Orthorexie, quand manger sain devient une obsession

Manger sainement, c’est bien. Rechercher la qualité, aussi. Ca peut même faire partie de vos bonnes résolutions. Mais attention, ça peut virer à l’obsession!

 


Saviez-vous que manger diététiquement correct peut devenir une pathologie, au même titre que l’anorexie et la boulimie ? C’est le cas des ‘orthorexiques’, pour qui la recherche d’aliments purs et de qualité devient excessive.

Les aliments industriels, plats préparés, fast-food mais aussi OGM, vache folle et autres scandales alimentaires… ont plongé la société dans une absence de repères par rapport à l’alimentation. C’est entre autres ce qui contribue à développer les troubles du comportement alimentaire (TCA) dont l’orthorexie.

Réduire sa vie à un menu

L’orthorexique veut avant tout agir sur sa santé. Il élimine alors sucreries et viandes grasses. De fil en aiguille, il devient végétarien (il ne mange pas de viande, mais peut manger des oeufs, par exemple), puis végétalien (il mange uniquement des végétaux) et finalement, il raye de son menu tout aliment qu’il ne trouve pas assez sain à son goût. Finie la spontanéité et la dégustation, son régime devient doctrine.

S’il craque ? Il s’auto-punit en devenant encore plus strict avec lui-même. Petit à petit, l’orthorexique s’écarte de la société... Parce qu’il ne sort plus de chez lui sans son  « kit de survie ». Parce qu’il devient arrogant avec quiconque ne partage pas sa recherche de pureté.

Orthorexique, vous ?

  • Passez-vous plus de trois heures par jour à penser à votre régime alimentaire ?
  • Planifiez-vous vos repas plusieurs jours à l’avance ?
  • La valeur nutritionnelle de vos repas est-elle plus importante que le plaisir de le déguster ?
  • Avez-vous renoncé à des aliments que vous aimiez au profit d’aliments « sains » ?
  • Votre régime alimentaire gêne-t-il vos sorties, vous éloignant de votre famille et de vos amis ?

Si vous avez coché oui à au moins quatre des questions du test de Bratman, vous en faites partie.

Comment guérir ?

Les thérapies cognitivo-comportementales sont les plus adaptées à tout genre d’addiction et de phobies. Petit à petit, le thérapeute aide à réintégrer un aliment tabou dans le régime alimentaire. Jusqu’à retrouver la santé, la vraie.


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?