L'incontinence urinaire reste un tabou pour l'homme

On pense encore très souvent que les fuites urinaires n’arrivent qu’aux autres. Et pourtant, le problème est fréquent et touche aussi bien les hommes que les femmes, indépendamment de l’âge. Les chiffres parlent d’eux-mêmes: en Belgique, environ 200.000 hommes sont sujets à des fuites urinaires involontaires.


L’âge est un facteur important : 1 homme sur 10 de plus de 60 ans et près de 25% des hommes de plus de 80 ans souffrent d’incontinence. Les ennuis de fuites urinaires peuvent cependant survenir plus tôt, notamment en cas de problèmes prostatiques ou de diabète. 

Heureusement, le monde médical est là pour apporter une aide efficace à ces patients, pour autant que ceux-ci acceptent d’en parler avec leur médecin, ce qui est plutôt rare. Ce problème reste en effet un grand tabou et c’est dommage pour ceux qui y sont confrontés.

Comme chez les femmes, on dénombre plusieurs causes et formes de fuites urinaires involontaires chez les hommes. Les traitements dépendent de l’origine et de la nature du problème.

Les causes chez les hommes

La vessie masculine peut se trouver affaiblie à la suite de l’ablation de la prostate. Normalement, le problème se résout de lui-même au bout d’un an environ. L’embonpoint aussi peut entraîner des fuites urinaires, du fait de la surcharge qui pèse sur les muscles abdominaux et pelviens. La toux caractéristique du fumeur peut s’avérer être une cause indirecte de pertes urinaires, a fortiori si les quintes sont fréquentes et violentes. De plus, en raison du risque accru de maladies cardiovasculaires, les fumeurs consomment des diurétiques, ce qui accroît encore le risque d’incontinence involontaire. Parmi les autres causes, citons encore les lésions nerveuses, certains médicaments, la constipation et les infections.

Formes d’incontinence masculine

Tous les hommes ne présentent pas les mêmes symptômes. Les fuites urinaires peuvent se présenter sous plusieurs formes.

  • Le débordement et l’écoulement : lorsque la vessie ne se vide pas complètement lors d’une miction, l’urine s’accumule dans la vessie et peut finalement s’écouler goutte à goutte, comme si la vessie débordait. Une hypertrophie de la prostate peut aussi entraver le flux urinaire et entraîner un écoulement permanent. Les fuites urinaires par débordement sont la forme la plus fréquente d’incontinence masculine.
  • Incontinence d’effort : le simple fait de rire, de tousser, d’éternuer ou de faire du sport peut entraîner des pertes urinaires. L’affaiblissement des muscles pelviens en est souvent la cause.
  • Envies pressantes. Le besoin de soulager la vessie est tellement pressant qu’il est impossible de le contrôler. Cette pathologie peut s’expliquer par un manque de coordination entre les impulsions envoyées par le cerveau à la vessie et le fonctionnement de celle-ci.

Il est fréquent qu’une personne présente, simultanément, plusieurs formes d’incontinence.

Adapter son mode de vie

Adopter un mode de vie correct peut aider à soigner ou à guérir la vessie. Quelques conseils :

  • Buvez suffisamment d’eau : 2 litres par jour, voire plus en cas de fortes chaleurs ou d’efforts physiques.
  • Evitez au maximum la consommation de boissons alcoolisées et réduisez la consommation de thé, de café et de sodas, car ils contiennent de la caféine.
  • Essayez de trouver le bon équilibre. Ne multipliez pas les visites aux toilettes "pour le cas où" mais n’attendez pas non plus trop longtemps.
  • Ne soyez pas stressé au moment de vider votre vessie. Restez détendu.

Si vous utilisez une protection contre les fuites urinaires, pensez à la changer environ 3 fois par jour. Si ce n’est pas suffisant, adoptez une protection au pouvoir d’absorption supérieur.

Briser les tabous

L’incontinence urinaire est une pathologie médicale qui se soigne. Il n’y a donc aucune raison d’en faire un tabou. Au contraire, il faut éviter de stigmatiser le problème et d’en faire un handicap social. Toute personne souffrant de fuites urinaires a intérêt à en parler avec son médecin. Un diagnostic et un traitement corrects peuvent améliorer sensiblement la qualité de vie du patient et supprimer la plupart des désagréments sociaux et psychologiques qu’entraîne l’incontinence. Changer de médication, améliorer ses habitudes alimentaires, adopter un programme d’entraînement ou suivre un traitement de la prostate suffit parfois à enregistrer un progrès.

Dans la plupart des cas, l’incontinence urinaire peut être guérie. Il existe également des protections anatomiques fiables et discrètes et des changes complets spécialement adaptés qui peuvent améliorer sensiblement la qualité de vie des patients. On connaît ainsi la gamme développée pour les hommes par Tena. Cette société propose des informations sur son site

www.tena.be
ou via téléphne (numéro gratuit 0800-94545). On peut y commander des échantillons gratuits.

Robert Derumes


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?