Mille taxis londoniens roulent à l'huile de friture

Au Royaume-Uni, pays des fish & chips, les restaurateurs se débarrassent chaque année de 50 à 90 millions de litres d'huile de friture. Deux sociétés londoniennes ont eu l'idée de recycler ces huiles usagées en biodiesel. Leurs clients?  Des chauffeurs de taxis, ravis de payer leur carburant moins cher.


Au Royaume-Uni, les restaurateurs consomment entre 50 et 90 millions de litres d'huile de friture. Une loi leur interdit de déverser les huiles usagées dans les ordures ménagères et les éviers et pourtant, des millions de litres finissent dans les égouts, endommageant les canalisations et causant de graves problèmes sanitaires. Deux sociétés londoniennes ont décidé de remédier à ce problème tout en participant, en plus, à la lutte contre le réchauffement climatique.
Uptown Oil et Pure Fuels récupèrent chaque semaine 30.000 litres d'huile de friture et les convertissent en biodiesel. Ce recyclage rend service à la ville de Londres et fait le bonheur des ... chauffeurs de taxis.
En effet, les premiers clients de ces deux sociétés sont des chauffeurs de taxis indépendants. A l'heure actuelle, ils sont déjà 1000 à profiter du service de ces pompes alternatives. Il faut dire que c'est intéressant: ils économisent vingt deux centimes d'euros à chaque plein.

Un biocarburant, oui mais...

De façon générale, les biocarburants ne remportent pas vraiment de succès car de nombreuses études ont montré qu'ils ne constituent pas une solution écologique. Il faudrait 30% de biocarburant de plus que de pétrole pour parcourir une même distance et les rejets de CO2 seraient identiques à l'essence.  Les biocarburants produits à partir de plantes sont également critiqués car leur production requiert de la terre, alors que les surfaces agricoles sont déjà limitées. Produire des biocarburants reviendrait donc à réduire la production de nourriture, ce qui causerait une flambée des prix alimentaires.

Le modèle londonien propose une utilisation différente des biocarburants. Il s'agit de recyclage ce qui élimine les problèmes liés à sa production. Cela rend son bilan carbone très intéressant.
D'après ses fabricants, le carburant issu d'huiles usagées réduirait de 80% les émissions de CO2 et de 60% les particules fines (par rapport au diesel).  Cependant, certaines études arguent que les particules polluantes seraient aussi élevées qu'avec de l'essence classique.

Tous les véhicules diesel peuvent rouler à l'huile de friture, même si certaines marques de voitures semblent fonctionner mieux que d'autres.

Plus d'infos sur les biocarburants en général.

http://www.economiesolidaire.com/2010/05/03/biocarburants-avantages-et-inconvenients/

Melody De Visscher


Partager







© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?