Respirer librement malgré une affection pulmonaire chronique

Une toux accompagnée de râles, une respiration difficile et sifflante: un fumeur invétéré se remarque de loin. Vivre avec des poumons irrémédiablement abîmés n'est vraiment pas une partie de plaisir. Une aggravation soudaine de l'affection pulmonaire peut même avoir une issue fatale.


Cette affection, qui prend des proportions inquiétantes sur le plan mondial, n'est hélas pas guérissable. Un nouveau traitement qui améliore considérablement la qualité de vie des personnes souffrant de maladies chroniques des poumons est maintenant disponible en Belgique.

Voies respiratoires obstruées

L'affection dont il est ici question s'appelle la bronchopneumopathie chronique obstructive ou BPCO (en anglais COPD pour Chronic
Obstructive Pulmonary Disease). Comme son nom l'indique, la BPCO est une maladie de longue durée qui entraîne une obstruction lentement progressive des voies respiratoires. Les poumons remplissent alors leur tâche avec une difficulté croissante.

Dans 80 à 90% des cas, la maladie est due au tabagisme. L'affection pulmonaire frappe également souvent les personnes qui travaillent dans un environnement présentant une forte concentration de poussières dans l'air. Un contact prolongé des voies respiratoires avec de la fumée ou des poussières entraîne une irritation des ramifications les plus délicates de celles-ci.

Lorsque l'inflammation persiste longtemps, il est question de bronchite chronique. Les parois des voies respiratoires enflent et produisent du mucus en surabondance. Ainsi, les voies respiratoires s'obstruent, provoquant une sensation d'oppression : toux constante, production de glaires, manque de souffle et donc fatigue plus rapide. A un stade ultérieur, les alvéoles pulmonaires peuvent également s'infecter, ce qui entraîne leur destruction et provoque l'apparition de bulles d'air dans les poumons. Cela entraîne une perte d'élasticité des poumons qui absorbent une quantité moins importante d'oxygène. Cette affection est appelée emphysème.

Les personnes atteintes d'une BPCO très avancée éprouvent d'importantes difficultés physiques. Leur corps souffre en effet d'un manque chronique d'oxygène. En outre, leur sommeil est perturbé par des quintes de toux presque continuelles. Elles peuvent à peine se lever et ne sont plus lucides. Elles ne disposent plus d'aucune réserve. Les poumons affectés par la BPCO sont à ce point délicats que la moindre infection ou la plus petite pollution de l'air peut constituer une menace mortelle.

Un problème à l'échelle mondiale

Dans la plupart des pays occidentaux, la BPCO représente la 5e cause de mortalité par ordre d'importance. A l'échelle mondiale, il s'agit en outre de l'une des affections qui croissent le plus vite. 2,5 millions de personnes sont mortes des suites de la BPCO en l'an 2000. En 2020, BPCO pourrait très bien être la 3e cause de mortalité. Rien qu'en Belgique actuellement, on estime à près de 400.000 le nombre de patients souffrant de BPCO. Dans la plupart des cas, le remède est toutefois d'une grande simplicité : arrêter de fumer!

Ce qui est abîmé ne peut plus être réparé, mais il y a moyen d'enrayer la maladie en ne touchant jamais à la cigarette, tout simplement. Mais les fumeurs s'habituent assez rapidement aux symptômes de la BPCO. Cela constitue le plus gros problème. Pour la plupart, produire des glaires le matin ne leur fait pas perdre le sommeil pour autant, que leur condition se détériore ou qu'ils développent une "toux de fumeur" typique. Lorsque, enfin, ils se plaignent auprès de leur médecin, leurs poumons sont déjà considérablement atteints.

Une première étape nécessaire dans le traitement de cette affection pulmonaire est d'arrêter de fumer. Le médicament ZybanTM, représente une solution à cet égard. Une étude réalisée auprès de plus de 400 patients souffrant de BPCO révèle que, outre le fait d'être un médicament bien supporté, ZybanTM est pratiquement 2 fois plus efficace que le placebo. Cette étude a été publiée dans la revue scientifique The Lancet.

Un espoir pour les patients souffrant de BPCO

Guérir définitivement de la BPCO est malheureusement impossible. Mais il est possible d'améliorer la qualité de ses poumons et sa condition physique en faisant suffisamment d'exercices. Les personnes souffrant de BPCO devraient idéalement éviter les situations qui donnent lieu à une irritation de leurs voies respiratoires; notamment la fumée de tabac dans un café ou les parfums forts. Il existe en outre, pour les personnes souffrant de BPCO, toutes sortes de médicaments que l'on peut administrer à l'aide d'un inhalateur et qui améliorent légèrement leur état. Parfois, des corticostéroïdes qui combattent le processus d'inflammation leur sont prescrits. D'autres médicaments dilatent pendant quelque temps les voies respiratoires, diminuent ainsi la sensation d'oppression.

Toutefois, Il existe également des médicaments qui combinent les 2 effets. Depuis le 14 juillet 2003, le Seretide Diskus a été officiellement reconnu en Belgique pour le traitement de BPCO grave. Le Seretide comprend un produit de dilatation des voies respiratoires à longue durée d'action (salmétérol) ainsi qu'un inhibiteur de l'inflammation (proprionate de fluticasone) dans un seul inhalateur.

Ces deux médicaments étaient déjà disponibles séparément depuis 1990 sur le marché international. Une étude de grande envergure comptant près de 1500 patients a toutefois révélé que l'effet combiné de ces deux médicaments est supérieur à celui des deux médicaments pris séparément. En outre, ce produit reste actif à plus long terme. Les patients traités avec le Seretide Diskus souffraient déjà beaucoup moins de quintes de toux ou de suffocation après une semaine et, après deux mois, ils étaient à nouveau capables de fournir des efforts plus importants tels que monter des escaliers, jardiner ou faire du shopping. Une étude rétrospective récente suggère que les patients souffrant de BPCO ont une espérance de vie plus élevée grâce à cette combinaison: un résultat qui appelle à un optimisme prudent.

Jiri Pragman
    


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?