Quand l'idée de travailler vous empêche de dormir…

Oeil (photo Julia Limbourg)Si vous n’avez pas fermé l’œil la nuit passée à l’idée d’entamer une nouvelle semaine de travail, vous n’êtes pas un cas isolé. ¾ des travailleurs belges éprouvent en effet aussi, de temps à autre, des difficultés à s’endormir le dimanche soir pour les mêmes raisons. D’ailleurs 1 travailleur sur 3 en Belgique connaît chaque semaine (!) des problèmes d’insomnie liées au travail.



Cette relations sommeil-travail a fait l’objet d’un sondage d’opinion effectué par Monster Worldwide, la société mère de Monster.be, en mars 2008 auprès de quelque 25.000 travailleurs dans 13 pays.

Les travailleurs belges dorment finalement encore assez bien par rapport à leurs collègues britanniques et américains. En Grande-Bretagne et aux États-Unis, plus de la moitié des travailleurs sont en effet systématiquement tracassés à la veille d’une nouvelle semaine de travail. La moyenne européenne s’élève à 42%.

Une comparaison Belgique, Europe, USA

Votre sommeil, durant la nuit du dimanche au lundi, est-il influencé par la perspective d’entamer une nouvelle semaine de travail ?

Belgique Europe USA
Oui, chaque semaine 35% 42% 51%
De temps à autre, plusieurs fois par mois 19% 19% 18%
Rarement, uniquement lorsque je travaille sur un grand projet 18% 17% 13%
Non, jamais 28% 22% 18%


Heureux Espagnols, malheureux Hongrois

En Hongrie, la semaine de travail à venir réserve chaque dimanche une nuit blanche à une majorité des travailleurs (58%). C’est en Espagne que la pression est manifestement la moins grande, puisque 36% des travailleurs espagnols interrogés affirment ne jamais avoir d’insomnies. Un pourcentage similaire est enregistré au Danemark et en Norvège (tous deux 31%). En Finlande, au total 87% des travailleurs confessent avoir du mal à trouver le sommeil en raison de leurs activités professionnelles, 43% chaque semaine et 24% de temps à autre. En Irlande aussi, le pourcentage est supérieur à la moyenne européenne, avec 86%.

Un cercle vicieux

Un manque structurel de sommeil en début de semaine a non seulement un impact négatif sur les activités, mais peut aussi générer un cercle vicieux, où un stress accumulé entraîne des problèmes d’insomnie accrus, affirme Bernard Hensmans, Country Manager de Monster. 

C’est pourquoi il est important d’examiner sérieusement comment prévenir ce stress et ce manque de sommeil. Parmi les petits conseils utiles, épinglons la concentration sur ce qui est positif, et non sur les problèmes, et l’établissement d’une liste de contrôle des choses à faire, ce qui permet d’y voir plus clair et de mettre sur papier tout ce qui vous trotte dans la tête. Par ailleurs, il est important d’utiliser ses jours de vacances pour se détendre et de prendre régulièrement du repos.

Robert Derumes


Partager







© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?