Devenir assistant de prévention et de sécurité?

On est habitué à ces APS souvent qualifiés de "stewards" que l'on croise aux entrées d'écoles, dans les parcs publics, les rues commerçantes, autour des zones de parking payantes.


Le Gouvernement qualifie les agents de prévention et de sécurité de "corps de métier pour lutter contre les incivilités et les violences urbaines". Selon la Vice-Première Ministre, Laurette Onkelinx, "la sécurité est un enjeu majeur de la qualité de vie de tous les citoyens. Assurer la sécurité pour tous est un devoir premier d'un Etat de droit".

"Les violences existent, elles doivent être combattues, ajoute-t-elle, mais au même titre que les autres facteurs d'insécurité. Car l'insécurité, c'est aussi un sentiment qui naît dans un contexte de travail précaire, de perte de repères, d’insécurité routière, d'isolement social, d'agressivité ambiante, de délabrement du cadre de vie, etc… A côté de formes de délinquances comme des vols avec violence, car-jacking,… Les citoyens se plaignent également d'actes tels que violences verbales, vandalisme, tags, non respect de l'environnement ou de la propreté des villes, vitesse au volant, violence au volant… Or, ces actes, que l'on peut regrouper sous le vocable d'incivilités, peuvent, à force de répétitions, empoisonner l'existence et sont sans aucun doute également source du sentiment d'insécurité ambiant".

Pour lutter contre ce sentiment de sécurité, il paraîtrait primordial d'agir au niveau local, par un "renforcement de la présence humaine sécurisante dans les quartiers, qui permettra de casser un des premiers facteurs à la source du sentiment d'insécurité, le sentiment de solitude". 


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?