Le jeu de rôles en grandeur nature, le point de vue d'une participante

BilboVivat s'est déjà penché sur le "JDR GN". Interview de Dominique Casanovas, "rôliste", une quinquagénaire qui s'est découvert un nouvel hobby.
 


 Pouvez-vous vous présenter brièvement ?

Dans le "civil", je suis ergothérapeute-ludothécaire, et conteuse... un peu spécialisée puisque mon public est essentiellement composé de personnes handicapées de tout âge et handicap. Je suis la "pas très" digne mère de 3 garçons, âgés respectivement de 21, 19 et 15 ans, qui vivent avec moi. Je m'intéresse à plein (trop, diront certains) de choses: mon métier d'ergothérapeute (qui me pousse à faire de la recherche hors des sentiers battus), le jardinage, le dessin, l'aquarelle, la musique (de tout, de partout), la lecture (une vorace!)...

Comment êtes-vous arrivé au GN?

Par Benjamin (mon aîné), qui a, un jour, rencontré un certain Bilbo, lequel a entraîné Benjamin à passer des jeux de rôles sur table au GN médiéval fantastique...

Benjamin a fait un travail de sape, auquel s'est joint Bilbo...
J'ai rencontré d'autres "rôlistes" GN à la "Porte noire", un café à Bruxelles où se réunissent les rôlistes tous les premiers mercredis du mois... J'ai plongé (un peu complexée par mon âge, mais bon).
Le plongeon, parce que je ne me voyais pas vraiment "jouer", cela a été de s'occuper de l'intendance d'un GN, en plein mois de novembre, de 130 personnes, dont mes 3 enfants. Ceux-ci faisaient PNJ (personnages non-joueurs, donc animant les joueurs). Olivier n'avait que 13 ans 1/2... Faire la tambouille 2 jours et demi : plutôt fatigant, cela ne me changeait pas fort du "quotidien"... Le côté interaction avec les joueurs m'a bien plu. Donc je suis passée de "l'autre côté".

Comment cela se passe-t-il?

Chouette! Il y a "l'avant", la préparation, quel personnage, donc quel costume, les messages sur le site web de l'organisation du GN, lire un peu plus les règles… L'arrivée sur le site: retrouver, avec plaisir des gens qui ont la même passion... Et puis le jeu, lui-même... Avec les interactions, les réactions, composer son personnage, cavaler dans les bois (sauf si la pluie est vraiment trop forte et mes 2 paires de chaussures sont noyées)... Les "bagarres" avec les armes en latex: j'aime, même si je n'ai combattu qu'à 1 GN sur 5! Les papottes juste après le "time-out" (fin du jeu)...

Bien sûr, il y a les temps morts, les temps de cochon (2 jour et demi sous la pluie....), l'un ou l'autre de l'équipe qui est un peu "pénible", la copine à côté de vous qui ronfle comme un avion et fait passer une nuit blanche au dortoir complet, le froid, le tas de linge boueux au retour du GN... Après, on en rit beaucoup.

Quel rôle jouez-vous?

Cela dépend. A part l'intendance (1er GN), je suis un PNJ, parce que je joue avec mes enfants, dont l'aîné, Benjamin, se trouve dans l'organisation. Je suis donc au courant de trop de choses pour être joueuse. Suivant les GN, cela change en fonction du scénario et des besoins : mère d'un sultan nécromant en fuite, marchande, personnage interlope, rebouteuse. Ce dernier personnage est celui que je préfère... C'est gai parce que cela me permet de changer, mais je garde une option pour la rebouteuse...

Une anecdote, un fait qui vous a marqué pendant un GN?
Ouh là, une série! L'ami Bilbo (qui m'a entraîné) déteste que je me traite de vieille et que je fasse allusion à mon âge. Lors d'un GN, je me retrouve à faire des "style moyen orientaux" en fuite, avec une bande que je ne connais pas. La bande me donne le rôle de la mère du sultan... Je me costume, me blanchis les cheveux et vais rejoindre les autres joueurs à l'extérieur, m'appuyant sur un bâton. Un "18 ans" s'adresse à moi : "Je ne pensais pas que des personnes aussi âgées faisaient du GN!". Morte de rire, je lui explique que, effectivement, je suis la plus vieille, et que mon 3e fils, 13 ans, en est le plus jeune. Tête du "18 ans" (Loïc)! Tête de Bilbo quand je lui ai raconté le gag... Il n'empêche que tout le WE, une série de joueurs ont cherché où était "la petite vieille"... Loïc, depuis, est devenu familier de la maison.

Je pourrais citer plein d'anecdotes! Je reconnais avoir l'épouvantable manie de faire des gags aux autres, je n'y résiste pas, même en plein jeu... surtout si celui qui est face à moi doit garder son sérieux...

Que vous apporte le GN?

Je m'y amuse beaucoup! Et en famille ! Même si, sur tout un week-end, les enfants et moi ne nous croisons pas beaucoup. Cela établit des rapports de complicités, de rires, d'échanges, avant et après. On réfléchit sur les costumes, les armes, leur confection, (je me rappelle de vacances "cuir-latex", en réalité la confection d'armes...), les scénarios à goupiller pour les joueurs... Détente totale, hors du quotidien (même si celui-ci me rattrape au retour), faire "comme si" parce que c'est un jeu, rencontrer des gens (de 15 à 40 ans) sans "barrière de génération", parce que nous avons tous le même plaisir de jouer et de rigoler (j'ai pas dit que j'étais la plus sérieuse, loin de là!)

Le GN, c'est une ouverture. En tout cas je rencontre des tas de personnes, de tout milieu, sans barrière d'âge, souvent douées d'humour (en tout cas, c'est avec ceux-là que je garde le plus de contact). Je connais des joueurs qui, pour "affiner leurs personnages", se sont mis à l'étude du suédois, d'autres qui se penchent sur l'histoire du costume ou qui s'entraînent dans la nature... Comme quoi le jeu, même GN, développe plein d'intérêts et de capacités! Là, vous me prenez en flagrant délit de ludothécaire qui analyse les jeux!

Je ne fais pas beaucoup de GN, parce que j'ai un emploi du temps assez chargé. C'est chouette de s'entendre proposer de participer à d'autres GN que Hurlemont : la douairière semble ne pas trop mal se débrouiller en PNJ! J'essaie de convaincre une de mes amies à venir nous rejoindre, elle a 75 ans. Elle en rêve, mais il faudrait lui trouver des aménagements: elle éprouve des difficultés à se déplacer, ne voit plus trop d'un oeil. C'est à l'étude! Mon dernier vient de faire un GN, la jambe dans une attelle et en béquille. Mais pas de soucis: sa "patte folle" a été intégrée dans le scénario et les autres PNJ ont veillé à ce qu'il ne fasse pas de "bêtises" avec sa jambe!

Je ne sais si tout le monde a vu "la 4ème dimension" de Spielberg. Un des épisodes se passe dans un home de personnes âgées, lesquelles rêvent de redevenir enfant, et leur vœu est exaucé. Tous, finalement, veulent redevenir âgés, sauf un... celui qui est resté, à l'intérieur de lui-même un enfant. Le GN permet de redevenir pour un temps "un enfant" avec son imaginaire. Je crois que, quel que soit notre âge, nous restons des enfants qui avons grandis : Certains semblent l'oublier. Dommage!

Petit lexique

  • GN : abréviation de "Grandeur Nature" ou jeu de rôles en grandeur nature.
  • rôliste : joueur de jeux de rôles, s'applique aussi aux participants de jeux de rôles en grandeur nature.
  • PNJ : "Personnage Non Joueur", un participant qui incarne un ou plusieurs personnages imposés afin d'animer les "PJs". Les PNJs incarnent souvent les adversaires des joueurs.
  • PJ : "Personnage Joueur", les participants "normaux" d'un GN.
  • Time-In et Time-Out : on appelle "time-in" le temps de jeu. C'est pendant ce temps que les joueurs incarnent leur personnage. Le "time-out" est le temps hors-jeu ou la réalité prend le dessus sur l'univers du jeu.
  • Hurlemont : l'une des nombreuses asbl qui organisent des jeux de rôles grandeur nature. On y joue dans un univers médiéval-fantastique qui favorise autant les combats que les intrigues. Plus d'informations sur www.hurlemont.be.
  • Bilbo : le surnom donné à l'auteur de cette interview.

René Bartholemy


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?