Pas d'engagement pour les travailleurs de plus de 50 ans en Belgique!

Travail des seniorsSeule une minorité d’entreprises belges sont disposées à engager des travailleurs de plus de 50 ans. C’est le principal enseignement d’une enquête de Vedior Senior Careers. Ainsi, alors qu’on parle de vieillissement de la population, seules 30% des entreprises estiment que les plus de 50 ans ont encore un rôle à jouer.


Lors des procédures de sélections, 20% à peine des entreprises accordent la priorité à des travailleurs de plus de 50 ans.

C’est ce qui ressort d’une enquête réalisée auprès de 700 entreprises belges à la demande de Vedior Senior Careers, une division de Vedior Interim spécialisée dans cette tranche d’âge. L’enquête portait sur les chances de mise au travail des plus de 50 ans.

60% des directeurs des ressources humaines des 700 entreprises belges interrogées n’envisagent plus de rôle actif pour les plus de 50 ans dans leur entreprise. Les principales raisons invoquées pour ne plus recruter de travailleurs de plus de 50 ans sont leur manque de capacité d’adaptation (27%), de flexibilité (24%), d’employabilité (20%) et de connaissances techniques (11%).

Profil idéal

Concernant les conditions de mise au travail optimales, il semble que les plus de 50 ans aient le plus de chances de décrocher une fonction d’employé (55%) dans le cadre d’un contrat à durée déterminée (47%). 34% des personnes interrogées estiment que les hommes ont plus de chances de trouver un emploi que les femmes.

Lorsque les entreprises optent pour des plus de 50 ans, c’est parce qu’ils sont plus loyaux (53%), possèdent plus de connaissances générales que les jeunes travailleurs (63,5%), disposent d’un meilleur bagage technique (53%) et sont plus fiables (40%).

Mesures publiques

Une des conclusions les plus étonnantes de l’étude est que 40% des entreprises s’attendent encore à une progression de la prépension, en dépit du pacte des générations. Dans les grandes entreprises, c’est l’avis de plus de la moitié (51%) des directeurs des ressources humaines interrogés. La moitié d’entre eux estiment que la suppression progressive de la prépension doit se poursuivre.

La majorité des personnes interrogées estiment que des mesures publiques complémentaires sont indispensables pour maintenir ou remettre les plus de 50 ans au travail. A peine 20% des DRH jugent les mesures actuelles suffisantes. La mesure la plus populaire est une diminution structurelle des charges salariales (70%), suivie par une intervention financière pour la formation et l’encadrement (64%) et des moyens supplémentaires lors de l’outplacement (60%).

Les quotas d’embauche obligatoire sont rejetés par une immense majorité (85%).

Formules de mise au travail alternatives

Interrogés sur les formules de mise au travail les plus efficaces pour préserver l’emploi des plus de 50 ans, ce sont les formules offertes aux travailleurs de plus de 50 ans présentant un savoir-faire spécifique qui obtiennent le meilleur score (7,1 sur 10). Elles sont suivies par les formules où des plus de 50 ans sont engagés en attendant un recrutement définitif (6,9 sur 10), les formules qui recourent aux ex-travailleurs de plus de 50 ans pour des fonctions de formateurs ou de mentors (6,75 sur 10) et celles qui prévoient l’engagement de personnes de plus de 50 ans lors de périodes de pointe ou dans des circonstances exceptionnelles (5,8 sur 10).

Les travailleurs de plus de 50 ans sont surtout considérés comme une solution à des problèmes de recrutement temporaires ou en l’absence de connaissances et de compétences spécifiques. En dépit du fait que les responsables des ressources humaines estiment les plus de 50 ans plus aptes en termes de connaissances techniques et générales et les trouvent plus loyaux et plus fiables, leur disposition au recrutement reste faible.

Le commanditaire de l’étude, très actif dans le secteur de l’intérim, estime que, à l’heure actuelle, le travail temporaire obtient de bons résultats. "Le secteur de l’intérim a manifestement un rôle à jouer pour combler le fossé entre les employeurs et les plus de 50 ans. Vedior Senior Careers a développé des outils et des pools spécifiques à cet effet. Des pools de chauffeurs, de démonstrateurs, de guides d’entreprise et d’hôtes pour foires commerciales ont par exemple été récemment constitués. D’autres pools pour des secteurs ou des besoins spécifiques sont actuellement à l’étude et en voie d’élaboration. C’est surtout le caractère temporaire et la flexibilité qui attirent employeurs comme travailleurs de plus de 50 ans" conclut Christine Arnold, Projectleader Vedior Senior Careers Wallonie-Bruxelles.

Robert Derumes


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?