Plus en poche en 2003!

C'est une des bonnes nouvelles de l'année 2003 : le gouvernement a décidé de procéder à une nouvelle revalorisation du revenu net des travailleurs à faible salaire. 630.024 travailleurs sont concernés dans le pays.

Concrètement la technique pour augmenter le salaire réellement en poche consiste en une réduction des cotisations personnelles dues par le travailleur.

La cotisation personnelle due par tous les travailleurs, quelle que soit sa situation familiale est de 13,07 % du salaire brut.

Depuis 1999, une réduction de cotisation a déjà été réalisée :

  • pour les salaires en dessous de 1.170,64 euros/brut/mois : un montant forfaitaire de 81,80 euros est déduit des cotisations personnelles à payer par le travailleur.
  • pour les salaires de 1.170,64 à 1.394,25/euros/brut/mois, la diminution est dégressive (pour un salaire de 1.280 euros/brut/mois, la réduction est de 41,80 euros par mois).
La mesure sur base d’un forfait est plus favorable aux plus bas salaires.

Ce qui change à partir du 1er janvier 2003

Les personnes à bas salaire auront une réduction de cotisation personnelle

  • pour les salaires en dessous de 1.170,64 euros/brut/mois : le montant +forfaitaire passe à 95 euros/mois à déduire des cotisations personnelles à payer par le travailleur.
  • pour les salaires au-dessus de 1.170,64 à 1 509,17 euros/brut/mois la diminution reste dégressive (mais le public cible est élargi considérablement puisque la mesure s’applique jusqu’à un salaire plus élevé que par le passé).

Quelques exemples :

  • pour un salaire de 1.280 euros/brut/mois, la réduction passe +de +41,80 euros à 64,31 euros par mois. Soit une réduction supplémentaire de 22,51 euros.
  • pour un salaire de 1.395 euros/brut/mois, la réduction sera de 32,04 euros. Avant il ne bénéficiait pas de réduction.

Intégrer les aspects fiscaux

Pour avoir une vue complète de ce que cela signifie concrètement en terme de salaire mensuel "en poche", il faut tenir compte de l’imposition fiscale qui est appliqué aux travailleurs sur base du salaire imposable.

Il y a lieu donc d’intégrer dans le calcul, les aspects fiscaux. D’une part, la mesure du crédit d’impôt qui est identique, quelle que soit la situation familiale; doit être intégrée même si le remboursement s’effectue l’année suivante lors du décompte. D’autre part, il faut tenir compte des tarifs de précompte professionnels différents qui s’appliquent aux différentes catégories : isolés (avec ou sans enfants à charge), des couples mariés dont tous les deux ont des revenus et des couples mariés dont un des deux n’a pas de revenu. Dès lors, pour calculer le gain réel pour les travailleurs il faut tenir compte du salaire imposable et de la situation familiale.

Autrement dit, pour ceux qui bénéficiaient déjà de la réduction de cotisations personnelles, les augmentations en poche varient de 463,8 EUR (18/710 BEF) à 1140 EUR (45.987 BEF). Pour ceux qui ne bénéficiaient pas de la réduction de cotisations personnelles, les augmentations pour les salaires de plus de 1.395 EUR/brut/mois varient de 216,48 EUR (8.733 BEF) à 252 EUR (10.166 BEF).

Jiri Pragman
    

Partager







© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?