L'accident vasculaire cérébral n'est pas une fatalité!

Logo de l'association StrokeChaque jour, 52 Belges sont victimes d’un accident vasculaire cérébral (AVC). Pourtant, ce risque peut être prévenu car l’hypertension est un facteur de risque tout à fait contrôlable.


Chaque année en Belgique, l’AVC frappe 19.000 victimes (52 victimes par jour). L’AVC est une des trois plus importantes causes de mortalité en Belgique et en Europe. Or la plupart des Belges connaissent insuffisamment la maladie, ses conséquences et, surtout, le moyen de prévenir cet accident.

61% des Belges ignorent en effet ce qu’est un AVC. 8 Belges sur 10 en sous-estiment la fréquence. Et 70% des Belges ignorent le 1er facteur de risque de cet infarctus du cerveau : l’hypertension.

3 Belges sur 10 disent d’ailleurs ne pas connaître leur tension. Et seuls 11% des Belges interrogés connaissent les bons chiffres de la tension (140/90 mmHg). Tels sont les principaux résultats de l’enquête menée par IPSOS au mois d’avril 2007 à la demande de l’association Stroke.

A contrôler

L’hypertension artérielle est un facteur de risque contrôlable. Les conséquences d’un AVC sont redoutables : chaque année, 5.000 personnes décèdent dans le mois qui suit et 6.000 sont atteintes d’invalidité permanente. Concrètement, un patient sur quatre frappé par un AVC ne reprendra jamais d’activité professionnelle du fait de son handicap. 3e cause de mortalité en Europe, l’AVC et les moyens de le prévenir sont encore trop méconnus par la population, explique le professeur Gillebert de l’hôpital Universitaire de Gand.

L’hypertension est le facteur de risque le plus important de l’AVC. Nous devons traiter les patients afin qu’ils atteignent les chiffres tensionnels recommandés dans les Guidelines (NDLR : directives) (TA 140/90 mm Hg). Il est également important de rappeler au public l’importance de la mesure régulière de la tension artérielle. La Belgique compte 2 millions d’hypertendus, dont la moitié l’ignore.

En cas d’hypertension, la pression exercée contre les parois des vaisseaux sanguins devient trop importante, les artères vieillissent plus vite et se fragilisent. Le vaisseau sanguin, c’est la vie. Un AVC survient quand il y a une perturbation soudaine de l’irrigation d’une partie du cerveau par le sang, pouvant alors provoquer la destruction de cette zone du cerveau. Contrairement à ce que l’on peut croire, l’hypertension artérielle n’est pas un problème de santé inoffensif et inévitable qui vient seulement avec l’âge, précise le Professeur Gillebert.

D’autres causes

Il ne faudrait cependant pas n’évoquer que l’hypertension. Selon Jan Hoet, le président d’honneur de Stroke, il existe d’autres facteurs qui font courir le risque de faire un accident vasculaire cérébral : certaines maladies du coeur, le diabète, le tabagisme, un taux élevé de cholestérol dans le sang, et l’alcoolisme.

Témoignage

Tania Sucaet est la porte-parole de Stroke. Nous sommes persuadés que l’on peut parvenir à faire reculer le nombre d’AVC par une meilleure information de la population. C’est aussi l’occasion de souligner que les AVC ne frappent pas forcément les personnes âgées, insiste-t-elle. Pour ma part, j’ai eu mon AVC à l’âge de 33 ans, et c’est toute ma vie qui en l’espace d’une minute a été bouleversée. J’ai survécu, mais j’ai dû tout recommencer à zéro: marcher, réutiliser mon bras, réapprendre à conduire... alors si on peut éviter cela à d’autres personnes, notre mobilisation aura été utile.

  • Le site web de l’association
    Stroke
    (
    www.strokenet.be
    )

En 2007, la Journée européenne contre l'accident vasculaire cérébral a lieu le 10 mai.

Robert Derumes


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?