Le Belge trop stressé: il doit bouger …

Stress (enquête Test Santé)Une grande enquête (1774 Belges interrogés) sur le stress a été menée par Test Santé. Elle dresse une image de l’ampleur du stress et de son impact sur la qualité de vie, de la prévention et du traitement de la sensation. Presque tous les Belges (88%) ont déjà ressenti un véritable stress dans leur vie. Des problèmes familiaux (54%) et professionnels (63%) sont les facteurs de stress les plus souvent avancés.


Les symptômes principaux sont la fatigue (69%), l’anxiété (66%), l’irritabilité (62%) et l’insomnie (56%). Même si 37% des Belges recourent aux médicaments, c’est l’activité physique et sportive qui donnent la plus grande satisfaction comme méthode de traitement et qui est aussi la moins coûteuse : sur base mensuelle, cette méthode requiert un investissement financier de 45 euros contre 48 euros pour un traitement médicamenteux, voire 95 euros pour une psychothérapie.

Qui stresse le plus ?

Presque tous les participants belges (88%) disent avoir déjà ressenti au moins une fois un véritable stress au cours de leur vie. 43% des Belges disent même s’être sentis souvent ou (presque) toujours stressés au cours des 12 mois qui précédaient l’enquête.

Test Santé a également demandé aux participants dans quelle mesure ils avaient ressenti du stress dans le mois précédant l’enquête. Les catégories de population suivantes ont ainsi stressé significativement plus que les autres :

  • les femmes, en particulier entre 18 et 26 ans;
  • les fumeurs, en particulier ceux qui consomment 20 cigarettes ou plus par jour;
  • les personnes qui ne pratiquent pas de sport;
  • les personnes qui vivent dans des zones urbaines ou semi urbaines;
  • les personnes qui dorment moins de 6 heures par nuit.

Causes et symptômes : femmes vs hommes

Il est important de réaliser que le stress ne surgit pas du néant et qu’il y a donc toujours des facteurs déclencheurs. Ceux-ci peuvent être de différentes natures : grands événements traumatisants tels qu’une guerre ou un tremblement de terre, grands événements de la vie tels que la mort d’un proche, un divorce, le départ à la retraite, des souhaits (tels qu’un vœu d’enfant) non exaucés,… De tels facteurs potentiellement déclencheurs n’ont bien sûr pas le même impact chez tout le monde. La sensibilité au stress varie d’un individu à l’autre, de même que l’impact du stress sur l’organisme et sur l’esprit. Si la sensation de stress persiste longtemps, cela peut saper les réserves d’énergie de l’organisme et l’immunité.

Travail, famille,…

Les principales causes de stress citées par les Belges ayant participé à l’enquête de Test Santé sont de loin les problèmes familiaux ou professionnels. De plus, on emmène souvent son stress avec soi d’une situation à l’autre. Ainsi, du stress au travail peut engendrer des problèmes à la maison (et vice-versa).

Les femmes citent souvent les facteurs stressants suivants : des événements bouleversants de la vie, des problèmes de santé et des évènements en relation avec la famille et le ménage. Les hommes citent plutôt le trafic automobile et les problèmes liés au travail. Les symptômes les plus fréquents du stress sont de la fatigue (69%), de l’anxiété ou de l’inquiétude (66%), et de l’irritabilité (62%). Les femmes sont généralement davantage sujettes à ces symptômes que les hommes. Les hommes stressés se montrent en revanche plus agressifs et plus démotivés que les femmes stressées.

"L’activité physique et le sport sont un bon traitement" disent les Belges…

Il n’existe pas de méthode miracle et universelle contre le stress. Ce qui est efficace chez les uns ne fonctionne peut-être pas chez les autres. 28% des répondants belges estiment utile d’entreprendre quelque chose contre leur stress (un traitement ou une autre méthode). Parmi les traitements, ce sont les médicaments qui arrivent en 1re position (37%). Mais beaucoup de Belges ont aussi un réflexe "plus sain" et pratiquent un sport ou adaptent leur style de vie afin de diminuer l’impact du stress.

Les médecins (généralistes et spécialistes) prescrivent des médicaments dans une grande majorité des cas. Mais 16% des répondants belges qui ont débuté un traitement de leur propre initiative ont eux aussi opté pour des médicaments. C’est évidemment tout à fait déconseillé : l’automédication sans conseil d’un médecin est dangereuse. La famille et les amis suggèrent principalement une psychothérapie et la pratique d’un sport.

Test Santé a demandé aux personnes qui avaient essayé pendant un an ou plus de maîtriser leur stress par une méthode ou un traitement déterminé(e), dans quelle mesure elles étaient satisfaites des différents aspects de ce traitement ou de cette méthode (efficacité, durée, durabilité des résultats,…). Les participants devaient attribuer un score de 1 (très mécontent) à 10 (très satisfait). Les médicaments obtiennent les scores les plus faibles pour tous les paramètres (6,3 en moyenne). En revanche, la pratique d’un sport décroche les scores les plus élevés pour pratiquement tous les paramètres (7,9 en moyenne). La psychothérapie se situe entre les deux, avec une satisfaction moyenne de 7,3.

Non seulement le sport procure la plus grande satisfaction, mais c’est aussi, en Belgique, la "thérapie" qui représente l’investissement financier mensuel le plus faible (45 euros). Les médicaments reviennent à 48 euros en moyenne par mois et une psychothérapie, à pas moins de 95 euros par mois.

  • A lire : Test Santé n° 66 (avril-mai 2005)

Philippine Campener


Partager







© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?