Un Henry Lemaire allégé

Table du Château du Mylord à EllezellesLe toujours attendu Guide Henry Lemaire est sorti dans son édition 2008. Moins épais (exit le Luxembourg), bénéficiant de l’apport d’équipes francophones et néerlandophones, il veut corriger les erreurs du passé tout en maintenant son credo : être "la bible et la référence en matière de recherche de bon restaurant".


Le passionné du Lemaire trouvera donc dans ce guide de 336 pages, une sélection de petits ou grands restaurants répartis aux quatre coins du royaume, en ville, le long des routes ou en pleine campagne.

Une sélection de tables

Tous les restaurants fichés ont fait l’objet d’une visite au molins durant l’année écoulée. Il s’agit bien d’une sélection avec un nombre de restaurants mis en évidence qui est passé de 1.217 à 732. Pourtant 237 restaurants figurent pour la toute 1re fois dans le Lemaire. 

Les auteurs du Guide avouent avoir confrontés à quelques fameux problèmes de conscience. Parce qu’il ne faut surtout pas croire qu’un absent du Guide - même s’il était présent dans les éditions précédentes - est d’office un restaurant peu intéressant. Les responsables indiquent bien que certaines grandes maisons peuvent ne pas se trouver dans le Lemaire 2008, ajoutant : Certaines grandes tables ont peut-être conservé leurs qualités de cuisine, d’accueil et de confort mais n’offrent pas suffisamment de renouveau en général.

L’équipe actuelle du guide a bien lu les remarques portées sur l’édition précédente. Il s’agissait notamment de problèmes dans la localisation des restaurants mentionnés. Tout semble avoir été mis en œuvre pour y remédier même si aucun guide n’est à l’abri d’un récent changement de chef ou d’une fermeture par exemple.

Fidèle à une certaine réputation, le Lemaire ne peut s’empêcher de balancer un coup de pique à la concurrence en précisant : Bien sûr - et sans polémique (sic) - nous confirmons aussi qu’aucune cote n’a été attribuée à des restaurants qui n’ont pas encore ouvert leurs portes... ou qui sont encore trop “jeunes” dans le paysage gastronomique belge. Et d’ajouter : L’objectivité du Lemaire n’a pas de prix.

Un guide en 2 ou 3 langues

Dans la mesure où le guide s’appuie aujourd’hui sur une rédaction francophone et une rédaction néerlandophone dont les découvertes et analyses ont été coordonnées, la version néerlandaise des textes n’est pas qu’une simple tentative de traduction des articles en français. Pour certains restaurants, ceux qui manient les 2 langues découvriront 2 approches parfois différentes mais complémentaires… et s’accordant sur la note à décerner. Certains restaurants ont souhaité une "valorisation" via une 3e langue, l’anglais, pour répondre aux attentes d’une clientèle davantage internationale, cette langue supplémentaire n’ayant aucune incidence sur les commentaires et cotes.

Ces notes s’étalent entre 6,5 et 9,5 sur 10. Comme s’interrogeait le rédacteur en chef francophone, on pouvait effectivement se demander ce qui marquait réellement la prédominance d’une table cotée 82 sur sa voisine cotée 81 puisque, par le passé, les cotations s’établissaient sur cent. Les cotes ainsi nouvellement échelonnées ainsi ont sans doute le mérite d’être plus claires.

De grandes tables

Cette année, la Belgique compte 22 "Grandes Tables" au lieu de 16 l’année passée. Alors que 4 établissements(Les Forges du Pont d’Oye, L’Eveil des Sens, Au Gastronome, Kasteel Diependael) ont été retirés de cette liste, 10 autres effectuent leur entrée ou leur retour au sein de ce "club" très fermé. Il s’agit de La Truffe Noire, L’Ecailler du Palais Royal, Spud’s, Le Châlet de la Forêt, ‘t Oud Konijntje, The Paddock, De Barrier, Auberge du Moulin Hideux, La Bergerie, Slagmolen.

Guide Henry Lemaire 2008Le Top 2008 du Guide Henry Lemaire s’établit donc ainsi :

  • De Karmeliet (Brugge)
  • La Truffe Noire (Bruxelles)
  • L’Ecailler du Palais Royal (Bruxelles)
  • Sea Grill (Bruxelles)
  • Villa Lorraine (Bruxelles)
  • Spud’s (Etterbeek)
  • Le Châlet de la Forêt (Uccle)
  • Hof van Cleve (Kruishoutem)
  • Bon-Bon (Ucclel)
  • Comme Chez Soi (Bruxelles)
  • Château du Mylord (Ellezelles)
  • Clos St. Denis (Kortessem)
  • ’t Molentje (Zeebrugge)
  • ’t Oud Konijntje (Waregem)
  • The Paddock (Keerbergen)
  • De Barrier (Houthalen)
  • Auberge du Moulin Hideux (Noirefontaine)
  • La Bergerie (Lives-sur-Meuse)
  • Le Prieuré Saint-Géry (Beaumont)
  • Slagmolen (Opglabbeek)
  • Lemonnier (Lavaux-Sainte-Anne)
  • Arenberg (Heverlee)

En main

Ce guide est aisément maniable et les symboles utilisés sont fort utiles. Ils portent bien sûr sur :

  • la table : de simple ou rapide (6,5) à la 1re marche du podium (9,5);
  • sur le cadre : de simple ou relax (1) à difficile de faire mieux (5);
  • sur l'acceptation des cartes de crédit...

mais aussi la présence du patron en cuisine, les prix de la bouteille d’eau, du vin maison, du lunch, du menu, la proposition d’un menu enfant, l’accessibilité aux moins valides, la présence d’un parking ou l’assistance d’un voiture,… ainsi qu’un tableau simple avec les jours de fermeture.

Un avantage du guide Henry Lemaire – outre son format pratique – est sans doute son prix. A 12 euros, ce guide devrait satisfaire celui qui préfère investir dans un repas que dans l’édition. Ce guide est disponible dans toutes les librairies. 

Philippe Allard  

        

Partager







© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?