La maladie de Parkinson

ParkinsonBeaucoup d’entre vous se souviendront du Mohammed Ali malade qui, d’une main tremblante, avait allumé la flamme à l’ouverture des Jeux Olympiques d’Atlanta en 1996. La maladie de Parkinson est présente chez 1 à 2% des personnes âgées de plus de 55 ans.


Ce pourcentage augmente avec l’âge. Chez les plus âgés, cette maladie est l’affection du cerveau la plus répandue après l’Alzheimer. Vu le vieillissement de la population, le nombre de patients va continuer à augmenter.

James Parkinson, un médecin anglais (né à Londres en 1755) a été le premier à décrire cette maladie comme une affection autonome et la définit comme le "shaking palsy". C’est aussi lui qui lui a donné son nom. Le diagnostic n’est pas facile à établir parce que les symptômes sont minimes au début et augmentent peu à peu. Au début de la maladie, on associe généralement le tremblement à la vieillesse.

Les symptômes principaux de la maladie sont le tremblement, l’akinésie (la "lenteur" des mouvements) et l’hypertonie (des raideurs dans les membres). Le début de la maladie est insidieux mais les symptômes augmentent progressivement (chez certains patients, la maladie reste cependant stable pendant des années).

Après quelque temps, certains patients ont de plus en plus de mal à se déplacer, ont des difficultés à accomplir des tâches habituelles comme s’habiller. Ils marchent aussi de plus en plus péniblement. Des difficultés pour avaler et parler, une transpiration excessive, le fait d’être souvent constipé ou de baver par exemple sont d’autres signes. Des symptômes psychologiques comme la dépression peuvent aussi apparaître.

Il est important de comprendre que la maladie n’est donc pas mortelle. Les personnes qui souffrent de la maladie de Parkinson vivent en général aussi longtemps que les autres, mais doivent apprendre à vivre avec la maladie.


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?