Les Belges indifférents à la santé intestinale

Les résultats d’une enquête sur la santé menée par Yakult Belgium en mai 2005 révèlent que 3% des Belges seulement redoutent en premier lieu des pathologies intestinales, alors que celles-ci (IBS, IBD, cancer du côlon, coeliakie, diarrhée, constipation,...) représentent une bonne part des soins de santé en Belgique.


Le rôle du médecin généraliste reste primordial dans le contrôle et le suivi de notre santé intestinale mais les médecins déclarent que 80% de leurs patients n’évoquent pas spontanément leurs problèmes intestinaux au cours de la consultation. Tant les médecins que les patients n’abordent pas spontanément le problème et ils disent avoir besoin de plus d’informations sur la santé et les problèmes intestinaux. Pour les Belges, les intestins ne seraient pas le reflet de notre santé.

Pour leur santé, les Belges redoutent surtout les maladies cardio-vasculaires (25%) et des systèmes reproducteur (20%) et nerveux (12%). Seulement 3% des Belges citent en premier lieu les pathologies intestinales.

L’enquête Yakult révèle qu’un Belge sur trois s’inquiète en cas de problèmes intestinaux. Presque la moitié (45%) pensent que la plupart des problèmes intestinaux “se résolvent d’eux-mêmes” et “savent” pour quel type de problèmes ils devraient consulter. Et pourtant, des plaintes bénignes à première vue comme la diarrhée, des crampes intestinales, une mauvaise digestion peuvent indiquer des maladies sérieuses comme celle de Crohn, la colite ulcérante, le cancer du côlon ou la coeliakie (allergie au gluten).

La digestion est assurée par les intestins, qui contiennent en outre 80% de nos défenses naturelles ; les Belges semblent pourtant ne pas être convaincus de l’importance d’une bonne santé intestinale. Nos compatriotes sous-estiment manifestement le rôle des intestins dans la santé en général.

Il semble donc nécessaire de sensibiliser davantage la population sur l'importance d’une bonne santé intestinale. Des statistiques sur la santé en Belgique montrent par exemple que le cancer du côlon (gros intestin) est le 2e par ordre de fréquence chez les femmes et le 3e chez les hommes.

3 Belges sur 10 ont eu des problèmes intestinaux l’année précédente

L’enquête Yakult révèle que 3 Belges sur 10 ont souffert de problèmes intestinaux au cours des 12 derniers mois. Les plaintes les plus fréquentes dans ce groupe sont l’indigestion (38%), la fatigue générale, la perte d’appétit ou un sentiment de malaise suite à des problèmes digestifs (28%) mais aussi les nausées et vomissements (24%).

Les réponses à une autre question indiquent pourtant que la plupart des Belges ne jugent pas ces plaintes assez graves pour consulter. La moitié des Belges ne consulteraient qu’en cas de sang de selles (56%), perte de poids persistante (52%) ou diarrhée, constipation de longue durée ou altération du fonctionnement intestinal normal (45%).

Pour plus de la moitié des Belges (58%) l’équilibre de la flore intestinale est important pour la santé mais pas une priorité. Ceci explique pourquoi ils consultent si tardivement leur médecin traitant en cas de problèmes intestinaux.

Plus d’infos sur la santé intestinale

3 Belges sur 4 parlent aisément de leurs problèmes intestinaux avec leur médecin traitant. Seul 1 généraliste sur 5 (en 20013 cette proportion était de 1 sur 3) interroge systématiquement ses patients sur le bon fonctionnement de leurs intestins. Le généraliste suppose que les patients évoqueront spontanément ce type de problème, même s’ils réalisent que 80% d’entre eux ne le font pas.

Pour les Belges souffrant de troubles intestinaux, les premières sources d’information sont leur médecin traitant (64%), le pharmacien (16%) et l’hôpital (14%).

1 médecin sur 5 trouve qu’il est insuffisamment informé sur le sujet. 4 médecins sur 10 estiment ne pas avoir assez d’informations à donner à leurs patients. La moitié des Belges ont l’impression d’être insuffisamment informés sur la santé intestinale (les problèmes et les solutions).

Robert Derumes


Partager







© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?