Somnifères et calmants

Somnifères et calmantsPrendre un somnifère, un calmant, c’est tentant. C’est un moyen de combattre le stress face à une situation difficile au travail, à la maison, dans la famille ou dans le cercle d’amis. C’est un apaisement pour une personne tourmentée par des tracas professionnels, familiaux, de couple, par un accident ou la perte d’un proche. Pourtant, il ne faut recourir qu’aux somnifères et calmants qu’avec précaution.


Le médicament est-il "la" solution. Certains problèmes peuvent être réglés ou surmontés en en parlant à un proche, à un ami. Il pourra vous aider à mieux identifier ce qui vous met dans cet état de nervosité et à chercher des réponses adéquates. Peut-être vous sentirez-vous déjà mieux ainsi. Chacun peut aussi trouver ses propres "trucs" pour gérer la situation : prendre 1 ou 2 jours de congé, voir des amis, faire une longue promenade,... ou prendre un bain chaud !

Mais tous les problèmes ne peuvent être résolués facilement; Si vous sentez que vous ne vous en sortez pas seul, consultez votre médecin généaliste. Il vous examinera pour établir un diagnostic précis. Il pourra ensuite vous conseiller. Peut-être des méthodes et techniques simples seront-elles suffisantes pour améliorer votre sommeil, vous procurer une détente ou mieux gérer votre stress. Il peut "suffire" de modifier votre hygiène et votre rythme de vie, de pratiquer régulièrement une activité physique, de se ménager du temps pour un hobby. Votre médecin pourra éventuellement vous guider vers une aide spécialisée comme par exemple des ateliers de gestion du stress, un groupe de relaxation, des entretiens de psychothérapie.

Peut-être, si c’est vraiment nécessaire, votre médecin prescrira-t-il un somnifère ou un calmant, à prendre pendant une durée limitée.

Benzodiazépines

Si votre médecin vous prescrit un somnifère ou un calmant, il s’agira dans la plupart des cas d’un médicament à base de substances chimiques appelées benzodiazépines. Ces médicaments (comme le Temesta, le Seresta, le Mogadon, le Lexotan, l’Halcion, le Rohypnol, le Valium, le Xanax) agissent sur le système nerveux : ils diminuent l’angoisse et la tension nerveuse et facilitent l’endormissement.

Mais attention, leur effet est de courte durée. Vous pouvez vous sentir mieux, mais les vraies causes de votre problème ne sont pas résolues pour autant. En outre, ces médicaments ont des effets non désirés

Effets non désirés

Votre médecin et/ou pharmacien pourra vous informer avec précision. Mais sachez que les  médicaments à base de benzodiazépine peuvent causer des troubles de concentration et de mémoire, ainsi que de la confusion. Parfois, ils rendent irritable, ce qui peut mener à des accès de colère.

Chez des personnes âgées, ils peuvent provoquer une instabilité physique et une chute, avec les conséquences qu’on peut imaginer (fracture de la hanche, par exemple).

Lorsqu’on utilise ces médicaments pendant plus d’une semaine, une accoutumance et une dépendance peuvent survenir. 

L’accoutumance, c’est le fait qu’il faut progressivement augmenter les doses pour obtenir l’effet souhaité. La dépendance amène à ne plus pouvoir se passer du médicament et à avoir des difficultés à l’arrêter. Lorsque vous voulez cesser de prendre le médicament apparaissent des signes de sevrage de manque comme par exemple de l’insomnie, des angoisses, de l’irritabilité, des difficultés de concentration, etc. Tous ces signes ressemblent beaucoup à ceux qui ont amené à prendre ces médicaments et vous avez la tentation de continuer l’usage du médicament.

Si vous utilisez des benzodiazépines depuis déjà un certain temps ou si vous les avez reçues lors d’un séjour à l’hôpital, consultez votre médecin pour savoir quand et comment vous pouvez les arrêter.

D’autres produits contre l’insomnie

Il existe également d’autres somnifères, comme le zolpidem, le zopiclone, le zapeplon,... Ils ont des inconvénients  de même ordre que les benzodiazépines. Ce type de produits n’est donc actuellement pas plus recommandé que les benzodiazépines.

Les traitements par les plantes (phytothérapie), comme par exemple la valériane, la passiflore auraient encore des effets insuffisamment connus et peuvent aussi avoir des inconvénients.

Robert Derumes

Source : SPF Santé publique, BP 3000 - 1040 Bruxelles 4


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?