Les gros se rebellent

Peter, un des protagonistes de l'émission Dans le domaine de la télé-réalité, on a déjà vu beaucoup de choses : des jeunes qui veulent devenir chanteurs (Star Academy), des moches qui veulent devenir "Miss" (The Swan). Voici qu’une TV flamande, Vijf TV, fait du régime d’obèses un thème d’émission de télé-réalité (De Afvallers) dont le slogan est : "Pour gagner, vous devez perdre…". Une émission qui ne fait pas rire Bold, une association de patients obèses.


"Il est toujours difficile de réagir à une émission de télévision sans lui faire de la publicité et finalement lui donner plus de visibilité que celle-ci mériterait", déclare Jean-Paul Allonsius, Président-Fondateur de Bold. "Cependant, Bold ne peut laisser diffuser cette émission en toute impunité. Tout d’abord parce qu’elle entretient la stigmatisation des patients atteints d’obésité, des gens dont on peut se moquer finalement sans rien risquer ; ils sont devenus en quelque sorte les "fous" du roi de notre société, les amuseurs publics dont on peut rire sans problèmes, confortablement installés dans son canapé".

Bold se veut la 1re association de patients obèses en Belgique. Elle a pour objectif d’obtenir une reconnaissance de la maladie, d’éviter la stigmatisation des personnes obèses, de favoriser l’aide entre patients ainsi que de leur fournir une information de qualité. L’association constate que cette stigmatisation est de plus en plus présente y compris dans le monde du travail : le géant mondial de la distribution Wal-Mart a, par exemple, l’intention de dissuader les personnes en surcharge pondérale de postuler dans le groupe. Le but: réduire les frais d’assurance santé.

L’obésité est une maladie

Selon Bold, l’émission fait oublier l’essentiel : l’obésité est une maladie. Elle interroge : "Viendrait-il à l’esprit de faire une telle émission de télé-réalité sur la prise en charge des asthmatiques ou des diabétiques ? Vont-ils réussir à se traiter ? Car c’est de cela dont l’émission parle, mais si mal en introduisant une compétition dans le temps et entre les gens".

La seule méthode qui a fait ses preuves et est validée par les plus grands spécialistes, et notamment en Belgique par le BASO (Belgian Association for the Study of Obesity), est bien l’approche multidisciplinaire qui tente justement d ‘éduquer les personnes en excès de poids à une prise en charge qui s’inscrive dans le long terme afin d’éviter le phénomène si dévastateur du yoyo. On désigne ainsi la perte rapide de poids et la reprise de ce poids, voire davantage, en aussi peu de temps. Un phénomène dénoncé par le monde médical qui enferme le patient dans un cercle vicieux désastreux qui aggrave et renforce le surpoids, sans compter les répercussions psychologiques du yoyo qui l’enferme dans un état de désespoir et d’abandon de toute prise en charge.

Ces patients sont d’ailleurs, selon les spécialistes de l’obésité en Belgique, encore plus difficiles à traiter ensuite. L’obésité est une maladie chronique qui doit être prise en charge par un médecin et suivi dans le long terme. "Ces personnes-vedettes de l’émission ne sont pas des obèses, ils sont atteints d’obésité. Ce genre d’émission tire vers le bas le combat contre l ‘obésité qui est pourtant reconnue par l’OMS comme un réel problème de santé publique. Il est grand temps que nos gouvernants reconnaissent enfin l’obésité comme une maladie pour éviter ce genre de dérive qui délivre une information erronée, dommageable pour la société toute entière", ajoute Jean-Paul Allonsius.

D’autres spectateurs de l’émission estiment que, si elle est sans doute "dangereuse" pour les candidats soumis à des efforts physiques, elle a au moins "l'avantage" de montrer les difficultés (de vivre, de se mouvoir) d’obèses et leur lutte contre la surcharge pondérale.

  • Le site de Bol :
    www.boldnet.be
  • Le site de l’émission De Avallers:
    www.deafvallers.vijftv.be
     

Philippe Allard
  


Partager







© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?