La menace d'une "épidémie" de diabète

 La 18e édition de la conférence de l'International Diabetes Federation (IDF) s'est tenue à Paris du 24 au 29 août 2003. Un rapport évoqué à la conférence contenait des chiffres alarmants et les experts ont mis en garde face au développement d'une épidémie. Plus de 300 millions de personnes dans le monde courraient le risque d'être victime du diabète. L'impact économique pourrait dépasser celui du sida dans certains pays en voie de développement.


Ces chiffres sont hallucinants. Le rapport mentionne aussi que les coûts de l'épidémie de diabète (en soins de santé dans le monde) pourraient atteindre plus de 150 milliards d'euros par an. Dans les pays où la maladie se développe le plus, le diabète pourrait déjà être à l'origine d'un problème économique. En effet, le nombre de cas pourrait tellement augmenter dans la décennie à venir (de moins de 150 millions à plus de 300 millions) que beaucoup de spécialistes prévoient une catastrophe dans beaucoup de pays en voie de développement. Il est vrai que les soins de santé craignent d'être dépassés par une nouvelle "épidémie" dont l'impact serait comparable à celui du sida. Sans parler des conséquences économiques.

Qu'est-ce que le diabète?

Il existe en fait deux sortes de diabètes : le type I, qui apparaît chez les enfants et les adolescents et représente 5 à 10% des cas, et le type II qui touche les adultes. Chez les patients de type I, il s'agit d'une production insuffisante d'insuline. Les diabétiques de type II produisent, eux, de l'insuline en quantité satisfaisante mais leur corps n'arrive pas à l'utiliser de manière efficace. Quand le diabète de type II est découvert à temps, on peut prévenir la maladie ou la contrôler au moyen d'un régime strict, d'exercices et de médicaments adéquats. Le diabète n'est d'ailleurs pas à prendre à la légère car, sans traitement, la maladie peut provoquer le perte de la vue, des problèmes de reins, des maladies cardiaques et peut même être fatale.

L'explosion du diabète

 Pourquoi, selon les spécialistes, la maladie prendrait-elle la forme d'une épidémie si l'on n'agit pas à temps et de façon efficace? Tout simplement parce que des changements sociaux et culturels surviennent en temps record dans les pays en voie de développement. Les gens, en particulier les jeunes, s'inspirent de plus en plus du style de vie occidental. L'urbanisation contribue aussi à ce danger. Dans ces pays, un nombre croissant de personnes abandonnent leurs habitudes alimentaires relativement saines au profit d'une consommation massive dans la restauration rapide, bien moins bonne pour la santé; c'est pourquoi, dans certains de ces pays, de plus en plus de gens souffrent de surcharge pondérale. On ne fait évidemment pas référence aux pays en voie de développement qui sont dévastés par la famine et les guerres civiles, mais aux pays plus stables où cela se passe mieux comme l'Inde, la Chine, l'Indonésie, l'Egypte, le Mexique,... Pour ces raisons, les multinationales alimentaires et surtout les fabricants de restauration rapide sont à présent sommés de produire de la nourriture plus saine.

On peut aussi expliquer cette augmentation des cas de diabète par la croissance démographique explosive qui touche les pays en voie de développement depuis quelques dizaines d'années. Il y a donc de plus en plus d'enfants et d'adultes chez qui détecter le diabète. Il est en tout cas urgent d'agir. Il faut promouvoir la nourriture saine et l'exercice, lancer des campagnes de sensibilisation et, peut-être aussi, exercer une pression politique sur les fabricants de nourriture trop grasse et pas assez saine. Même si ce dernier point s'avérera sans doute un espoir vain, en particulier aux Etats-Unis où les politiciens, jusqu'au plus haut niveau, font tous pour plaire à ceux qui financeront leur campagne.

  • Le site de l'Association belge du Diabète
  • Le site Diabete.fr

Paul Willems


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?