Allergie saisonnière: le rhume des foins

FoinL’allergie est une réaction physique du corps à des substances qu’il ne supporte pas. Elle s’exprime par un ou plusieurs symptômes parmi lesquels: l’apparition de boutons, les démangeaisons, les gonflements, les yeux larmoyants, les éternuements, le nez qui chatouille ou qui coule. Le rhume des foins est une allergie très courante chez nous. 


Il existe bien des formes d’allergies et leurs symptômes sont similaires. Au printemps, le rhume des foins apparaît, marqué par les nombreux éternuements qui secouent les malades.

Les principaux symptômes du rhume des foins, également appelé rhinite allergique saisonnière sont les yeux irrités et qui démangent, pleurent, sont gonflés, injectés de sang, hypersensibles à la lumière du soleil. Le malade a l’impression d’avoir des poussières dans les yeux; le nez est bouché ou coule, il éternue beaucoup; toux, chat dans la gorge et démangeaison dans les oreilles; parfois maux de tête, troubles de la concentration, eczéma et même crises d’asthme; un risque d’urticaire sur les parties du corps non couvertes quand on se couche dans l’herbe par exemple. Sans oublier la fatigue.

Les responsables: les graminées

De mai à septembre, la floraison des herbacées à graines se succède. Elles disséminent leur pollen à tous les vents. Il s’agit des plantes sauvages que l’on trouve en bordure des chemins ou de plantes cultivées comme les céréales. Les pollens de certains arbres, tels le bouleau, s’y ajoutent. Le pic d’allergie se situe entre la 1e quinzaine de juin et la mi-juillet.

L’ISPP (Institut scientifique de la santé publique) considère que le seuil critique pour les graminées correspond à une concentration de plus de 30 grains de pollen par m3 d’air, le risque moyen est de 6 à 30 grains. Les pouvoirs publics ont pris l’habitude de signaler aux citoyens la qualité de l’air, car la pollution atmosphérique peut augmenter les effets de la sensibilité. En Belgique, la ligne Info-Allergie donne chaque jour une information sur la présence de pollen dans l’air.

Consulter, prévenir, soulager, guérir

Avant de vous ruer chez le pharmacien en lui demandant des antihistaminiques, assurez-vous que vous êtes bien allergique aux graminées. Une prise de sang peut déterminer la présence d’anticorps. Chez l’allergologue, on vous injectera sur la peau une goutte de plusieurs allergisants. Rapidement, souvent dans le quart d’heure, votre sensibilité se marquera par une importante rougeur ou un gonflement au niveau de l’allergène le plus dominant. Le médecin vous indiquera la meilleure solution à envisager dans votre cas. Plus vous réagissez à différentes substances, plus difficile sera la désensibilisation.

Des vaccins existent, de mieux en mieux adaptés. Il s’agit d’injecter les allergènes à doses de plus en plus fortes, ce qui permettra au patient d’être plus résistant les années suivantes. L’acupuncture semble avoir de bons résultats également.

Pour les cas moins sérieux, les antihistaminiques constituent la solution. Autrefois, ils étaient fuis car ils faisaient dormir. Ils étaient en effet tranquillisants. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Même si ces médicaments sont en vente libre en pharmacie, mieux vaut obtenir le conseil d’un médecin. Pour le nez congestionné, des gouttes à ne pas prendre trop longtemps ou du sérum physiologique.

En matière de prévention, il est conseillé de fermer les portes et fenêtres afin d’éviter les courants d’air qui transportent des pollens dans la maison. Mieux vaut sécher votre linge à l’intérieur : le séchage à l’extérieur vous exposerait à des pollens non désirés. Restez à l’intérieur lorsqu’on tond le gazon ou travaille dans un champ à proximité de chez vous. Si vous sortez, portez des lunettes de soleil et ne pratiquez pas de sport ou d’efforts physiques.

Infos pratiques

  • Info-Allergie: 0900 10073 
  • Air Allergy:
    www.airallergy.be
  • Meteo.be (
    allergie aux pollens et rhume des foins
    )
  • AllergieNet:
    www.allergienet.com
  • Allergique:
    www.allergique.org
     

Julia Limbourg


Partager







© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?