Quoi, mon tour de taille!

Mètre rubanProblème de santé pour les uns, question esthétique pour les autres, le surpoids menace les Belges. Un adulte belge sur 3 présente un excès de poids et 1 adulte sur 10 est obèse selon l’enquête nationale de consommation alimentaire. Et si nous nous préoccupions de notre tour de taille ? Sait-on d'ailleurs que cet excès de graisse autour du ventre est réversible ?


L’espérance de vie, qui connaît une croissance continue depuis 200 ans, sera stoppée, voire inversée, par l’évolution du problème de la surcharge pondérale. Pour les spécialistes de la santé réunis aujourd’hui , il devient urgent de faire autrement !

L’enquête menée par IPSOS auprès de 1.000 adultes belges montre qu’1 Belge sur 4 ignore que la masse grasse peut être dangereuse pour la santé. Parmi ceux qui sont conscients de cette menace, près d’1 Belge sur 2 (46%) ignore que c’est sur le ventre que cette masse grasse est dangereuse. Plus de la moitié des Belges (54%) ne connaît pas les valeurs seuils du tour de taille.

Le régime reste la 1re solution envisagée, par 44% de la population. Pourtant l’enquête démontre aussi les limites de ces régimes: 27% des Belges seulement déclarent avoir rencontré un succès de perte de poids durable . Et plus de 30% des Belges (32%) ont déjà connu au moins 1 fois le phénomène du yoyo. Un phénomène encore plus présent chez les personnes affichant un surpoids : plus de la moitié d’entre eux (51%) sont concernés par le yoyo. Enfin, seuls 10% mentionnent la consultation d’un médecin comme solution.

Laisse mes mains sur tes hanches !

Pour estimer la masse grasse d’un individu à partir de son poids et de sa taille, on calcule son

Indice de Masse Corporelle (IMC)
. Pour rappel, il se calcule en divisant le poids corporel (en kg) par la taille (en mètre) au carré (kg/m2). Selon la classification en vigueur, on parle d’obésité lorsque l’IMC est supérieur à 30, on parle de surpoids lorsque l’IMC est compris entre 25 et 30.

Mais l’IMC ne prend pas en compte la répartition de la graisse dans le corps. Or cette répartition n’est pas neutre pour la santé. Ainsi, un tour de taille plus grand ou égal à 80 cm chez la femme, et à 94 cm chez l’homme, indique un risque accru pour la santé. L’accumulation de graisse au niveau du ventre (qui se situe entre les organes) perturbe le métabolisme des graisses et du sucre et peut être à l’origine d’une augmentation du risque cardiovasculaire. Cette graisse abdominale est associée à un risque accru de diabète. Enfin, elle perturbe l’équilibre des graisses : elle augmente les triglycérides et diminue le HDL cholestérol (ou le "bon cholestérol"). Le tour de taille est un véritable signal d’alerte. Mais l’enquête montre que plus d’1 Belge sur 2 l’ignore, précise le Professeur Colin.


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?