Carences et excès chez les bébés belges

L'alimentation du jeune enfant (photo Synovate Belgium)De plus en plus d'études scientifiques prouvent que l'alimentation au cours des premières années de la vie exerce une influence considérable sur la santé future. Ils sont d'ailleurs 9 parents sur 10 à affirmer s'occuper activement de l'alimentation de leur enfant. Pourtant, la grande majorité des petits présente des carences et des excédents considérables. Une alimentation malsaine exercera un effet négatif sur leur santé future.


En 2008, Nutricia Belgique a fait effectuer une étude en demandant à 500 mères belges de tenir à jour un journal au sujet de l'alimentation de leurs jeunes enfants entre 6 et 36 mois. Il en ressort que les enfants ont un apport trop important de protéines, de sucres, de graisses saturées et de sel. L'étude montre aussi un apport trop faible de vitamine D, de fer, de graisses insaturées, de fibres et d'eau.

Quelques constats chez les 6-36 mois

  • Presque tous les enfants participants consomment trop de protéines. Cette surconsommation baisse légèrement en grandissant.
  • Les enfants et les matières grasses restent un point délicat: les enfants consomment trop peu de bonnes graisses et 8 sur 10 consomment trop de mauvaises graisses polysaturées
  • A peine 8% de ces enfants consomment suffisamment de fibres (84% trop peu, 8% trop).
  • Le menu des enfants est beaucoup trop riche en sel. 89% en consomment trop.
  • Les apports en calcium, nécessaire à la solidité des os, sont mal équilibrés: 60% reçoivent trop peu via l'alimentation, 27% trop.
  • La vitamine D est sous-représentée dans le régime des enfants, alors qu'elle est indispensable associée au calcium pour assurer des os solides
  • 43% mangent moins de 100 g de fruits par jour. Plus leur âge progresse, moins ils mangent de fruits.
  • Près de 60% des enfants consomment moins d'une cuillère à soupe de légumes par jour.
  • Plus de 95% des enfants reçoivent des en-cas dès 6 mois. Entre 13 et 24 mois, à peine 10% reçoivent des en-cas spécialement conçus pour les enfants. Tous les enfants mangent des en-cas pour adultes à partir d'un an.

Quand l'attention des parents se relâche

Ces carences et ces excédents s'installent souvent dès le plus jeune âge. Jusqu'à l'âge d'un an, les parents accordent une attention particulière à l'alimentation des enfants. Malheureusement, leur attention se relâche ensuite, remarque le Pr Vandenplas, chef du service de pédiatrie de l'UZ Brussel à Jette.

Cette alimentation mal équilibrée est loin d'être sans conséquences: elle augmente le risque de maladies à l'âge adulte, dont le diabète, l'obésité, les maladies cardiovasculaires. Les enfants ont des besoins nutritionnels spécifiques depuis le premier jour. Satisfaire adéquatement à ces besoins pose les fondations d'une vie saine ultérieure, poursuit ce spécialiste.

C'est pourquoi le langage médical parle précisément de programmation nutritionnelle. La combinaison d'une alimentation équilibrée et d'un exercice physique suffisant pose dès le premier jour la base d'une vie adulte en bonne santé.

Alimentation des jeunes enfants:
entre conviction et pratique

Les parents trouvent qu'une alimentation équilibrée est importante, mais c'est la pratique qui fait défaut. Les parents affirment en masse (89%) qu'une alimentation équilibrée est importante. Pourtant la réalité est souvent diamétralement opposée à leurs convictions: à partir de 12 mois, les enfants accumulent des carences et des excédents. Même si 75% des parents se disent bien informés, les connaissances de base leur font défaut. A peine 32% des parents savent que les enfants ont d'autres besoins nutritionnels que les adultes.

Ceci se traduit par la façon dont les petits enfants se nourrissent. En Wallonie, 44% et en Flandre 66% des enfants de plus d'un an partagent la table des autres membres de la famille. Il est important sur le plan social que la famille partage le repas. Néanmoins, ces  repas familiaux  sont souvent trop riches en sel, en sucres et en mauvaises graisses, explique Serge Pieters, président de l'Union Professionnelle des diplômés en Diététique de Langue Française (UPDLF). Jusque 36 mois, les enfants développent leur capital santé - un processus où une alimentation variée, équilibrée, saine et savoureuse revêt une importance majeure. Jusqu'à cet âge, les besoins nutritionnels des enfants sont différents de ceux des adultes. Les enfants et les adultes gagneraient largement à y prêter attention.

Feeding for Life

Nutricia a mis au point une plateforme d'information "Feeding for Life" a vu le jour. Chaque parent peut contrôler l'équilibre du menu de son enfant sur le site www.feedingforlife.be. Ce site propose une information pratique, des brochures claires et un jeu éducatif expliquent aux parents ce qu'est une alimentation équilibrée.

Robert Derumes


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?