Vous travaillez pour l'argent?

ArgentUn sondage réalisé par Monster auprès des travailleurs d’Europe a révélé que près de la moitié (49%) d’entre eux travaillent principalement pour l’argent afin de conserver une certaine qualité de vie et que seuls 28% voient la satisfaction au travail comme un moteur pour aller travailler tous les matins. Pour la Belgique, les pourcentages s’élèvent respectivement à 53% et 22%.



En janvier 2008, Monstermeter, le sondage d’opinion mensuel en ligne, a posé à 6 881 travailleurs européens, dont 1 748 travailleurs belges, la question suivante : Qu’est-ce qui vous pousse à travailler ?. Les résultats ont révélé ce qui suit :

Résultats européens

  • 49% Je travaille pour l’argent 
  • 14% Je travaille pour ma famille
  • 5% Je travaille pour m’épanouir personnellement
  • 28% Je travaille pour la satisfaction que me donne mon travail 
  • 4% Je travaille pour prendre une retraite anticipée 

Résultats belges

  • 53% Je travaille pour l’argent 
  • 21% Je travaille pour ma famille 
  • 0Je travaille pour m’épanouir personnellement
  • 22% Je travaille pour la satisfaction que me donne mon travail 
  • 4% Je travaille pour prendre une retraite anticipée

Variations nationales

Seuls 4% des travailleurs européens travaillent pour une retraite anticipée, ce qui représente un chiffre étonnamment bas. Seuls 2 petits pourcent des travailleurs norvégiens prévoient d’en profiter.

Pour les Italiens, le travail doit être avant tout une activité satisfaisante : 44% des personnes interrogées affirment en effet que c’est là leur principale motivation pour se rendre au travail, alors que seuls 37% de leurs compatriotes travaillent pour l’argent. De même aux Pays-Bas, la majorité (42%) recherche avant tout un certain plaisir dans leur travail. Les travailleurs finlandais, par contre, semblent travailler pour vivre plutôt que vivre pour travailler, avec un chiffre considérable de 71% de personnes travaillant pour l’argent. Par contre, 5% des individus affirment rechercher principalement la satisfaction dans leur travail.

A noter dans le résultat belge, le pourcentage nul des personnes qui travailleraient pour s'épanouir personnellement alors que la moyenne européenne est de 5%.

Un sondage

Notre sondage démontre que pour la majorité des travailleurs belges et, plus largement, européens, d’autres choses dans la vie importent davantage que le travail , affirme Bernard Hensmans, Country Manager de Monster Belgique.

Il s’agit d’un sondage en ligne qui, par définition, ne s’adresse qu’à des utilisateurs d’Internet recourant à cette plateforme de recherche d’emploi; le résultat n’a donc pas de valeur scientifique.

Robert Derumes

        

Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?