lui apprendre quelles sont ses limites et l’accepter.

Semaine européenne de la douleur

La Semaine européenne de la douleur (17-23 octobre 2005) a pour objectif d’encourager les patients à franchir cette première étape vitale. En Belgique, l’UPSA (Institut belge de la douleur) lance une campagne en collaboration avec différents groupements de patients et associations contre la douleur. Grâce à une campagne d’affichage, un concours de projets et une brochure d’information (distribuée par les médecins, les hôpitaux et les pharmacies), les Belges recevront une information complète sur la douleur.

Centres de référence

Les 9 Centres multidisciplinaires de la douleur chronique sont : Hartziekenhuis, Roeselare - UZ Gent - Universitair Ziekenhuis Antwerpen - Ziekenhuis Oost-Limburg (ZOL) Genk - UZ Leuven - Cliniques Universitaires Saint-Luc - UCL, Bruxelles - Centre Hospitalier Universitaire de Liège, Sart Tilman - Cliniques Universitaires, UCL de Mont-Godinne, Yvoir.

Robert Derumes 

    

Partager







© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?