Symboles funéraires, abréviations, imageries de nos cimetières de A à B

Symboles funérairesLe symbolisme funéraire peut être révélateur de la personnalité du défunt ou des conditions de sa mort. La "lecture" du symbole peut déterminer la tranche d’âge lors du décès, le sexe, l’état civil, le métier, les options philosophiques et politiques... Toutefois, une mise en garde est nécessaire ; le symbole se lit mais n’est point une grammaire aux règle intangibles; les exceptions sont légion. De A à B.


A-B /

C-D
/
E-G
/
H-L
/
M-P
/
Q-Z
/

L'acacia
Des francs maçons ont fait figurer une branche d'acacia sur leur sépulture en référence à la légende d'Hiram, l'architecte du temple de Jérusalem, assassiné par trois ouvriers du chantier. D'après la légende, ceux-ci avaient inhumé son corps sous un tertre, en plantant une branche d'acacia pour identifier le lieu précis. Par extension, la branche d'acacia évoque la mort indispensable pour passer à une nouvelle vie induite par l'initiation.

L'acanthe
La feuille découpée de l'acanthe singularise les chapiteaux de l'ordre corinthien. Elle est fort présente dans l'ornementation funéraire, en particulier sur les sépultures des architectes et des artistes au XIXe siècle.
Les piquants de la plante représenteraient les épreuves et les affres de la vie auxquels la mort met un terme.

L'agneau
Généralement, l'agneau sur les sépultures représente le Christ. Dans son évangile, Jean le décrit comme l'agneau de Dieu qui enlève le péché du monde. La tête de l'animal est souvent cernée d'une auréole. Le plus souvent, il est représenté dans sa position au moment du sacrifice. Ainsi, l'agneau évoque la naissance et, en même temps, la mort prochaine. Il peut reposer sur le Livre lui-même soutenu par des nuages. La croix est, quelques fois, couchée sur le dos.

L'aigle
Voir Les Évangélistes

L'alliance
Voir Les mains unies.


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?