Contre la DMLA ou maladie de la 'tache noire'

DMLA ou maladie de la tache noireImaginez-vous que vous ne puissiez plus lire, plus conduire, plus cuisiner ou plus regarder la TV. Imaginez à quoi ressemblerait votre vie si vous ne pouviez plus reconnaître les visages de ceux que vous aimez, et cela parce que le centre de votre champ visuel serait devenu flou ou carrément tout noir…


Cette réalité est le quotidien de 25 à 30 millions de personnes qui, dans le monde, souffrent de DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge). Dans notre monde occidental, cette maladie représente la principale cause de perte importante de l’acuité visuelle chez les plus de 50 ans.

En Belgique, 30 000 personnes environ souffrent de la forme humide de cette maladie et 5000 nouveaux cas environ sont constatés chaque année.

2 formes de dégénérescence maculaire
liée à l’âge

La DMLA touche le champ visuel central. C’est celui dont nous nous servons pour reconnaître les visages et que nous utilisons dans nos activités de tous les jours telles que la lecture, la cuisine, les courses, la couture, la conduite,...

Il existe deux formes de DMLA : la forme "humide" et la forme "sèche". La DMLA sèche est la plus fréquente; elle concerne environ 85 % des cas de DMLA, mais c’est la forme dite humide qui entraîne la perte de la vision.

DMLA humide

La DMLA humide se caractérise par la formation de nouveaux vaisseaux dans la zone centrale de la rétine (la macula) ; ces nouveaux vaisseaux sont fragiles et fuient et, font dès lors gonfler la rétine comme une éponge.

Lorsque cette maladie n’est pas traitée au cours de la phase aiguë, la zone centrale de la rétine dégénère ce qui entraîne une perte visuelle qui évolue vers la formation d’une tache aveugle au milieu du champ visuel. Les patients qui souffrent de DMLA se plaignent d’avoir une “tache noire” au milieu de leur champ visuel.

Vision normale et vision de malade atteint de la DMLA

Diagnostiquer la maladie

La DMLA est une maladie qui frappe des sujets de plus de 50 ans. Les symptômes précoces les plus courants en cas de forme humide sont des difficultés de lecture et la déformation des lignes et des images. Au cours du temps, la vue diminue et une tache noire se forme progressivement au centre du champ visuel. En casd’apparition de déformations des images ou d’une baisse rapide de l’acuité visuelle, il est conseillé de consulter le plus rapidement possible un ophtalmologue.

La déformation des images peut être constatée dans la vie de tous les jours. Elle peut aussi être dépistée précocement grâce à un test simple à réaliser soi-même, le test d’Amsler, qui consiste à rechercher les déformations ou les parties manquantes sur une grille.

Test d'Amsler pour détecter la DMLA : vision correcte à gauche, vision affectée à droite.

Un traitement contre la DMLA humide

Jusqu’il y a quelques années encore, on ne disposait d’aucun traitement contre la DMLA humide. Il y avait bien le traitement laser effectué avec un “laser chaud” (laser thermique ou coagulation) et puis plus tard le “laser froid” (traitement laser sélectif doux après administration du photosensibilisant Visudyne) mais les résultats de ces traitements étaient souvent décevants et ne permettaient que rarement de rétablir la vision, relativement rarement de stabiliser la maladie et entraînaient, au contraire, le plus souvent une diminution supplémentaire de la vision.

Depuis qu’on dispose du Lucentis, un médicament injectable dans le corps vitré (la partie de l’oeil qui contient le liquide qui lui donne sa forme), l’avenir des patients qui souffrent de DMLA humide s’est considérablement amélioré. Ce nouveau médicament (qui appartient à la classe des anti-VEGFs) agit en "asséchant" littéralement la rétine que la maladie avait transformée en éponge et lui permet ainsi de retrouver son épaisseur normale. Ce médicament agit pendant 1 mois environ et si la rétine redevient humide et s’épaissit à nouveau, le traitement doit alors être répété. Pour cette raison, dès le début du traitement, l’oeil malade doit être contrôlé tous les mois afin de mesurer l’épaisseur de la rétine, de rechercher la présence d’oedème et de retraiter le cas échéant.

Selon le Dr Rakic, chef du service ophtamologie du CHU de Liège, Lucentis est un anti-VEGF qui a été largement étudié dans le cadre d’études cliniques sérieuses réalisées sur des patients souffrant de DMLA humide. Ces études ont démontré sa sécurité et sa très grande efficacité : 95 % des patients traités avec Lucentis ont enregistré une stabilisation de leur vision et 30 à 40 % des patients ont enregistré une nette amélioration de leur vision.

En 2008, le prix Galien, une des distinctions médicales les plus prestigieuses au monde, a été attribué à Lucentis (ranibizumab) développé par Novartis.

En Belgique, Lucentis est enregistré, remboursé et intégré dans la pratique clinique courante depuis 2007 et son utilisation clinique a confirmé les données de sécurité et d’efficacité de ces études.

Robert Derumes


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?