Plonger en évitant l'otite

Certaines pathologies sont liées à l’exercice d’activités professionnelles ou de loisirs. Ainsi un adepte de la plongée risque l’otite externe. Un problème douloureux que l’on peut cependant prévenir.




Il existe différentes sortes d’otites en fonction de leur localisation dans l’oreille. L’otite est donc qualifiée d’externe, de moyenne ou d’interne.
Le phénomène déclenchant de l’otite est de 2 types d’où les otites virales ou les bactériennes et sécrétoires.

Les plongeurs sont le plus souvent sujets aux otites externes. De manière plus rare une otite moyenne peut également survenir.

L’otite externe

L’otite externe est une infection le plus souvent bactérienne de l’oreille externe et plus spécifiquement du conduit auditif externe. Elle peut aussi toucher le fond de la conque du pavillon (partie entourant l’entrée du conduit auditif).

L’otite externe est le plus souvent provoquée par la macération de l’eau qui reste dans le conduit auditif à la suite d’une plongée et se manifeste surtout par une douleur progressive pouvant être très intense, normalement sans observer de baisse de l’audition. Elle peut également être accompagnée par un écoulement de l’oreille parfois nauséabond. Le diagnostic est souvent aisé à poser car l’entrée du conduit auditif révèle une tuméfaction souvent légèrement rouge avec un rétrécissement de l’orifice et la mobilisation manuelle du pavillon est très douloureuse.

Prévenir les otites externes

Il suffit d’observer quelques règles d’hygiène simples à appliquer.

Avant la plongée, le plongeur doit s’assurer de la normalité de son conduit auditif externe. Le cérumen ou des lésions dermatologiques de type eczéma favorisent l’otite externe. Il est prudent d’effectuer une visite auprès d’un spécialiste ORL afin d’éviter bien des complications pour la saison de plongée.

Bon nombre de plongeurs utilisent des gouttes huileuses (par exemple Quietyl des Laboratoires BIORL) afin de créer un film entre la peau et l’eau qui se positionnera dans le conduit auditif pendant la plongée afin d’éviter la macération.

Après chaque plongée, il est impératif d’effectuer un lavage de ses oreilles avec de l’eau douce à température ambiante pour enlever l’eau de mer qui est beaucoup plus corrosive et retirer ainsi toutes les impuretés laissées par l’eau dans le conduit auditif. Cette opération terminée, il faut toujours sécher le conduit auditif en utilisant des gouttes dessicatives (par exemple Sedryl) afin d’assurer un séchage efficace.

Précisons que le nettoyage répété des oreilles avec des cotons-tiges est susceptible de provoquer des petites lésions de la peau du conduit auditif favorisant le développement d’une otite externe.

Robert Derumes


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?