Les chiens et les chats des Belges

Chat (de son vrai nom Si les Belges ont une brique dans le vente, ils ont aussi la fibre animalière car le pays compte plus d’un million de chiens et près de deux millions de chats. Autrement dit : un ménage sur cinq est propriétaire d’au moins un chien, et un sur quatre d’au moins un chat.


Plus précisément, selon le SPF Economie (Direction générale Statistique et Information économique), la Belgique dénombrait en 2004 pas moins de 1.064.000 chiens et 1.954.000 chats. Il y a donc quasi 2 fois plus de chats que de chiens.

Ces chiffres ne comprennent pas les animaux en fourrière, dans les pensions pour animaux et dans les animaleries. Rien que pour les fourrières, il s’agissait en 2006 de 37.636 chiens et de 35.828 chats. Des chiffres en hausse ! Et il faudrait encore pouvoir estimer le nombre de chiens et surtout de chats errants.

En 2004, notre pays comptait donc 836.000 ménages possédant au moins un chien et 1.067.000 ménages possédant au moins un chat. Un ménage sur cinq est propriétaire d’au moins un chien, et un sur quatre d’au moins un chat. Les statistiques montrent aussi qu’il y a plus de ménages possédant de nombreux chats que de ménages possédant de nombreux chiens.

Par rapport à 2000, le nombre de chiens est resté stable alors que le nombre de chats a, lui, augmenté.

Les propriétaires de chiens et chats

Comme dans d’autres domaines, on observe des variations régionales. Le propriétaire de chien habite surtout la Wallonie ou la région bruxelloise tandis que le propriétaire de chat est d’abord un Bruxelleois. En effet, la Wallonie et la région de Bruxelles-Capitale comptent 13 chiens pour 100 habitants, la Flandre 8. Bruxelles-Capitale compte 23 chats pour 100 habitants, la Wallonie 21 et la Flandre 17.

D’autres facteurs que le lieu de résidence (ou les habitudes locales) jouent. La détention de ces animaux domestiques est également influencée par d’autres facteurs tels que le nombre d’enfants, le montant des revenus, la situation de travail et l’âge.

Les uns parleront peut-être de "compensation" mais il faut bien le constater : dans les ménages sans enfants, le nombre de chiens et de chats (respectivement 14 et 24 pour 100 habitants) est sensiblement plus élevé que dans le ménage moyen (respectivement 11 et 19 pour 100 habitants). Peut-être s’agit-il aussi de prudence et certains décident sans doute de ne pas prendre d’animaux (par peur des morsures ou des allergies) quand la famille accueille toujours des enfants.

Curieusement peut-être, plus on est pauvre, plus on a de chiens et de chats. Si la moyenne pour l’ensemble de la Belgique s’élève à 11 chiens et à 19 chats pour 100 habitants, on trouve dans le 1er quartile (c’est-à-dire la tranche de 25% des ménages aux revenus les plus bas) 19 chiens et 36 chats pour 100 habitants, dans le 2e quartile 13 chiens et 22 chats pour 100 habitants, dans le 3e quartile 9 chiens et 19 chats pour 100 habitants, cependant que le 4e quartile (la part de 25% comprenant les ménages les plus nantis) ne compte plus que 7 chiens et 11 chats pour 100 habitants.

Il existe aussi un rapport entre la détention de ces animaux de compagnie et le nombre De personnes "actives" dans le ménage. Plus il y a d’actifs, plus la probabilité est faible de découvrir un chat ou un chien sous la table. Les ménages ne comprenant aucun actif comptent en moyenne, pour 100 habitants, 16 chiens et 31 chats; les ménages ayant un actif en son sein comptent 12 chiens et 21 chats pour 100 habitants, et les ménages à deux actifs ou plus ne comptent que 7 chiens et 13 chats pour 100 habitants.

Enfin, sans surprise, on constate une relation entre la possession d’un chien ou d’un chat, et l’âge. Les quadragénaires sont plus souvent propriétaires d’un chien ou d’un chat, et les personnes dans la cinquantaine détiennent plus souvent un chat.

Ces animaux d'agrément ont un coût

Il peut paraître étonnant que les chiens et chats appartiennent souvent à des ménages et familles plus défavorisées alors que ces animaux de compagnie sont coûteux. En 2004, les Belges ont dépensé, au chapitre des animaux de compagnie (qui ne comprennent pas les seuls chats et chiens), pas moins de 757 millions d’euros (31 milliards de francs belges). Cette année-là, nous avons acheté en de la nourriture pour chiens pour 179 millions d’euros et de la nourriture pour chats pour 183 millions d’euros. 136 millions d’euros ont été dépensés auprès des vétérinaires (pour l’ensemble des animaux de compagnie, rappelons-le) et 87 millions d’euros ont été dépensés en divers articles pour animaux domestiques tels que niches à chien, laisses, paniers (mais aussi aquariums). 77 millions d’euros ont été consacrés aux séjours en pension d’animaux et aux soins animaliers. Et des chiens ont été achetés pour une valeur de 22 millions d’euros. 

Bruxellois et Flamands dépensent en moyenne plus pour l’achat de chiens et également davantage pour des pensions d’animaux et pour les soins animaliers. Proportionnellement, Bruxellois et Wallons sont ceux qui dépensent le plus d’argent pour des consultations vétérinaires. Les Wallons dépensent plus en nourriture pour chiens ou pour chats.

Robert Derumes

A lire aussi...

  • Animalia Expo, le salon de l'animal de compagnie
  • Toujours l'abandon des chiens et chats
  • Les animaux de compagnie voyagent avec un passeport
  • Trucs et astuces pour vos
    animaux

Partager







© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?