Le Café des Epices à Etterbeek

Café des EpicesNon, malgré l'appellation, vous n’êtes pas au cœur de la Medina de Marrakech, mais au cœur de l’Europe, sur la Place Jourdan, à Etterbeek. Le Café des Epices n’est pas un café mais un restaurant, belge qui plus est. Pas la peine d’espérer manger un couscous ou un tajine, ce n’est pas vraiment le genre de cuisine qu’on y propose. Le Café des Epices est une brasserie-restaurant, une déjà ex-future "place to be" des eurocrates branchés et de leurs voisins belgo-bobos.  


Café des EpicesLes anciens de la vieille Place Jourdan à Etterbeek, celle où l’on jouait à la balle pelote le dimanche, se souviennent tous de la quincaillerie Une vraie institution, une caverne d’Ali Baba où un personnel vieillissant vous servait d’un œil sévère le bouchon ou le boulon tant recherché. Ce temps est révolu, la quincaillerie a depuis longtemps fermé ses portes et la place Jourdan a pris désormais un petit air européen mâtiné d’esprit vacances, quelques mois avant sa rénovation complète.

Café des EpicesL’ancienne quincaillerie, désossée, vidée, "façadisée, est devenue brasserie. Mais une brasserie "à la belge" et non à la française. La différence? Un décor très déco, un peu design industriel, un peu loft. Le mur du fond est en briques brutes illuminé par un puits de lumière, les faux plafonds très hauts desquels pendent de grands luminaires, des cloisons peintes dans les tons à la mode, une cloison mobile permettant de séparer des parties de salle et donc d’atténuer le brouhaha et surtout, surtout… de l’espace. Inutile de rentrer le ventre pour éviter d’emporter la nappe empesée et la vaisselle qui s’y trouve. Ici, on peut faire le tour de la table et prendre ses aises sans devoir réfléchir où placer les droitiers par rapport aux gauchers. Le mobilier contemporain et les chemins de table font oublier l’appellation de brasserie. On est dans un lieu branché, sympa, nouveau et on se sent un peu chez soi. Il est possible d’y boire un verre ou d’y manger à toute heure.

La carte est vaste et permet de satisfaire tous les goûts. L’écailler propose quelques plateaux de fruits de mer abordables. Ils côtoient la carte de viandes et poissons d’une brasserie classique. S’y ajoutent quelques plats végétariens, salades et pâtes. Le Café des Epices doit marquer la différence avec l’enseigne d’en face qui joue aussi la carte de la brasserie, L’Esprit de Sel. Les prix sont donc plus serrés et la cuisine plus inventive sans pour autant heurter les palais classiques. Le design de la vaisselle est également soigné.

A 5 à table

Nous optons pour le classique entrée, plat, dessert.

Parmi les entrées, on retiendra une tranche de terrine de foie gras aux agrumes ou aux figues à 12 euros, un carpaccio de bœuf ou des scampis à l’ail à euros. La tranche de terrine de foie gras est belle et bien bonne. Les autres entrées sont appréciées tout autant.

Parmi les plats, comptez 15 euros pour un onglet poêlé et 16 euros pour un mignon de veau. La cuisson des viandes est parfaitement conforme à la demande du client.

Les salades sont de l’ordre de 14 euros.

Les desserts s’échelonnent de 5 à 7 euros, mais sont assez décevants. On pense à la salade de fruits frais qui n’étaient pas mûrs. Une Dame blanche, une poire Belle Hélène, de la glace, des desserts bien peu originaux, exception faite d’une gaufre de Bruxelles aux fruits (5 euros).

On ne peut cependant pas passer sous silence le gros point négatif : le service. Le personnel, charmant et probablement polyglotte ne maîtrise manifestement pas sa carte (et le français ?) et note, presqu’en tirant la langue, la dénomination complète du plat commandé. Après l’annonce des entrées, il nous demande ce que nous souhaitons boire. Nous demandons du muscadet, qui se transforme dans sa bouche en "muscat". Nous rectifions en espérant avoir été compris. A-t-il cru que nous nous arrêtions aux entrées? La prise de note des plats est aussi ardue.

Lors du service, il nous demande si nous voulons boire du "muscade" (le muscadet) et qui a commandé "l’ongle" (l’onglet). Une commande de boisson est oubliée, on doit redemander du pain, des sauces pour un plat qui n’est plus disponible sont amenées malgré tout à table…

Tout cela n’est pas très professionnel, mais ne soyons pas féroce, cela fait finalement rire. Aucun drame n’a été à déplorer. Le cadre et la cuisine méritent un personnel de la même qualité, écrivions-nous mais, malheureusement, les choses ne sont pas améliorées et lors de notre dernière visite, il a bien fallu constater la désinvolture d'un membre du personnel.

L’addition n'était pourtant pas une mauvaise surprise: une moyenne de 40 euros pour apéro, entrée, plat, vin au pichet, dessert et café. Mais on aimerait autant qu'elle ne se fasse pas attendre et qu'elle ne soit pas littéralement jetée sur la table.

Café des Epices
Place Jourdan 21
40 Bruxelles
Tél. : 02/280.43.17
Fax : 02/280.43.18
E-mail :

reservation@cafedesepices.be
  

Julia Limbourg


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?