Dépister l'ostéoporose

ostéoporoseL’ostéoporose est responsable chaque année de plusieurs milliers de fractures. La plus dramatique est celle du col du fémur. En Belgique, environ 600.000 femmes souffrent d’ostéoporose mais 50% l’ignorent. En raison du vieillissement de la population, l’ostéoporose prend la forme d’une épidémie... silencieuse.


Dès la cinquantaine, cette affection guette les femmes. Selon les experts, 40% des femmes qui ont aujourd’hui 50 ans seront victimes durant leur vie d’une fracture liée à cette "maladie des os fragiles". 

L’ostéoporose est définie par l’Organisation Mondiale de la Santé comme "une maladie caractérisée par une faible masse osseuse, une détérioration micro-architecturale du tissu osseux qui entraîne une fragilité osseuse et, par la suite, une augmentation du risque de fracture". L’os n’est pas une matière inerte mais un tissu vivant. Notre capital osseux est ainsi au cœur d’un processus constant de démolition et de reconstitution. Quand cet équilibre se rompt, l’os devient poreux. Les conséquences de l’ostéoporose sont très lourdes, tant sur les plans physique (tassements de vertèbres, fractures) que social (perte d’autonomie et de qualité de vie, absentéisme) et économique (hospitalisations, réhabilitations).

Aujourd’hui la grande problématique autour de l’ostéoporose se situe au niveau de son diagnostic : 50% des femmes touchées en Belgique ignorent qu’elles souffrent d’ostéoporose. Or, il y a un outil de dépistage fiable pour connaître l’état de son capital osseux : la densitométrie, une radio de la hanche et des vertèbres dorsales. Cet examen permet de mesurer la densité minérale osseuse (dont on sait que la diminution est un facteur de risque majeur de fracture). Grâce aux études épidémiologiques, l’OMS a établi un seuil à partir duquel le risque est considéré comme élevé.

Pour le Docteur Christine Pouliart, Présidente de l’A.B.O. (Association Belge des patients Ostéoporotiques), "il est temps de briser le silence sur cette menace silencieuse car aujourd’hui l’ostéoporose est fréquente et source de très grandes souffrances, alors que grâce à la densitométrie, elle est facile à diagnostiquer en toute sécurité. N’hésitez donc pas à en parler à votre médecin."

Une campagne de dépistage

Les Mutualités Neutres ont décidé de mettre sur pied une vaste campagne de dépistage de l’ostéoporose. Elle prendra fin en juin 2005. "Nous avons décidé de faire du bruit autour de cette menace silencieuse en informant les Belges autour de l’ostéoporose mais également en motivant une attitude de prévention grâce à l’octroi d’un remboursement unique de 20 euros de l’examen de dépistage pour les personnes à risques, entre 50 et 60 ans accomplis", commente le Sécrétaire Général de l’Union Nationale des Mutualités Neutres.

Comment procéder? Lors de votre visite chez le généraliste, abordez le sujet avec lui; il vous prescrira l’examen si vous êtes à risque. La réalisation d’une densitométrie ne demande pas beaucoup de temps et est indolore.

Durant toute l’opération de sensibilisation, une brochure d’information intitulée "La Mutualité Neutre vous aide à faire de bons vieux os" sera disponible dans les bureaux de la Mutualité Neutre pour connaître le bureau le plus proche, il suffit de surfer sur

www.mutualites-neutres.be
). Pour plus d’informations sur cette campagne, vous pouvez également téléphoner au 02.538.83.00.

Robert Derumes


Partager







© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?