Les femmes ont honte de leurs odeurs vaginales...

... et consultent trop tard ! Les femmes ne réagissent pas assez vite face aux mauvaises odeurs vaginales, qui sont souvent signe d’inflammation ou de perturbations de la flore vaginale. Un grand nombre d’entre elles (76%) pensent à tort que les odeurs vaginales désagréables sont la conséquence d’un manque d’hygiène intime.


Cette idée est est partagée par 73% des hommes belges comme en témoigne une enquête effectuée à la demande de Bersac parmi la population belge.

Ces chiffres expliquent pourquoi les femmes belges attendent trop longtemps avant de consulter un médecin. Animées d’un sentiment de culpabilité, elles tentent souvent même de cacher ces mauvaises odeurs vaginales lors d’une visite chez leur médecin. Ce qui empêche la mise en place d’un traitement rapide et correct.

Quelle est la cause des mauvaises odeurs vaginales ?

Lorsque le taux d’acidité vaginale est en équilibre, les champignons et les "mauvaises’ bactéries n’ont en principe aucune chance de se développer. Par contre un déséquilibre de ce taux d’acidité ouvre la voie à leur prolifération. Les plaintes les plus fréquentes dans ce cas sont : mauvaises odeurs, sécrétions vaginales anormales, douleur, démangeaisons, gonflement ou parfois difficultés lors des relations sexuelles.

Une hygiène vaginale excessive n’est jamais une solution pour éviter le risque d’infection et de mauvaise odeur. Il suffit de rincer le vagin à l’eau.

Les savons et même les produits pour l’hygiène intime peuvent perturber l’équilibre naturel, ouvrant ainsi la porte aux bactéries et aux infections.

Les odeurs intimes devraient être attirantes !

Pourquoi les êtres humains ont-ils une odeur corporelle et quelle en est l’utilité ? L’être humain, comme les animaux, produit des phéromones, des substances qui agissent sur l’inconscient sexuel de l’homme et de la femme et exercent un attrait et une stimulation sexuels. Les phéromones sont sécrétées par les glandes sudoripares sur tout le corps. Chaque fois que nous transpirons, nous émettons des phéromones qui nous rendent plus sexy.

Le problème toutefois est que l’homme moderne prend une douche pratiquement tous les jours parce qu’il ne veut pas sentir la transpiration. Le même raisonnement s’applique à l’hygiène intime : un grand nombre de femmes pensent que les infections et les mauvaises odeurs sont la conséquence d’une mauvaise hygiène intime. C’est pourtant tout le contraire : le lavage et le "rafraîchissement" excessifs du vagin perturbent le taux d’acidité vaginal et rompent l’équilibre de la flore vaginale.

La solution la plus efficace consiste à rétablir le taux d’acidité et l’équilibre de la flore vaginale. Ceci est très facile à réaliser à l’aide de comprimés vaginaux à diffusion lente, disponible sans prescription dans toutes les pharmacies.

Selon le docteur Vermeulen, chef de service gynécologie à l’Hôpital français : Il arrive souvent que les femmes présentant de mauvaises odeurs vaginales les masquent en se lavant de manière intensive ou en utilisant des produits pour l’hygiène intime avant de se rendre chez leur médecin. Il devient ainsi particulièrement difficile pour le médecin de détecter les problèmes vaginaux et de les traiter de manière adéquate. Les médecins comprennent parfaitement qu’il n’est pas facile de parler ouvertement de ce type de problèmes. Les femmes doivent comprendre que nous, les médecins, savons que cela n’a rien à voir avec un manque d’hygiène, mais bien avec une infection ou une perturbation de l’équilibre naturel du vagin. La gêne qu’éprouve la femme est donc absolument injustifiée. Ce qui importe, par contre, c’est le dialogue ouvert, honnête entre la femme et son médecin. Certains problèmes vaginaux peuvent provoquer de graves problèmes de santé, voire la stérilité. Il est dans l’intérêt de chacun que ce type de problèmes soit traité rapidement et de manière efficace.

Mauvaises odeurs vaginales? Parlez-en à votre gynécologue

Il est recommandé à toute femme incommodée par de mauvaises odeurs vaginales de consulter un médecin. Les causes internes de ces odeurs peuvent être hormonales ou liées à la prise d’antibiotiques ou à un traitement chimiothérapique. Les causes externes peuvent être les sprays, savons, gels hormonaux, tampons,...

En cas de sécrétions excessives, de douleur ou de démangeaisons, il convient de contacter un médecin qui prescrira un traitement adéquat permettant de juguler l’infection ou de rétablir l’équilibre naturel de la flore vaginale.

Le problème des mauvaises odeurs est facile à résoudre à l’aide d’une cure de comprimés vaginaux à diffusion lente. Ces comprimés à base d’acide ascorbique neutralisent les mauvaises odeurs et rétablissent
l’équilibre de la flore vaginale. Ils peuvent être obtenus en pharmacie,sans prescription. Il est conseillé aux femmes chez qui les odeurs persistent encore après une utilisation de ces comprimés vaginaux de s’adresser à leur médecin pour un examen plus approfondi.

Il est extrêmement important que les femmes enceintes consultent leur médecin si elles présentent des odeurs vaginales fortes, car cela pourrait présenter un risque de naissance avant terme. L’apparition de symptômes au cours d’une grossesse impose un traitement. Par précaution, il est recommandé d’effectuer le screening et le traitement au début de la grossesse et de le répéter sous surveillance médicale.

Pour plus d’informations à ce sujet :

www.questionsdefemmes.be

A lire aussi...

  • Casse-toi tu pues...

Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?