Reconnaître les symptômes de l'accident vasculaire cérébral

StrokeLes détecter à temps, c’est sauver des vies ! En Belgique, 52 personnes sont victimes d’un accident vasculaire cérébral (AVC) chaque jour. Soit pas moins de 19.000 victimes par an. Ces AVC constituent une des trois premières causes de mortalité en Belgique et en Europe.


Ces accidents vasculaires cérébraux sont plus ordinairement appelés thromboses cérébrales ou "attaques“. L’AVC est en fait un accident dans les vaisseaux sanguins du cerveau. Il peut se présenter sous 2 formes : ischémique (infarctus cérébral) et hémorragique (hémorragie cérébrale)

Les conséquences d’un AVC sont redoutables : chaque année, 9.000 personnes meurent dans l’année et 6.000 gardent une invalidité permanente. La victime peut en sortir physiquement handicapé ou connaître des problèmes mentaux ou sociaux.

Ce qui signifie concrètement que 1 victime sur 4 ne retournera plus jamais travailler à cause de son invalidité, explique le Dr Vanhooren, président de l’association scientifique Belgian Stroke Council (BSC) et neurologue à l’AZ de Bruges

Si l’on soupçonne un AVC, le message est simple et clair : contactez un médecin ou les services de secours (112) le plus rapidement possible. Chaque minute compte !, poursuit le Dr Vanhooren.

Des symptômes identifiables

Il existe un nombre de symptômes identifiables qui peuvent survenir si une personne est victime d’un AVC. Les plus fréquents sont une paralysie d’un côté du corps, des troubles de sensibilité d’un côté du corps, des troubles de la vision et, l’apparition de troubles du langage et de difficultés à parler, indique le Dr Desfontaines, neurologue à la Clinique Saint Joseph de Liège. Il est essentiel de réagir rapidement et de manière appropriée lorsque l’on reconnaît un de ces symptômes. Noter l’heure d’apparition des premiers symptômes. Si le traitement est administré dans les 3 heures, il y a de plus fortes chances de mieux récupérer, complète le Dr Vanhooren.

Une sensibilisation

Une Journée européenne contre les AVC a lieu le 13 mai. Le BSC et l’association de patients Stroke sont actifs dans le domaine de la sensibilisation.

Leur site web

www.reconnaitreunavc.be
propose des informations complètes sur l’AVC et, également, des vidéos d’information avec des témoignages de médecins et de patients. Un jeu interactif y est proposé afin que les visiteurs puissent vérifier s’ils ont bien intégré les symptômes d’un AVC. L’internaute doit reconnaître le symptôme correct en fonction d’une situation très concrète.

Il est aussi possible de télécharger le matériel de la campagne sur le site

www.ReconnaitreUnAvc.be
. Cela vaut vraiment la peine de bien informer la population sur les AVC, explique Tania Sucaet, porte-parole de Stroke. Nous sommes convaincus qu’en tant qu’association de patients, nous pouvons contribuer à une meilleure connaissance de l’AVC au sein de la population. J’ai été moi-même victime d’un AVC à l’âge de 32 ans et cela a complètement bouleversé ma vie. Les AVC ne touchent pas uniquement les personnes âgées. J’en ai réchappé mais j’ai dû tout recommencer à zéro. C’est comme si j’avais eu deux vies, une avant et une après mon AVC. J’ai dû réapprendre à marcher, à utiliser mes bras, à conduire une voiture.... Il existe bel et bien une vie après un AVC. Reconnaître les symptômes à temps et agir de manière adéquate augmentent fortement les chances de reprendre une vie de qualité après un AVC.

  • Reconnaître un AVC :
    www.reconnaitreunavc.be

A lire aussi...

  • STROKE, une association belge pour lutter contre l'accident vasculaire cérébral (AVC)
  • L'accident vasculaire cérébral n'est pas une fatalité !

Robert Derumes


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?