Les remèdes naturels contre la constipation

Près d’un million de Belges connaissent cette désagréable sensation qui consiste en un retard ou une difficulté à aller à selle. Qu’elle soit occasionnelle ou chronique, il est pourtant possible de traiter la constipation naturellement. Petit tour des solutions pour se sentir enfin ... léger.


La constipation? Elle peut être occasionnelle, en vacances ou pendant la grossesse par exemple. Mais elle peut aussi être chronique et quand c'est le cas, on ferait tout pour s'en passer.

Pour éradiquer cette désagréable incommodité, encore faut-il en connaître les causes. Justement, elles sont extrêmement variées. La première, il n’y a pas de secrets, est l’hygiène de vie. On ne mange pas bien, on ne boit pas assez et on ne fait pas de sport? Il ne faut pas s’étonner de voir nos intestins devenir paresseux eux aussi. Mais la constipation peut également être due à un endommagement de la flore intestinale, un dérèglement du système parasympathique, du pancréas ou encore à un hypothyroïdie. C’est sans compter le complexe du voyageur (même chez soi quand on ne s'y sent pas bien) ou une peur inconsciente de perdre ou de manquer.

Comment la traiter? Revoir son hygiène de vie d’abord et puis faire appel à des aides naturelles si on ne se sent toujours pas mieux. On évitera le plus possibles les médicaments laxatifs car leur abus peut provoquer... une constipation ! 

Revoir son alimentation

Ca commence dès le matin! On doit programmer l'intestin comme on programme notre réveil.
Il faut donc commence par un petit-déjeuner léger que l’on mastiquera lentement et dans le calme (pas de télévision). Une astuce pour faciliter les aliments vers la sortie : prendre une cuillère à café d’huile d’olive au milieu du petit-déjeuner. Le café ou le thé se boit après le repas pour aider à digérer. Le prendre à jeun provoquera l’effet inverse.

Les fibres sont définitivement à mettre au menu. En retenant l’eau, elles se gonflent et ramollissent les selles, ce qui facilite et augmente la vitesse du transit intestinal et leur évacuation. Mais attention: si les fibres ne reçoivent pas assez d’eau, on obtiendra l’effet inverse. Il faut donc obligatoirement augmenter l’absorption de liquides. De façon générale, on suggère de boire de 6 à 8 verres d'eau tout au long de la journée. Les constipés pourront aller jusqu’à deux litres par jour. En cas de constipation sévère, on peut opter pour une eau minérale riche en magnésium.
Une partie seulement des liquides peut être remplacée par des jus de pruneaux, de carotte, de pomme, de céleri ou de raisin.

Où trouver les fibres? Dans les fruits et légumes frais, secs et les fruits oléagineux. Mais plus précisément dans les épinards, pissenlits, ail, oignons, tomates, soja, raisins, figues, pommes, poires, oranges, citrons, choux, rhubarbes, algues mais aussi dans les fraises, myrtilles, framboises, brocolis, céleris raves, champignons, noix, graines, pruneaux et abricots secs..
On en trouve également dans les céréales complètes: pain complet, muesli, flocons. 

De l’exercice physique régulier

Pratiquer une activité physique a une influence sur les muscles abdominaux. Alors marcher, pédaler, nager, ... tout est bon pour favoriser le transit intestinal. Le yoga, par exemple, est particulièrement indiqué pour les femmes enceintes qui souffrent de constipation.

Les automassages

Autre truc qui marche: l'automassage du ventre, dans le sens des aiguilles d’une montre. Avec des gestes tour à tour profonds et légers, on fera ainsi avancer les selles dans l’intestin. Un exercice à faire trois minutes avant les repas, en position assise ou couchée avec les jambes pliées pour bien relâcher le ventre. Pour de meilleurs résultats, s’exercer en même temps à la respiration abdominale. Comment faire? Inspirer lentement en gonflant le ventre puis expirer doucement en le rentrant. C’est aussi simple que ça et sacrément efficace! 

En cas d’urgence : l'irrigation côlonique

Lorsque l'on s'inquiète parce que la constipation dure plus de trois ou quatre jours, le lavement est une technique qui a fait ses preuves. Cela consiste à se mettre en position couchée et à injecter avec une canule spéciale un demi litre d'eau bouillie tiédie à 37°. (voir livre*)

Les aides en médecine douce

L’ostéopathie peut agir en relaxant tout le système digestif. L'évacuation normale de selles met en oeuvre des muscles intestinaux. « Si ceux-ci sont déjà tendus, ils ne pourront pas faire de contractions encore plus fortes et amener les selles vers la sortie. Si au contraire, ils sont relâchés, le transit pourra se faire normalement. » explique Thanh Binh Nguyên, ostéopathe et acuponcteur à Limal. La constipation peut également provoquer un engorgement du foie. Dans ce cas, l’ostéopathe devra mobiliser cet organe pour rétablir les fonctions du système digestif.                   En acuponcture, le praticien soignera le gros intestin et travaillera en parallèle sur les méridiens du foie et de la vésicule biliaire.                                                                                 La phytothérapie constitue également une aide précieuse parce qu’elle propose des laxatifs naturels. En fonction du patient, le phytothérapeute conseillera des laxatifs de lest, assez doux, comme l’agar-agar, la gomme de guar, le son de blé et la graine de lin ou des laxatifs stimulants, plus forts, comme le latex d'aloès, la bourdaine, la cascara sagrada le nerprun ou l’huile de ricin. Enfin, il peut également proposer des suppositoires ou lavements de glycérol.
En naturopathie, on conseillera parfois une supplémentation de magnésium ou de vitamine C. Enfin, l’homéopathie propose des traitements pour chaque type de constipation.

Melody De Visscher

* L’hydrothérapie du colon de Josiane Mignot aux éditions Jouvence.


 


Partager







© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?