La tourista ou "course du voyageur"

WCLa tourista fait sourire. D’ailleurs cette diarrhée du voyageur est affublée de tas de surnoms comme la "danse aztèque" ou la "complainte de l’été". C'est pourtant un problème aussi pénible que gênant qui peut littéraglement "foutre dans la m...." les vacances les mieux préparées!


On parle de diarrhée du voyageur lorsque la victime "produit" plus de 3 selles "non moulées" par jour. Cette diarrhée est associée à des symptomes tels que malaises, douleurs abdominales, vomissements. Ou fièvres, frissons, céphalées, myalgies,... Dans de plus rares cas, on relève des selles glairo-sanglantes. Cette diarrhée s'étend (!) souvent sur environ 5 jours.

Tous ne sont pas égaux devant la tourista. Des facteurs de risque vont jouer: le jeune âge, l’appartenance à une classe sociale aisée, les habitudes alimentaires, le contact avec les populations visitées, les antécédents en matière de pathologie digestive. Bien entendu, un élément important est la région visitée puisqu’il existe des zones à risque: l’Afrique, le continent asiatique, l’Amérique centrale et du sud et, dans une moindre mesure, le bassin méditerranéen européen.

On cite le chiffre de 27 millions de voyageurs victimes chaque année de ce mal dans les pays où la tourista est endémique. La maladie est causée par des bactéries comme l'escherichia coli entérotoxinogène.

Précautions et soins

Pour éviter la tourista, on conseille d’appliquer la règle "Boil it, cook it, peel it or forget it". En clair, il faut surveiller son alimentation en pelant ses fruits, en évitant les crudités (mais il est parfois difficile de faire l’impasse sur une salade en Méditerranée!), les glaces, en ne buvant que des boissons encapsulées (sans glaçons!) ou des boissons (café, thé, infusion) et aliments chauds (servis à plus de 65°). Bien entendu, il faut se laver les mains avant chaque repas et, au sortir des toilettes, ne pas s’essuyer les mains avec un linge qui aurait été utilisé par d’autres. Les germes qui provoquent cette tourista sont le plus souvent l’escherichia coli, les shigelles et les salmonelles.

Avant de partir, on peut aussi s'offrir une cure à base de souches et fibres probiotiques. Ces probiotiques ont la capacité de protéger la muqueuse digestive (Lactibiane Voyage en sachets des Laboratoires Pileje).

Si vous êtes victime de la tourista, vous devez absolument vous réhydrater et donc compenser la perte d’eau et de sels. On conseille des boissons équilibrées avec une alimentation riche en sucre. Il existe des sachets de réhydration orale. La tourista se soigne aussi à l’aide d’antiseptiques intestinaux (Ercéfuryl, Panfuris). Des antidiarrhéïques peuvent ralentir le transit. En cas de troubles plus sévères, le médecin peut proscrire des antibiotiques.

La tourista est, pour le moins, "handicapante". Elle peut gâcher complètement vos vacances et celles de vos proches. Les conseils de prévention doivent donc être suivis mais il faut aussi prendre la précaution de bien alimenter... sa pharmacie de voyage.

Un patch anti-tourista est à l'étude.

Robert Derumes

        


Partager







© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?