On l'appelle le tueur silencieux

Le monoxyde de carbone ou CO est un gaz toxique. Inodore, incolore. Et tous nos appareils de chauffage et de production d'eau chaude (sauf électriques) peuvent dégager ce CO. Pourtant, des précautions simples et peu coûteuses peuvent éviter des drames.


L'intoxication au CO reste la 1re cause de mort toxique accidentelle dans notre pays. Chaque année, une centaine de personnes en meurent et près de deux mille de nos concitoyens sont hospitalisées en raison d'une intoxication au CO. La plupart ont moins de 30 ans. 

Les appareils de production d'eau chaude (chauffe-eau) sont le plus souvent pointés du doigt. D'ailleurs, les salles de bains sont le théâtre de la moitié des accidents. Ceux-ci interviennent le plus fréquemment entre novembre et avril.

Les périodes de redoux sont à craindre avec un radoucissement brutal de la température qui peut perturber le tirage des cheminées et provoquer un refoulement des fumées de tout appareil raccordé à une cheminée (poêles à charbon, à mazout, chauffe-eau,...).

Les accidents peuvent être prévenus par une bonne aération de l'habitat, par l'achat d'appareils de chauffage adaptés aux locaux auxquels ils sont affectés, par une vérification, un entretien des appareils de chauffage et cheminées. Celles-ci doivent être étanches, correctement isolées et avec un tirage suffisant.

Le CO en 2 mots

Ce tristement célèbre monoxyde de carbone est produit dès qu'un combustible (bois, charbon, gaz naturel, butane ou propane, mazout, pétrole) brûle. En présence de suffisamment d'oxygène, ce CO se transforme ensuite en C02 (gaz carbonique) lequel n'est pas toxique. S'il la présence de l'oxygène n'est pas suffisante, la quantité de CO formé augmente dangereusement. Quelques signes avant-coureurs : dans le cas du gaz naturel, la flamme devient jaune au lieu d'être bleue; la buée dans une pièce peut signifier que l'évacuation des gaz brûlés est insuffisante en raison d'un refoulement.

Le CO est un gaz inodore, incolore et sans goût. Il se mêle à l'air respiré et pénètre dans les poumons puis dans le sang où il perturbe le transport de l'indispensable oxygène.

En cas d'intoxication aiguë au CO, le cerveau est le premier atteint. La victime a mal à la tête et souffre de vertiges. La fatigue la gagne. Elle est victime de nausées et peut se mettre à vomir. Si elle n'est pas alors secourue très vite, elle risque de s'évanouir et de sombrer dans un coma profond pouvant entraîner la mort. Si la concentration de CO sur les lieux est très importante, la victime peut même directement s'enfoncer dans le coma

En cas d'intoxication chronique au CO, les victimes peuvent ne présenter que des symptômes plus léger tels que maux de tête, lourdeur d'estomac, faiblesse musculaire, difficulté de concentration, modification de l'humeur. Le diagnostic est alors difficile à établir.

En cas d'accident

En cas d'accident, il faut immédiatement ouvrir portes et fenêtres pour aérer la pièce au maximum, arrêter l'appareil en cause si vous en avez la possibilité et sortir la victime de la pièce.

Si la personne est consciente, il est conseillé d'appeler un médecin. Si elle est inconsciente, il faut éviter qu'elle ne s'étouffe en vomissant et donc la coucher en position de sécurité (sur le côté, à plat, sans oreiller). Il faut évidemment appeler les secours d'urgence (112).

Centres antipoisons

Hôpital militaire Reine Astrid
rue Major Bruyn - 1120 Neder-over-Heembeek
Tél. 070/245 245 (urgences)


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?