La poussette : dans quel sens promener bébé ?

Face à la rue ou dos à celle-ci ? Une étude britannique montre que les enfants assis face au monde extérieur dans leur poussette sont plus stressés que les autres. 


Il s’agit de la première étude de ce genre. Menée par une psychologue de l’université de Dundee en Ecosse, elle portait sur quelque 3000 enfants en bas âge. Elle montre que la position des petits dans les poussettes a un effet psychologique sur ceux-ci.

Parmi les expériences : deux promenades d’un kilomètre. La première avec l’enfant dans un sens, la seconde dans l’autre. Les observations sont étonnantes : les bébés, face à leurs parents, ont un rythme cardiaque plus lent et s'endorment deux fois plus souvent, signes de confiance et de relaxation. Dans cette position, les parents leur parlent et sourient deux fois plus aussi. Installés face à la rue, les petits sont clairement moins détendus. Or, les spécialistes de l’enfance l’affirment : des bébés stressés donnent des adultes anxieux.

Ce qu’en disent les spécialistes…

Ils sont unanimes : les bébés doivent voir leurs parents et ce, jusqu’à l’âge d’un an au moins. Pourquoi est-ce si important ? Parce que le lien visuel rassure. Et bébé en a besoin. Il y a des bruits dans la rue : celui d’une moto ou d’une voiture qui démarre, d’un camion en train de décharger, celui des klaxons, d’un chien qui aboie, … Face à ses parents en poussette, l’enfant cherche dans leur regard s’il doit avoir peur ou non. Mais seul face au monde extérieur, l’enfant est angoissé car il n’obtient pas les réponses à ses questions.
Autre raison importante de maintenir le contact visuel : l’apprentissage du langage. Pendant les 18 premiers mois de sa vie, l’enfant commence à comprendre les sons et à apprendre à parler en lisant les expressions du visage.

Suzanne Zeedyck, psychologue et auteur de l’étude britannique, insiste sur le fait que promener les bébés face au monde extérieur, à un âge où le développement cérébral est plus important qu’à tout autre moment de la vie, a vraiment un impact négatif sur leur développement. « Si le bébé passe beaucoup de temps dans cette position, sa capacité à communiquer facilement avec ses parents sera amoindrie. Nos données montrent que pour de nombreux bébés, la vie en poussette est appauvrie émotionnellement et peut-être stressante.
La psychologue conclut que maintenir l’interaction parent-enfant en promenade lui évitera des problèmes chroniques d'émotivité et des difficultés de langage. Mais favoriseront aussi la confiance en soi, l'ouverture aux autres et l'affection du futur adulte qui est assis dans la poussette. 

Bien sûr, tout est une question d'équilibre : un enfant qui a beaucoup de contacts visuels avec ses parents ne sera pas traumatisé par des promenades dos à eux. Mais à l’heure où peu de parents s’occupent de leur progéniture à plein temps, mieux vaut mettre toutes les chances du côté du bébé.

Melody De Visscher
 


Partager







© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?