Le jeu de rôles en grandeur nature, le point de vue d'une participante

BilboVivat s'est déjà penché sur le "JDR GN". Interview de Dominique Casanovas, "rôliste", une quinquagénaire qui s'est découvert un nouvel hobby.
 


 Pouvez-vous vous présenter brièvement ?

Dans le "civil", je suis ergothérapeute-ludothécaire, et conteuse... un peu spécialisée puisque mon public est essentiellement composé de personnes handicapées de tout âge et handicap. Je suis la "pas très" digne mère de 3 garçons, âgés respectivement de 21, 19 et 15 ans, qui vivent avec moi. Je m'intéresse à plein (trop, diront certains) de choses: mon métier d'ergothérapeute (qui me pousse à faire de la recherche hors des sentiers battus), le jardinage, le dessin, l'aquarelle, la musique (de tout, de partout), la lecture (une vorace!)...

Comment êtes-vous arrivé au GN?

Par Benjamin (mon aîné), qui a, un jour, rencontré un certain Bilbo, lequel a entraîné Benjamin à passer des jeux de rôles sur table au GN médiéval fantastique...

Benjamin a fait un travail de sape, auquel s'est joint Bilbo...
J'ai rencontré d'autres "rôlistes" GN à la "Porte noire", un café à Bruxelles où se réunissent les rôlistes tous les premiers mercredis du mois... J'ai plongé (un peu complexée par mon âge, mais bon).
Le plongeon, parce que je ne me voyais pas vraiment "jouer", cela a été de s'occuper de l'intendance d'un GN, en plein mois de novembre, de 130 personnes, dont mes 3 enfants. Ceux-ci faisaient PNJ (personnages non-joueurs, donc animant les joueurs). Olivier n'avait que 13 ans 1/2... Faire la tambouille 2 jours et demi : plutôt fatigant, cela ne me changeait pas fort du "quotidien"... Le côté interaction avec les joueurs m'a bien plu. Donc je suis passée de "l'autre côté".


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?