Respirer librement malgré une affection pulmonaire chronique

Une toux accompagnée de râles, une respiration difficile et sifflante: un fumeur invétéré se remarque de loin. Vivre avec des poumons irrémédiablement abîmés n'est vraiment pas une partie de plaisir. Une aggravation soudaine de l'affection pulmonaire peut même avoir une issue fatale.


Cette affection, qui prend des proportions inquiétantes sur le plan mondial, n'est hélas pas guérissable. Un nouveau traitement qui améliore considérablement la qualité de vie des personnes souffrant de maladies chroniques des poumons est maintenant disponible en Belgique.

Voies respiratoires obstruées

L'affection dont il est ici question s'appelle la bronchopneumopathie chronique obstructive ou BPCO (en anglais COPD pour Chronic
Obstructive Pulmonary Disease). Comme son nom l'indique, la BPCO est une maladie de longue durée qui entraîne une obstruction lentement progressive des voies respiratoires. Les poumons remplissent alors leur tâche avec une difficulté croissante.

Dans 80 à 90% des cas, la maladie est due au tabagisme. L'affection pulmonaire frappe également souvent les personnes qui travaillent dans un environnement présentant une forte concentration de poussières dans l'air. Un contact prolongé des voies respiratoires avec de la fumée ou des poussières entraîne une irritation des ramifications les plus délicates de celles-ci.

Lorsque l'inflammation persiste longtemps, il est question de bronchite chronique. Les parois des voies respiratoires enflent et produisent du mucus en surabondance. Ainsi, les voies respiratoires s'obstruent, provoquant une sensation d'oppression : toux constante, production de glaires, manque de souffle et donc fatigue plus rapide. A un stade ultérieur, les alvéoles pulmonaires peuvent également s'infecter, ce qui entraîne leur destruction et provoque l'apparition de bulles d'air dans les poumons. Cela entraîne une perte d'élasticité des poumons qui absorbent une quantité moins importante d'oxygène. Cette affection est appelée emphysème.

Les personnes atteintes d'une BPCO très avancée éprouvent d'importantes difficultés physiques. Leur corps souffre en effet d'un manque chronique d'oxygène. En outre, leur sommeil est perturbé par des quintes de toux presque continuelles. Elles peuvent à peine se lever et ne sont plus lucides. Elles ne disposent plus d'aucune réserve. Les poumons affectés par la BPCO sont à ce point délicats que la moindre infection ou la plus petite pollution de l'air peut constituer une menace mortelle.


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?