La gonorrhée ou chaude-pisse

Les maladies sexuellement transmissibles (MST) figurent parmi les maladies infectieuses les plus courantes. Par le passé, le terme faisait généralement référence à la syphilis ou à la gonorrhée mais aujourd’hui, le terme couvre plus de 20 maladies sexuellement transmissibles. La gonorrhée est probablement la MST la plus ancienne et en tout cas l’une des plus connues.


Cependant, en Belgique, on ne recense que très peu de cas (environ 1 personne sur 100 000). Cette infection peut être très douloureuse et même causer des dommages irréversibles.

La gonorrhée est également connue sous le nom de blennorragie ou de "chaude-pisse". Cette infection touche aussi bien les hommes que les femmes et provient d’une bactérie, le gonocoque (Neisseria gonorrhoeae). Cette bactérie se fixe aux muqueuses des voies urinaires et des parties génitales. La contamination peut également se faire par le rectum (sexe anal) ou la gorge (sexe oral).

La contagion survient donc toujours par contact sexuel parce que la bactérie est très sensible (elle meurt à l'air libre). "Confesser" la maladie à son partenaire est assez difficile puisqu'il est évident que, pour l'"attraper", il a "fallu" une infidélité de l'un des deux partenaires. Quoi qu'il en soit, le partenaire doit être averti au plus vite, car la contamination provoque des infections.

Tant que l’on n’a pas été traité, vous restez contagieux. Le mieux est d’également prévenir les personnes avec qui l’on a eu des relations sexuelles un peu avant l’apparition des premiers symptômes.

  • Symptômes
  • Traitement et prévention

Symptômes

La contamination provoque donc des infections. Puis, la personne contaminée présente des symptômes caractéristiques.

Chez les hommes, les symptômes sont généralement très marqués et se manifestent après quelques jours ou quelques semaines. Les symptômes typiques sont une blennorrhée ou des douleurs ou une sensation de brûlure au moment d’uriner. Lorsque la gonorrhée n’est pas traitée à temps, l’inflammation peut se propager à la prostate et l’épididyme.

Les femmes ne présentent généralement aucun symptôme, ce qui ne signifie en rien que les conséquences sont moins graves. Si les femmes ont des symptômes, il s'agit d'une hausse de la fréquence de l'urine. Celle-ci a une odeur désagréable et ressemble à du pus. Les femmes peuvent également parfois être confrontées à un sentiment de brûlure lorsqu'elles urinent et à la douleur lors du contact sexuel. Même si les plaintes sont moins importantes, la maladie doit être traitée dans les plus brefs délais chez les femmes également. L'infection peut en effet gagner l'utérus et les ovaires, avec parfois comme conséquence une grossesse extra-utérine ou la stérilité.

Traitement

La gonorrhée doit toujours être traitée, car l'affection ne guérit pas seule. En outre, on peut transmettre l'affection aux partenaires sexuels. Les relations sexuelles avec une personne contaminée ne mènent pas automatiquement à la transmission de la maladie. Par contre, les contacts sexuels répétés avec une personne contaminée font augmenter les risques de contagion à 80-90%. De plus, une gonorrhée non traitée peut conduire à l'infertilité dans le pire des cas. Les femmes enceintes peuvent aussi transmettre la maladie à leur bébé.

Si l'on est confronté aux symptômes de la gonorrhée (écoulement de pus et sensation de brûlure en urinant), il faut consulter immédiatement un médecin. Celui-ci établira son diagnostic par une analyse. Une simple cure d'antibiotiques ou une injection suffit pour être guéri. Environ une semaine plus tard, il faut faire un contrôle et le médecin confirmera si oui ou non, on est débarrassé de cette MST.

Prévention

La recette la plus simple pour prévenir la contamination est bien sûr de limiter ses relations sexuelles à un partenaire. Il faut que ce soit également le cas chez le partenaire… On peut se protéger correctement en utilisant un préservatif (pour les relations anales, il existe des condoms plus solides). Le message est donc de faire l'amour en toute sécurité!

Paul Willems


Partager







© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?