Nous sommes tous des 'Metrosexuals'!

Bien évidemment, ce nouveau 'trend' (cette tendance) nous vient des Etats-Unis. Il entend permettre enfin la réponse à cette double et lancinante question : "les hommes sont-ils trop masculins ?" ou, au contraire, "les hommes sont-ils suffisamment masculins ?". Les Metrosexuals laissent répondre leur côté féminin…


Le terme aurait été inventé par l'écrivain Mark Simpson il y a quelques années sur le ton de la satire pour dénoncer "un péage consumériste à l'égard de la masculinité traditionnelle". mais les marketers (spécialistes du marketing) viennent de rafraîchir le terme et de le repositionner pour décrire les hommes qui prennent soin de leur peau, utilisent des produits de beauté ou raffolent des sprays et autres déodorants. Des urbains qui souhaitent, avec parfois un certain empressement, récupérer leurs côtés féminins. Le New York Times parle d'une période "à l'orée d'un moment metrosexual"… Qui dit marketers, dit annonceurs et publicitaires ; le produit phare qui aurait déclenché cette nouvelle mode serait la marque de déodorants Axe. Pour Unilever, la multinationale propriétaire d'Axe, "une marque stylée qui survolte la confiance et l'attractivité des jeunes hommes grâce à la combinaison d'une fragrance masculine distincte et une protection déodorante de longue action".

Pardonnez du peu !

Aux States, une campagne de pub télévisées (que l'on peut voir sur http://www.uemedia.com/CPC/article_2690.shtml) montrait une jeune femme à côté d'un mannequin (un porte fringues, pas un top modèle…) et devant un vieux rideau rouge. Elle est censée expliquer l'action Axe, mais dès que le mannequin est parfumé elle perd la tête (ou les pédales ou les deux). Un des spots montre même un gars furieux arriver en courant et décrocher d'un coup de poing la tête du mannequin, alors que la jeune femme lui rétorque que "Doug, nous étions seulement en train de parler…". C'est l'effet Axe ! Et les autres spots de la marque, certains sont passés sur nos écrans, jouent dans la même cours de récréation : les femmes se pâment et tombent d'admiration devant les hommes qui se parfument.

Tout cela resterait quelque peu puéril si, au travers de cette nouvelle mode, les gens du marketing ne cherchaient pas à nous imposer de nouveaux clichés. Ces grands enfants d'Américains seraient-ils en train de redécouvrir le jeu de la séduction ? Les hommes 'normaux', entendez "pas les homos", auraient-ils aussi le droit de s'occuper de leur corps sans être pris pour des efféminés ? Nous Européens avons la chance de descendre - quelque part - de ces rois de France qui préféraient se maquiller et se parfumer plutôt que prendre une bonne douche. Nous avons la chance que les parfums floraux soient capturés depuis l'antiquité grecque et romaine. Nous savons (c'est le cas de le dire…) qu'un bon bain - et un massage parfumé - vaut tous les plaisirs du monde et remplace adéquatement une course poursuite dans Manhattan ou une cavalcade sur le dos d'un mustang. Ah nous sommes tellement "old-fashion", nous de la vieille Europe… Metrosexual ? Mais c'est comme Monsieur Jourdain qui se servait de la prose sans le savoir: nous l'étions sans le savoir !

Et nos femmes ne s'en plaignent pas je crois…

Dominique Gany
    


Partager







© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?