Les voyages d'affaires sont-ils nécessaires?

Vidéoconférence chez Vodafone en Grande-Bretagne55% des voyageurs d’affaires estiment que certains déplacements ne sont pas nécessaires. C’est la conclusion la plus marquante présente par Tandberg après une étude menée par Ipsos MORI auprès de 1.400 voyageurs d’affaires européens. Ce n'est pas innocent : Tandberg fournit des produits et services pour la communication visuelle.


En mai 2006, ce sont 1.403 voyageurs d’affaires issus des Pays-Bas, de Grande-Bretagne, de France, d’Allemagne, d’Espagne, de Suède et d’Italie qui ont répondu à un questionnaire en ligne.

Il ressort des résultats de cette étude un message clair pour les entreprises : les voyages d’affaires ne sont pas, pour une bonne part, nécessaires. Pire : ils sont effectués au détriment de l’efficacité de l’entreprise ! Ainsi pour plus de la moitié des voyageurs d’affaires (55%) certains de leurs voyages ne sont pas nécessaires. Environ 15% des voyageurs d’affaires européens estiment même que les déplacements les rendent moins productifs et 44 % d’entre eux se jugent soumis à un stress trop important.

Il est étonnant de remarquer que ces voyageurs, quand on leur demande pourquoi ils apprécient partir en voyage d’affaires, font mention d’arguments qui n’ont pas de rapport avec le travail. Ils citent plus volontiers des motivations indirectes. Ainsi, 58% citent la socialisation, particulièrement en Italie et en Allemagne (chacun à 65%) et le moins en Grande-Bretagne (47%) et en Espagne (50%). En moyenne, 69% d’entre eux avancent la volonté de connaissance des autres cultures comme une raison de leur voyage (76% en Italie, 75% en France, 61% aux Pays-Bas). En résumé: Les voyages d’affaires sont souvent présentés comme étant une bonne raison pour s’éloigner un peu du bureau.

Pour Fredrik Halvorsen, CEO de Tandberg : "Les entreprises devraient se demander si la socialisation et apprendre à connaître d’autres cultures sont deux raisons suffisantes pour justifier les effets négatifs induits par ces déplacements pour affaires. Il est temps pour les entreprises d’aborder d’une autre manière ces questions et voir ce qu’amène chaque voyage d’affaires et quelles en sont les alternatives".

Une alternative : la vidéo conférence

Sur le plan personnel, ces voyages ont un impact négatif sur l’équilibre travail/vie privée. L’étude démontre qu’une bonne part des voyageurs d’affaires en Europe (29%) sont ouverts aux alternatives proposées par les moyens de (télé-)communication (34% des Espagnols et 22% des Néerlandais). 32% de ceux qui possèdent ou envisagent d’acquérir un système de vidéoconférence en attendent une amélioration de cet équilibre travail/vie privée (Italie et Grande-Bretagne 41%, Pays-Bas 21%).

Pour la plupart des organisations, tenir des conversations ou organiser des réunions par le biais de la vidéoconférence sont de bonnes alternatives pour remplacer une grande partie des voyages d’affaires. La technologie permet la communication face à face sans gaspiller de temps et d’argent dans les déplacements. Ces organisations épargnent également l’environnement.

Voyages d’affaires et vie privée, quel équilibre ?

Les entreprises ne sont pas les seules à ressentir les effets des déplacements d’affaires, leurs collaborateurs y sont tout aussi sensibles. La formule "les voyages sont un mal nécessaire" est partagée par plus d’un tiers des interrogés (36%). 44% des voyageurs d’affaires européens estiment même que ces déplacements les épuisent, en Italie, ils sont même 81% à le penser. Il ressort également de l’enquête que ce sont les Italiens qui effectuent le plus de déplacements: 19% au moins une fois par mois, 6% au moins une fois toutes les deux semaines.

Les voyages d’affaires semblent avoir une influence néfaste sur l’équilibre entre travail et vie privée. Et il semble que pour les voyageurs d’affaires il ne s’agisse pas d’un "avantage" des fonctions intéressantes.

Une question d’environnement

Les entreprises sont de plus en plus sensibles aux questions de société et le respect pour l’environnement est un souci de taille. Sur ce plan aussi, les effets négatifs des déplacements en avion sur l’environnement ont été démontrés et interpellent. Quelques 43% des personnes interrogées se sont dites soucieuses de l’environnement mais seulement 10% disent vouloir réellement diminuer la fréquence de leurs voyages pour cette raison.


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?